100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

Crash du vol de la Yemenia : Les familles restées aux Comores réclament un procès à Moroni

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Sur les 152 personnes qui ont péri lors de l’accident du 29 juin 2009, du vol de la compagnie de la Yemenia, 66 passagers étaient des ressortissants français. Si le procès qui s’est tenu à Paris du 9 mai au 2 juin a soulagé les familles, les proches des victimes comoriennes dont les requêtes n’ont pas été retenues,  demandent  à l’État comorien d’organiser à son tour une audience pénale sur place.

Le procès pénal organisé au tribunal correctionnel de Paris  du 9 mai au 2 juin  s’est achevé il y a deux semaines. Une peine maximale de 232.500 euros a été requise par la procureure contre la compagnie Yemenia Airways, poursuivie pour homicides et blessures involontaires, et dont le vol 626 qui s’est abimé au large des Comores dans la nuit du 29 au 30 juin 2009 a fait 152 victimes. Le verdict final sera connu en septembre prochain. Pendant l’audience qui a duré 4 semaines, les proches des victimes ont pu témoigner,  notamment Bahia Bakari, la seule survivante de cet accident, aujourd’hui âgée de 25 ans. Un soulagement pour les familles, 13 ans après le drame. Le problème, la justice française a refusé de tenir en compte  les requêtes des victimes qui ne disposent pas de la nationalité française. C’est pour cette raison que leurs proches  demandent à l’État comorien de rouvrir l’enquête afin d’élucider certaines questions restées en suspens. Dans une conférence de presse tenue, avant-hier samedi, 19 juin dans les locaux du journal Al-watwan, les familles des victimes de nationalité comorienne, appellent les autorités à faire le nécessaire pour que les responsabilités soient connues. Après l’accident, on avait en effet annoncé l’ouverture de deux  instructions aux Comores :  pénale et civile.

Juge d’instruction remplacés

 » Les autorités françaises ont organisé le procès uniquement parce qu’il y avait  leurs ressortissants dans le vol. Les Comores doivent en faire autant, puisque c’est ici où l’accident s’est produit avec le bilan humain que nous connaissons« , a plaidé, l’ancien président de l’association des victimes, Said Ahmed Elkabir. C’est ce collectif qui a milité pour le rapatriement des corps et l’enclenchement d’une procédure civile qui a abouti à l’indemnisation de la plupart des familles. Parmi les faits soulevés aussi lors de la conférence et qui selon Elkabir  méritent des explications se trouve entre autres la question des multiples changements opérés au niveau de la justice pendant l’enquête : près de trois juges d’instruction ont été mutés sans explications selon  Elkabir qui a également évoqué  l’évincement d’Ali Abdou,  l’ancien président  de la commission d’enquête.  » Même son décès nous parait suspicieux« , a ajouté notre conférencier. Si jamais procès il y a , l’ancien président du collectif des familles aimerait bien que l’ex chef de l’Etat Ahmed Abdallah Sambi et son ministre des Transports de l’époque soient entendus. Les familles sont convaincues que Sambi qui les avaient invitées au lendemain du drame à porter plainte détiennent des informations.

Prescription

Après ces doléances, il y a tout de même une question d’ordre juridique qui a resurgi. Peut-on tenir un procès après tout ce temps ? En matière criminelle, le délai de prescription est de 10 ans. Mais il faut compter à partir du dernier acte posé. Cela peut-être une audition d’un témoin  par exemple. Si depuis, il ne s’est rien passé jusqu’à dix ans, alors la prescription s’impose automatiquement. Mais qu’importe rétorquera Elkabir qui appelle la justice à recourir à la jurisprudence.  » Toutes les enquêtes ne se ressemblent pas. Et  les choses ne changeront pas si nous ne demandons pas des comptes à ceux qui avaient des responsabilités. Certes nos proches ne reviendront jamais, mais rien ne dit qu’on est à l’abris d’un accident comme celui de 2009. Pas plus tard que le 26 février dernier, un avion s’est abîmé.  Il faut donc apprendre de nos erreurs car si le jour du crash, le pays disposait de moyens de secours, Bahia ne serait pas la seule survivante. « , croit savoir Elkabir qui estime qu’au nom du principe de continuité de l’Etat, ce procès aurait pu être organisé par les différents gouvernements qui se sont succédés, de Sambi jusqu’à Azali Assoumani, qui dirige le pays depuis 2016. Nos conférenciers ont enfin regretté l’absence de représentants comoriens à Paris lors du procès, pas même l’ambassadeur, Mohamed Ahamada.  Mais ont-ils conclu, cela n’a rien d’étonnant puisque même le jour de la commémoration, il arrive qu’aucun membre du gouvernement ne fasse le déplacement jusqu’à Iconi, où la population se recueille chaque 30 juin.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...