100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Sécurité Deux gendarmes du GIGN blessés en intervention

À lire également

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Déferlement de violences à Dzoumogné, les jeunes connus des services de police

Les habitants de Dzoumogné ont assisté à un déferlement de violences ce mardi 24 novembre. Tout au long de la journée des bandes rivales...

Deux gendarmes du GIGN ont été victimes d’une violente agression en embuscade dimanche, par un groupe d’individus « sortis d’un fourré ».

Ils étaient déployés à Bandrelé, au sud de Mayotte, dans le cadre d’un dispositif sur la sécurisation des sites touristiques. Deux gendarmes du GIGN ont été victimes d’une violente agression en embuscade dimanche, par un groupe d’individus « sortis d’un fourré » a-t-on appris auprès du colonel Philippe Leclercq, commandant de la gendarmerie de Mayotte. Les deux gendarmes, mahorais et membres de l’antenne du  GIGN de Mayotte – depuis sa création en août 2016 – étaient déployés au sein d’une unité d’une dizaine de militaires pour procéder à l’interpellation d’un suspect faisant l’objet d’un mandat de recherche. La préfecture indique sur son site que les gendarmes du groupe d’intervention agissaient sur commission rogatoire « pour plusieurs vols aggravés ces derniers mois ». Les deux hommes ont été visés par des jets de pierre dans une attaque que le colonel Leclercq a décrite comme d’une « forte sauvagerie ». « Les autres militaires déployés ont immédiatement porté secours à leurs deux collègues », dont l’état de santé est particulièrement préoccupant. Âgés de 34 et 38 ans, les deux gendarmes sont pères de famille. 

Un des gendarmes entre la vie et la mort

L’un d’eux a dû être évacué à La Réunion pour être pris en charge par les services hospitaliers. Placé sous coma artificiel, son pronostic vital est engagé et il présente une blessure intracrânienne. Son état n’a pas connu de dégradation au cours de la nuit, fait savoir le colonel Lelercq, avec cependant, précise la préfecture, « un risque d’hémorragie cérébrale ». L’autre gendarme a été moins grièvement blessé mais continue de faire l’objet d’une surveillance accrue des services hospitaliers de Mamoudzou. Aucune interpellation n’a pu être réalisée ce dimanche mais « des investigations, qui engagent de gros moyens » sont en cours, indique le colonel Leclercq. La justice a été saisie d’une procédure pour tentative d’homicide volontaire. « Le préfet de Mayotte, Dominique Sorain, condamne ces actes de violences inacceptables et assure son soutien indéfectible aux gendarmes blessés, à leurs familles et à leurs collègues » a réagi la préfecture dans un communiqué publié lundi. La ministre des Outre-Mer s’est également exprimée par voie de communiqué lundi, condamnant à son tour « ces actes de violences inacceptables ». Il y a encore un mois, un policier de la brigade anti-criminalité perdait un œil à la suite d’un tir de projectile dans une intervention de maintien de l’ordre, à Passamainty.

 

 

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...