asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Au moins trois morts dans le naufrage d’un kwassa : un nouveau drame entre Anjouan et Mayotte

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

L’île au lagon s’est réveillée avec une nouvelle funeste ce lundi. Trois personnes, deux femmes et un enfant, ont péri lors d’un naufrage au large de Bouéni. Les services de secours, qui ont repêché 16 rescapés, sont restés à pied d’œuvre hier pour tenter de repêcher les passagers, malgré des conditions difficiles en mer.

Je suis au courant oui, un homme m’a appelé ce matin au sujet de sa femme. Il se demandait si son corps avait été emmené au CHM”, souffle Thani Omar, de l’association malgache Malagasy Mitambatra. L’homme vient régulièrement en aide aux familles endeuillées de Mayotte, pour retrouver leurs proches perdus en mer. Ce lundi matin, il ne quittait pas son téléphone des yeux. Tandis que la nouvelle, funeste, faisait son chemin sur l’île au lagon…

Au moins trois personnes, deux femmes et un enfant, ont perdu la vie dans un nouveau naufrage de kwassa-kwassa, au large de Bouéni. Le drame s’est déroulé au milieu de la nuit, vers 2h30 du matin. À ce moment-là, un appel téléphonique au 17 lance l’alerte : l’embarcation légère a chaviré, avec une vingtaine de passagers à bord. Dépêchés sur les lieux, deux intercepteurs, de la brigade nautique de la gendarmerie et de la police aux frontières (PAF), tenteront de repêcher le plus de rescapés possible. Aidés par l’avion de la lutte contre l’immigration clandestine (LIC), les équipes de secours parviendront à repêcher 16 passagers. Mais les alizées et une mer agitée, qui ont sans doute provoqué le naufrage initial du kwassa-kwassa, auront mis des bâtons dans les roues des sauveteurs.

 

Le bilan risque de s’alourdir

 

En début de matinée, le couperet tombe : au moins trois personnes sont décédées, dont une petite fille, d’après nos informations. “Il doit y avoir encore du monde en mer”, explique une source proche de l’enquête, à la mi-journée. “Les opérations de recherche se poursuivent, mais la mer est très mauvaise. Au large de Bouéni, ce sont des zones difficiles. Avec l’effet d’Archimède, les corps vont couler…” Avant d’être recrachés à la surface dans les jours qui suivent. En clair, le bilan pourrait s’alourdir. “A priori, il en manque, mais on n’en sait pas plus que ça”, confirme Jean Lhuillier, le directeur des Pompes funèbres de Mayotte, dont l’entreprise est sous réquisition des pouvoirs publics. C’est lui qui a récupéré les trois corps inanimés ce lundi vers 8h30, ramenés au ponton par les gendarmes.

L’enquête et les auditions sont en cours. Nous n’avons pas le chiffre exact de passagers, mais a priori, ils seraient plutôt 23, 24 ou 25 : en tout cas, il en y a sans doute un peu plus que ceux que nous avons pu reprendre à la mer”, déplore Laurence Carval, la directrice de cabinet du préfet. Qui précise aussi : “c’est bien un appel téléphonique qui a donné l’alerte, ce n’était pas dans le cadre d’une intervention en cours que le kwassa a chaviré.” Une précision de taille, quand on sait que les interceptions de ces fragiles barques à moteur par les intercepteurs peuvent parfois conduire à des drames. En 2007, deux personnes étaient mortes après la collision d’une embarcation clandestine et d’une vedette de la police.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...