test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les barrages « mis de côté » : la circulation reprend mais le mouvement continue

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Les véhicules doivent pouvoir circuler dès à présent. C’est ce qui est déclaré par Abdou Badirou, représentant des Forces vives, vers 18h30 ce vendredi à l’issue de la réunion de près de quatre heures qui s’est tenue avec les barragistes au marché couvert de Tsararano. Les barrages ne sont pas levés, mais « mis de côté », si l’on reprend l’expression du porte-parole. Le mouvement continue à travers la présence de ces barrages sur les routes, mais des barrages désormais ouverts, qui doivent, selon la nouvelle ligne de conduite, laisser passer les automobilistes dès ce vendredi soir.

Pour Safina Soula, le ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer, Gérald Darmanin, a tenu ses engagements pris lors de sa visite dimanche dernier en envoyant le courrier mettant noir sur blanc son projet pour Mayotte mercredi. La représentante des Forces vives et présidente du collectif des citoyens de Mayotte 2018 estime qu’il est important d’assouplir les barrages, dont la levée devait être la monnaie d’échange de ce courrier. Elle craint, en effet, que si le mouvement ne fait pas ce pas en avant, le gouvernement puisse décider de retirer ces premières promesses, notamment la fin du titre de séjour territorialisé.

Le mouvement va rester « vigilant »

Les échanges ont été musclés cet après-midi, dans le village de la commune de Dembéni. Des barragistes crient leur colère à l’issue de l’assemblée sur le parking du marché couvert. Un désaccord qui laisse craindre que chaque barrage commence à avoir ses propres règles. À cette interrogation, Abdou Badirou répond que le mouvement va rester « vigilant ». Tout comme il restera vigilant à ce que le gouvernement concrétise les mesures annoncées, et prenne en compte les revendications concernant la sécurité, dont la quasi absence dans le courrier à suscité les désaccords de ce vendredi après-midi.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...