Le collectif pour la sécurité d’Acoua alerte sur la situation de la commune

À lire également

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Sécurité Deux gendarmes du GIGN blessés en intervention

Deux gendarmes du GIGN ont été victimes d’une violente agression en embuscade dimanche, par un groupe d’individus « sortis d’un fourré ».

Déferlement de violences à Dzoumogné, les jeunes connus des services de police

Les habitants de Dzoumogné ont assisté à un déferlement de violences ce mardi 24 novembre. Tout au long de la journée des bandes rivales...

Délinquance : Ils se faisaient appeler la bande de Gotam, 9 interpellations après les violences de Petite-Terre

Une cellule d’enquête surveille depuis décembre les agissements d’une bande du quartier de Cetam, en Petite-Terre. Depuis lundi, et après un week-end entaché de...

Les habitants d’Acoua signalent un ras-le-bol global concernant l’ambiance du village. Le comité de surveillance et de sécurité civile de la commune tente d’alerter la municipalité sur la recrudescence des incivilités, mais ne reçoit pour le moment aucune réponse de la part des élus. Pourtant, la situation pourrait rapidement s’envenimer.

On est vraiment fatigués de cette situation”, entame la gorge nouée Oussedi Djamede, président du comité de surveillance et de sécurité civile d’Acoua. Et à ses yeux, la commune est tout simplement en train “d’être ghettoïsée par les jeunes”. Ses compères et lui-même se plaignent de l’arrivée de nouvelles familles dans la ville, qui auraient été expulsées de là où elles résidaient auparavant. “On a fait nos enquêtes ! Généralement, ils viennent la nuit quand tout le monde dort, on voit les camions débarquer tous les soirs pour les déménagements.

Pendant des missions de surveillance, les membres du comité se targuent d’avoir pu parler à certaines nouvelles têtes, qui vanteraient le choix d’Acoua pour le « peu de surveillance » et la « facilité d’installation ». L’homme engagé semble dépassé par la situation et clame haut et fort que l’augmentation démographique générerait de la violence. « Certains n’ont pas de travail, donc ils cherchent à manger… » Conséquences : le nombre de cambriolages prolifère et le trafic de drogue se consolide.

 

Une mise en danger des hommes et de l’environnement

 

Mais pour Chamsia, habitante de la ville, le problème est encore plus profond… La surpopulation au sein de la commune pousse les nouveaux arrivants à s’installer un peu partout, sans prêter attention à l’appartenance des parcelles ou à l’environnement. “La plupart des endroits qui ne sont pas habités ici sont des zones à risques. Ils construisent leurs maisons sur ces terrains, au risque de tout perdre au prochain éboulement, leurs affaires mais aussi leurs vies”, achève-t-elle dans un soupir. Avec toujours dans un coin de sa tête l’épisode de catastrophe naturelle subi fin février.

Au-delà des habituelles cases en tôle, certains « squatteurs » érigeraient également des maisons en dur sur des sites propices à la prolifération de variétés de flore mahoraise protégée. “On risque de perdre une partie de notre biodiversité si ces vagues continuent d’affluer”, poursuit Chamsia, anxieuse face au devenir de sa ville.

 

Se faire justice soi-même

 

On a interpellé la mairie le 23 avril, mais on est toujours en attente d’une réponse”, explique Ousseni Dajmede d’un ton inquiet, avant d’enchaîner. “S’ils ne réagissent pas très vite, la population va descendre dans la rue pour les expulser, comme on a déjà pu le voir.” Selon lui, une intervention de la municipalité pour décaser ces nouveaux arrivants est indispensable. Dans le cas contraire, les habitants d’Acoua pourraient choisir d’aller se faire justice eux-mêmes et d’entraîner par la suite un déferlement de vengeance entre les deux clans. Les uns voulant se protéger, les autres n’ayant rien à perdre… Déçu, le président du comité aurait souhaité une main tendue de la part des élus. “Ils ne sont même pas venus nous voir dans notre QG ! Et maintenant, les habitants veulent prendre les devants.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...