Des précisions sur l’imbroglio au CUFR de Mayotte

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Le parcours pour accéder au siège de directeur du CUFR de Mayotte n’est pas de tout repos. Les deux candidats en lice mènent une bataille qui risque de durer dans le temps. Les accusations fusent de toutes parts et le recteur essaye tant bien que mal de calmer le jeu.

Le nom du prochain directeur du centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte ne sera pas connu avant le 17 décembre. Annulées, les élections ont été repor-tées suite à un conflit opposant Thomas M’saïdié, maître de conférences en droit public à Aurélien Siri, candidat à sa succession. L’enseignant a présenté une liste de professeurs d’université pour représenter le collège A de l’équipe pédagogique. L’île aux parfums ne disposant pas encore de professeurs d’université, tous les enseignants du CUFR sont is-sus des universités partenaires du CUFR. Ceux choisis par Thomas M’saïdié viennent d’Aix-Marseille université. Cependant, le décret du 12 octobre 2011 indique que pour qu’un professeur d’université puisse être éligible, il doit réaliser au moins 1/5ème de son service annuel, soit 38,4 heures sur toute l’année à Mayotte. “Les professeurs que j’ai choisis réalisent 89 heures pour l’un et 87,5 heures pour l’autre. L’un d’eux exercent chez nous depuis 2012. Ils sont tout à fait éligibles”, clame Thomas M’saïdié. Mais selon lui, Au-rélien Siri l’accuse d’avoir augmenté les heures de ces deux professeurs en question. “Alors que c’est lui qui a gonflé le service de Monsieur Tupin, son mentor pour qu’il soit éli-gible”, dénonce-t-il.

À cela s’ajoute un autre problème. Une nouvelle règle a fait son apparition, et a cham-boulé tout le processus. “Monsieur Siri a rajouté une nouvelle règle qui n’est pas dans le décret du 12 octobre 2011, consistant à valider les missions des intervenants extérieurs par le conseil d’administration (CA) restreint”, raconte le maître de conférences en droit public. Ce dernier accepte tout de même la nouvelle règle du jeu même s’il la juge inac-ceptable. Le CA est donc supposé se réunir le 21 octobre pour valider les missions de tous les candidats, mais la séance est soudainement ajournée au 2 novembre, alors que les élections doivent avoir lieu le 3 novembre. Selon Thomas M’saïdié, aucune raison n’a été communiquée, le procès verbal n’étant “pas communicable”. “En fixant la séance au 2 novembre, le CA restreint s’assure que ma liste du collège A sera rejetée et je n’aurais pas pu en présenter une autre”, indique le candidat. Sans perdre de temps, le principal con-cerné saisi le recteur et le tribunal administratif qui accepte sa requête. Thomas M’saïdié accuse Aurélien Siri et certains membres du conseil administratif de “malversations et ma-nigances”. Des propos qui ont obligé les accusés à sortir un communiqué. “[Il]cherche à voler les élections en tentant de manipuler l’opinion publique, en tenant constamment des propos agressifs, mensongers et diffamatoires”, peut-on lire. Contacté par nos soins, Auré-lien Siri, le directeur du CUFR de Mayotte n’a pas voulu s’étaler sur le sujet. “Je ne sou-haite pas polémiquer ni surenchérir. Je souhaite que les élections se déroulent dans un climat apaisé”, précise-t-il.

Le recteur s’en mêle

Le recteur Gilles Halbout s’est alors saisi de l’affaire et semble avoir son avis sur le sujet. “La liste de Thomas M’saïdié n’a pas été invalidée sur des questions de fonds, d’ailleurs j’ai aussi des doutes sur les questions de forme, puisque les deux candidats proposés par lui sont des professeurs d’université réguliers (au CUFR), donc ils avaient le droit de se présenter”, déclare-t-il sur le plateau de Kwezi TV le 3 novembre. “On pourrait aussi inter-roger les raisons qui ont poussé le conseil administratif à ne pas se réunir”, ajoute-t-il.

Gilles Halbout fait également savoir qu’il a demandé que l’on repousse le processus élec-toral afin de “travailler dans la plus grande transparence et qu’il y ait une pluralité des can-didatures”. Des candidatures qui devront se refaire puisqu’à l’heure actuelle, seulement un candidat s’est fait connaître et il s’agit de Thomas M’saïdié.

Aurélien Siri souhaite se présenter en binôme avec Abal-Kassim Cheik Ahamed, maître de conférences en mathématiques appliquées et informatique. Or, cette option est impos-sible. “En face, ils font un bicéphalisme qu’ils ont inventé et qui n’est pas conforme au texte réglementaire. Même le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’innovation a rétorqué leur idée de binôme à la tête du CUFR”, indique Thomas M’saïdié. Un point de vue que partage le recteur de Mayotte. “Je ne connais qu’un candi-dat (Thomas M’saïdié), et de l’autre côté, on a un binôme, mais il faudra savoir qui sera leur candidat.” Difficile d’avoir la version des faits d’Aurélien Siri et de ses alliés, mais une chose est sûre, la guerre est déclarée. Thomas M’saïdié fait savoir qu’il proposera la même liste pour la prochaine élection.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...