100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Bébé abandonné sous un cocotier à Mayotte : les parents relaxés par le tribunal

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Une mère comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel pour avoir laissé son enfant sans surveillance, se soustrayant par là à ses obligations légales de parent. Le père, absent à l’audience, avait refusé de venir le garder. Malgré l’apparente irresponsabilité des deux prévenus, le tribunal a jugé que tous les éléments de l’infraction n’étaient pas constitués.

À une coco près, l’histoire pouvait finir en drame. Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Mamoudzou entendait à la barre la mère d’un enfant d’un peu moins de deux ans. La raison de cette convocation ? La jeune femme aurait abandonné son bébé sous un cocotier, et se serait donc soustraite à ses obligations légales de parent en compromettant la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de son enfant. Des faits, s’ils sont caractérisés, passibles de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende.

La crise familiale éclate un jour de juillet 2019. À ce moment-là, le bambin, qui n’a pas encore soufflé sa première bougie, débarque en braillant à la gendarmerie de Sada, dans les bras d’un oncle visiblement remonté comme un coucou. Le bonhomme entend bien dénoncer l’abandon de son neveu, qu’il a retrouvé vers 9h chez lui, sous un cocotier.

 

“Visiblement, ses parents ne veulent plus de lui”

 

Sans nouvelle de la mère, l’oncle a bien tenté de joindre le patriarche. Lequel a “encore des choses à faire”, apparemment de la paperasse administrative au service des impôts de Mamoudzou, et ne compte pas rentrer de si tôt. Le pire ? Ce n’est pas la première fois que les parents lui font le coup. La dernière fois, l’enfant était resté quatre jours sans nouvelle de ses géniteurs ! D’où sa décision de se pointer à la gendarmerie, pour placer le petit, vu que “visiblement ses parents ne veulent plus de lui”. À noter que ce sauveur de Gavroche n’a en revanche pas pris le temps de nourrir le bébé avant de prendre cette courageuse décision…

Bref, tout ce beau monde finit par être entendu par les gendarmes, qui tâchent d’y voir un peu plus clair. En réalité, le couple ne vit pas ensemble, car le père, qui a déjà six enfants avec d’autres compagnes, est polygame. Il ne s’occupe donc pas vraiment du bébé qu’il a avec sa co-prévenue. Même si “au début, quand je venais visiter, je faisais les courses”, lit la juge dans sa déclaration, l’intéressé étant encore aux abonnés absents ce mercredi. Ce jour de juillet 2019, la mère lui passe quand même un coup de fil : elle ne compte pas garder l’enfant, et s’il ne vient pas le chercher, elle va le déposer chez sa sœur, menace-t-elle.

 

Un “casse-tête”

 

Qu’à cela ne tienne ! Le père ignore cet avertissement, comme d’ailleurs le coup de téléphone de l’oncle quelques minutes plus tard. “Considérez-vous avoir rempli votre rôle de père ?”, lui demande le gendarme. “Non, j’ai raté une étape, j’ai pas assuré”, concède-t-il. Et de conclure, d’une manière plus générale : “Je suis prêt à faire les courses mais pas à le garder, c’est un casse-tête !” Comprenez, sa femme n’accepterait pas l’enfant d’une autre…

Entendue à la barre, la mère de l’enfant livre une version sensiblement différente. Elle nie par exemple les “courses” que le prévenu a prétendu lui apporter. Et quand bien même il ramenait quelques victuailles, c’était d’abord pour “coucher avec [elle]” avant de lui donner. Dans sa déclaration au moment des faits, la jeune femme aurait expliqué avoir voulu qu’il s’occupe pour une fois de son enfant. Mais comme sa belle-sœur refusait de prendre son neveu, “avec les nerfs”, elle a posé le bambin à terre.

 

Pas le temps d’appeler

 

Voilà pour le tableau familial. Depuis ce jour, la victime a heureusement trouvé un foyer un peu plus accueillant, sous l’action de l’aide sociale à l’enfance (ASE). “Aujourd’hui, il a un an et quelques mois, il appelle sa mère d’accueil “maman”. Vu son jeune âge, il n’a pas conscience de la situation”, déroule l’administrateur ad hoc devant les juges. Et sa mère biologique, dans tout cela ? Pas de son, pas d’image. “Je n’avais pas le temps, et je n’avais pas les coordonnées”, chuchote la prévenue, la tête baissée sous son voile blanc. Avant d’ajouter d’une petite voix : “Je veux que mon enfant revienne dans mes bras.

Un discours qui ne convainc pas Me Soilihi, avocat de l’administrateur ad hoc. “Il faut s’interroger sur le préjudice de l’enfant”, insiste-t-il en rappelant un précédent, en 2015, où le tribunal avait condamné les deux parents et demandé 5.000 euros au titre du préjudice subi. Même son de cloche du côté du ministère public : “aujourd’hui le père est absent à l’audience, dire que c’est une poursuite de l’infraction serait un peu fort, mais cela traduit un état d’esprit”, avance le procureur. Quant à la mère, qui n’a pas trouvé le temps d’appeler depuis 2019, “même si l’administrateur de son côté ne fait pas beaucoup d’effort, elle n’a pas l’air d’en faire beaucoup non plus”. Il requiert donc six mois de prison avec sursis pour les deux parents afin de “marquer les esprits”, mais consent toutefois à leur “donner une chance” en ne leur retirant pas totalement leur autorité parentale. Les juges en décideront autrement : les deux prévenus ont obtenu la relaxe.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des émeutes ont éclaté à Kawéni, ce mercredi

Des barrages enflammés ont compliqué le passage des véhicules par Kawéni, ce mercredi. En fin de matinée, une opération de la police aux frontières...

Inscription du « mawlida shenge » au patrimoine culturel immatériel, « une chance énorme »

Le 27 juin dernier, la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture a inscrit le « mawlida shenge » (une pratique...

L’intercommunalité de Petite-Terre incendiée, mercredi matin

Trois préfabriqués sont partis en fumée, tôt ce mercredi matin, sur le site principal de la communauté de communes de Petite-Terre. Situés près du...

Chiconi FM-TV arrive sur la TNT

Après neuf ans d’existence, l’association Chiconi FM monte d’un cran avec la création d’une chaîne de télévision émise sur la TNT. Elle se veut...

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...