L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les maires autorisés à instaurer des couvre-feux pour les mineurs

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Au terme d’une réunion entre les maires et le préfet de Mayotte, Thierry Suquet, ce jeudi après-midi, ce dernier a annoncé trois mesures pour lutter contre l’insécurité. Un arrêté en vigueur dès ce vendredi va interdire la vente à emporter d’alcool et sa consommation sur la voie publique, de 18h à 5h. Le délégué du gouvernement autorise aussi les maires à instaurer des couvre-feux pour les mineurs sur leurs communes, tandis que des renforts de gendarmerie et une unité du Raid arrivent sur l’île dès ce week-end.

Les différents édiles sortent contents dans l’ensemble de la réunion, ce jeudi soir, à l’Hôtel de ville de Mamoudzou. Pendant cette rencontre, initiée par les maires, plusieurs mesures ont été annoncées pour lutter contre l’insécurité. En effet, le préfet de Mayotte en a dévoilé trois à court terme. La première est l’interdiction de la vente à emporter d’alcool et sa consommation sur la voie publique. Elle sera en vigueur, dès ce vendredi soir et de 18h à 5h. Deuxièmement, les premiers magistrats ont la possibilité de mettre en place des couvre-feux pour les mineurs sur leurs communes. Ils seront autorisés sur des secteurs en particulier et d’une durée de quinze jours, mais avec la possibilité de les renouveler. Troisième point, le Raid (pour recherche, assistance, intervention, dissuasion) et un escadron de gendarmerie sont attendus sur l’île dès ce week-end. “Nous avons échangé avec des maires autour de solutions pratiques, rapides et urgentes”, souligne le préfet, à la sortie d’une rencontre d’un peu plus d’une heure. Tenant à rappeler “qu’à Mayotte, on circule librement” et “qu’il n’y a pas de barrages”, il se montre ferme : “Aujourd’hui, conformément à la loi républicaine, on assure la liberté de circuler à Mayotte. c’est important de le dire, puisqu’il y a beaucoup de gens qui y sont très attachés.”

maires-autorises-instaurer-couvre-feu-mineurs
Depuis presque une semaine, les manifestations demandant plus de sécurité se font plus nombreuses sur l’île. Ici, au comité de tourisme de Mayotte, samedi dernier.

Arrivée du Raid avec drones et nouvelles armes

En échangeant à la sortie, la mesure qui enchante le plus les maires est sans contexte le renfort des forces de l’ordre, elles qui sont mises à rude épreuve dernièrement sur le 101ème département. Une douzaine d’hommes du Raid, habitués aux émeutes et à la guérilla urbaine, débarque ainsi ce week-end. “Ils viennent avec des drones et de nouvelles armes”, fait état Madi Madi Souf, président de l’association des maires et premier élu de Pamandzi. Stationné à Dembéni, l’escadron de 72 gendarmes mobiles est aussi une demande à la fois du préfet et des élus locaux. Leur venue est initialement prévue pour “quatre à six semaines”. “Cela va permettre de soulager les gendarmes de l’île et leur donner la possibilité de travailler sur leurs enquêtes”, continue l’élu pamandzien. Selon lui, la lettre transmise au Premier ministre cette semaine a aidé à faire bouger les choses au sujet de ces renforts. Il promet toutefois, que malgré les mesures annoncées, il sollicite toujours un entretien avec Jean Castex et “pas son cabinet”.

maires-autorises-instaurer-couvre-feu-mineurs
Une dizaine de maires mahorais ont pu se déplacer à Mamoudzou pour évoquer l’insécurité sur l’île.

Concernant l’interdiction de la vente d’alcool le soir et pendant la nuit, les élus semblent satisfaits. “Il y a un lien direct entre les violences et la consommation d’alcool”, fait remarquer le préfet pour justifier cet arrêté. Ces interlocuteurs sont plus partagés sur l’annonce du couvre-feu pour les mineurs. “Je ne sais pas s'[il] sera efficace. Pendant la crise sanitaire, il y avait des jeunes dans la rue malgré celui instauré”, fait remarquer le maire de Koungou, Assani Saindou Bamcolo. “Et vers 22h, ils commençaient à caillasser les patrouilles.” Avant de prendre une telle mesure, il compte toutefois en parler avec les autres élus de sa commune. D’autres sont moins sceptiques. À Pamandzi, Madi Madi Souf compte instaurer un dispositif de ce type “le plus rapidement possible”. Et si les habitants de M’Tsapéré ont demandé un couvre-feu ces derniers jours (voir Flash Infos de mardi, mercredi et jeudi), la mairie de Mamoudzou ne nous a pas répondu sur la possibilité de le mettre en place.

“En finir avec les enfants qui se baladent avec les machettes”

D’autres idées ont été proposées par les maires au cours de la réunion, mais n’ont pas été retenues pour le moment. Il s’agit d’encadrer la vente de tôles, qui servent souvent à la construction de logements de fortune, et celle des machettes. “On veut en finir avec les enfants qui se baladent avec les machettes”, déplore le président de l’association des maires. Enfin, il soumet l’idée de réduire la population de chiens errants : “Ce n’est pas normal que les jeunes se baladent avec une dizaine de chiens autour d’eux.” Assis à droite du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla, le préfet a aussi souhaité aborder d’autres sujets liés à l’insécurité au cours des échanges. “On a parlé parentalité, sécurité des transports », raconte Madi Madi Souf. Ces autres problématiques à plus long terme ne seront pas de trop dans la lutte contre l’insécurité. Et seront sans doute une bonne chose pour des Mahorais qui ne veulent plus sentir le gaz lacrymogène sur l’île aux parfums.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...