test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La démolition de « Barakani » à Koungou est lancée

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Les opérations de démolition d’habitats insalubres continuent sur l’île. Ce lundi matin, la destruction du quartier Barakani, à Koungou, a commencé. En début de matinée, les engins de chantier étaient à l’œuvre pour détruire les quelques habitats restants. Cette opération intervient un mois après la démolition de « Talus 2 ».

La troisième opération de démolition d’habitats insalubres, dans le cadre de l’opération Wuambushu, a débuté ce lundi matin, dans le village de Koungou. L’arrêté préfectoral avait été déposé le 12 avril dernier et deux familles avaient saisi le tribunal administratif pour contester le texte. Cependant, le juge a rejeté le vendredi 9 juin, leurs recours, considérant que des offres de relogement ont bien été faites par les services de l’État. Selon la préfecture, ce sont 80 cases en tôles qui étaient érigées sur le site de Barakani. Cependant, les occupants ont pris les devants et il n’en restait que quelques-unes à démolir le jour-j.

« Les gens sont partis très vite »

Au sein de ce quartier informel, ce sont vingt familles qui y avaient construit leurs habitats et « deux tiers étaient en situation régulière », malgré cela, « aucune n’a été relogée », souligne Psylvia Dewas, chargée de la résorption de l’habitat illégal et de la construction de logements sociaux à la préfecture de Mayotte. Des solutions de relogement refusées par les familles ou restées sans retour. À la suite des premières visites de reconnaissance sur le terrain, « les gens sont partis très vite, même ceux qui avaient des propositions de relogement », reconnait Psylvia Dewas. Avant l’opération de démolition, de nombreuses cases en tôles avaient été détruites par les habitants eux-mêmes. Malgré ces destructions volontaires, « encore la semaine dernière, nous étions en contact avec deux familles ayant déposé des recours, mais elles ont refusé les propositions de relogement », complète-t-elle.

Dix arrêtés de démolition déposés

Sur place, Thierry Suquet, le préfet, explique que « pour le moment nous avons déterminé 15 périmètres », ce qui représente 1.000 habitats informels, mais aucune date d’échéance n’est précisée par le délégué du gouvernement. Une dizaine d’arrêtés de destruction de bidonvilles ont été pris, dont trois – dans la commune de Koungou – ont d’ores et déjà été effectués. « On continuera à en prendre », réaffirme le préfet. Pour le maire de Koungou, Assani Saindou Bamcolo, également présent sur place, « ce sont des opérations importantes pour le développement de la commune ». En début de matinée, les ouvriers ont œuvré à déblayer les gravats et les tôles, avant de commencer à détruire les cases restantes. Ce chantier de « décasage » devrait durer jusqu’à mercredi.

Une future station d’épuration

Propriétés du conseil départemental et du syndicat des eaux de Mayotte, les parcelles du site accueilleront à l’avenir une station de traitement des eaux. « On souhaite que sur les sites où l’on applique la loi Élan, il y ait des projets d’aménagement », réaffirme Thierry Suquet. Les travaux de sécurisation des lieux et de terrassement devraient débuter d’ici la semaine prochaine. Cette station d’épuration permettra de traiter les eaux de 25.000 habitants des villages de Koungou et Majicavo.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...