Atteinte sexuelle sur mineures à Mayotte : l’homme aux bonbons prend six ans ferme

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

L’inconnu qui alpague les fillettes dans la rue n’est pas une légende urbaine… Le tribunal correctionnel a jugé sévèrement un individu qui avait abusé de deux fillettes en 2015.

Elle triture son voile kaki avec nervosité et sa voix de frêle petite fille porte difficilement dans la salle d’audience. Mais quand la juge lui demande d’identifier l’homme qui se tient assis sur le banc des accusés, juste derrière elle, son timide “ewa” ne fait pas de doute. C’est bien lui qui, en 2015, l’a emmenée dans sa case, et l’a allongée sur une natte pour lui passer la main sous ses vêtements. Cinq ans plus tard, le prévenu devait répondre devant le tribunal des faits d’atteinte sexuelle sur deux mineures âgées à l’époque de six et huit ans respectivement, auxquelles il a aussi montré des images à caractère pornographique et qu’il a photographiées.

Tout éclate quand la mère d’une des fillettes apprend que son enfant est la cible des moqueries de ses camarades : le bruit court qu’elle se rend chez un homme du quartier et repart avec de l’argent. Ses petits frères lui demandent de leur donner ces bonbons qui sortent d’on ne sait où… Peu à peu, les parents comprennent ce qui se trame à quelques pas de chez eux. À force d’interroger les deux enfants, ils parviennent à reconnaître cet inconnu sur le trajet de la mosquée. Ils tentent d’abord d’obtenir des explications, avant de finalement prévenir la police.

50 centimes ou quelques bonbons

D’après le récit des deux filles aux policiers, l’individu les aurait d’abord abordées dans la rue, en leur demandant d’aller chercher une pâtisserie. Puis il les aurait emmenées chez lui, et aurait indiqué à la plus âgée de faire le guet… pendant qu’il déshabillait sa jeune victime. Selon l’aînée, le rituel se serait répété plus d’une fois. Et à chaque fois, l’homme les aurait laissées repartir avec une pièce de 20 ou de 50 centimes ou quelques bonbons, explique aujourd’hui la mère à la barre.

À toutes les étapes de la procédure, le prévenu n’aura de cesse de nier les faits. Mais les éléments du dossier ne plaident pas en sa faveur. Les deux victimes l’ont identifié et ont aussi reconnu des photographies de l’intérieur de sa maison. Sans parler des traits évocateurs que la plus jeune a dessinés devant les policiers pour leur décrire la scène… Si les examens médicaux ont exclu l’hypothèse du viol, les pièces jointes au dossier suffiront ce mercredi à convaincre le tribunal correctionnel des faits d’atteinte sexuelle reprochés au prévenu. Il écope donc de six ans de prison ferme – il en a déjà effectués trois en détention provisoire – et devra s’acquitter de 8.000 euros pour chacune des parties civiles.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...