Atteinte sexuelle sur mineures à Mayotte : l’homme aux bonbons prend six ans ferme

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

L’inconnu qui alpague les fillettes dans la rue n’est pas une légende urbaine… Le tribunal correctionnel a jugé sévèrement un individu qui avait abusé de deux fillettes en 2015.

Elle triture son voile kaki avec nervosité et sa voix de frêle petite fille porte difficilement dans la salle d’audience. Mais quand la juge lui demande d’identifier l’homme qui se tient assis sur le banc des accusés, juste derrière elle, son timide “ewa” ne fait pas de doute. C’est bien lui qui, en 2015, l’a emmenée dans sa case, et l’a allongée sur une natte pour lui passer la main sous ses vêtements. Cinq ans plus tard, le prévenu devait répondre devant le tribunal des faits d’atteinte sexuelle sur deux mineures âgées à l’époque de six et huit ans respectivement, auxquelles il a aussi montré des images à caractère pornographique et qu’il a photographiées.

Tout éclate quand la mère d’une des fillettes apprend que son enfant est la cible des moqueries de ses camarades : le bruit court qu’elle se rend chez un homme du quartier et repart avec de l’argent. Ses petits frères lui demandent de leur donner ces bonbons qui sortent d’on ne sait où… Peu à peu, les parents comprennent ce qui se trame à quelques pas de chez eux. À force d’interroger les deux enfants, ils parviennent à reconnaître cet inconnu sur le trajet de la mosquée. Ils tentent d’abord d’obtenir des explications, avant de finalement prévenir la police.

50 centimes ou quelques bonbons

D’après le récit des deux filles aux policiers, l’individu les aurait d’abord abordées dans la rue, en leur demandant d’aller chercher une pâtisserie. Puis il les aurait emmenées chez lui, et aurait indiqué à la plus âgée de faire le guet… pendant qu’il déshabillait sa jeune victime. Selon l’aînée, le rituel se serait répété plus d’une fois. Et à chaque fois, l’homme les aurait laissées repartir avec une pièce de 20 ou de 50 centimes ou quelques bonbons, explique aujourd’hui la mère à la barre.

À toutes les étapes de la procédure, le prévenu n’aura de cesse de nier les faits. Mais les éléments du dossier ne plaident pas en sa faveur. Les deux victimes l’ont identifié et ont aussi reconnu des photographies de l’intérieur de sa maison. Sans parler des traits évocateurs que la plus jeune a dessinés devant les policiers pour leur décrire la scène… Si les examens médicaux ont exclu l’hypothèse du viol, les pièces jointes au dossier suffiront ce mercredi à convaincre le tribunal correctionnel des faits d’atteinte sexuelle reprochés au prévenu. Il écope donc de six ans de prison ferme – il en a déjà effectués trois en détention provisoire – et devra s’acquitter de 8.000 euros pour chacune des parties civiles.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

Un lycéen de 17 ans agressé mortellement en pleine rue à Cavani

Une semaine après Mtsangadoua, c'est au tour du lycée Bamana à Mamoudzou d'être endeuillé après l'agression mortelle à Cavani d'un de ses élèves ce...

Plus de 20.000 personnes vaccinées à Mayotte : un rythme à maintenir même pendant le ramadan

Si Mayotte a rattrapé son mois de retard pour la vaccination, par rapport au reste du pays, le ramadan risque peut-être de freiner les...

Le sport comme voie d’insertion pour les jeunes mahorais

“Le sport peut changer une vie”. À Mayotte, de nombreux jeunes décrocheurs ou sans activité professionnelle peinent à trouver un emploi. Grâce au projet...

Sublimez-vous avec Djayda chez Sublime institut

Créé à Mayotte depuis un an et demi, le salon d’esthétique Sublime institut est en pleine expansion. Sa fondatrice et gérante, spécialisée dans le...

Pour les acteurs du port de Longoni, Ida Nel doit quitter le navire

Transitaires, pilotes et entrepreneurs dénoncent une ribambelle de dysfonctionnements au sein du port de Longoni, comme des factures disproportionnées et des blocages de conteneurs....