asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Nous avons toutes les conditions réunies pour développer et atteindre la souveraineté alimentaire »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

La Chambre d’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture de Mayotte et les Chambres de commerce d’industrie et d’agriculture de Tanzanie ont récemment signé des accords de partenariats agricoles. Invitée par le Conseil Départemental, une délégation tanzanienne est récemment venue discuter des ambitions futures pour cette collaboration.

 Les conversations et remerciements fusent à l’hémicycle Younoussa Bamana à Mamoudzou, ce vendredi. La délégation tanzanienne et les acteurs économiques mahorais sont tous rassemblés. « Vous êtes ici chez vous », énonce Ben Issa Ousseni, président du conseil départemental, s’adressant à ses invités tanzaniens. La Chambre d’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture de Mayotte (CAPAM) et les Chambres de commerce d’industrie et d’agriculture (CCIA) de Tanzanie ont lancé une rencontre, suite à la signature d’accords agricoles. « Il fallait d’abord, apprendre à se connaître », déclare Ambdilwahedou Soumaila, maire de Mamoudzou. Une énième rencontre entre les deux états, qui va permettre de dégager de nouveaux horizons pour la région. « Puissent ces moments de rencontre et de réflexion nous conduire à réaliser nos objectifs communs », conclut en souriant le président du Département.

Redorer le blason de l’océan Indien

« Il faut donner à Mayotte la place qu’elle mérite au sein du canal du Mozambique », déclare Ali Suleiman Amour, président de la Chambre de commerce Nationale de Zanzibar. Selon lui et beaucoup de ses confrères, la Tanzanie et l’île aux parfums sont similaires. Ils auraient la même dépendance à la pêche, à l’agriculture, à l’aquaculture ainsi que des ressemblances culturelles. Le point qui met tout le monde d’accord, c’est le caractère, défini comme « essentiel » par lui, ses collègues tanzaniens et mahorais, de ce rapprochement entre les deux nations.

Fatma Washoto, cheffe de la délégation, a mis un point d’honneur sur l’agriculture locale et régionale. « Avec la guerre en Ukraine, on a de très faibles arrivages en blé. Cependant, le blé ne pousse pas ici. C’est un héritage de la colonisation. Nous avons des produits naturels ici : la coco, le riz ou encore le manioc. Le sol est riche ici, nous devons arrêter de dépendre des imports », insiste-t-elle. Les collaborateurs sont convaincus de la possibilité de création de nouveaux circuits d’échanges régionaux et de la capacité de production de Mayotte. « Nous avons toutes les conditions réunies pour développer et atteindre la souveraineté alimentaire. On doit moins importer et augmenter nos exportations », ajoute le président du Département. « Mayotte est un poste français et européen au sein du canal du Mozambique et plus largement, en Afrique de l’Est. Avec une stabilité politique et une croissance économique forte, notre territoire a tous les atouts pour devenir un partenaire privilégié pour ses voisins », soutient le directeur du conseil départemental. Il croit au possible développement économique et agricole du territoire mahorais.

« Mayotte va beaucoup gagner »

Le plus proche objectif de cette collaboration est que la Tanzanie prêtera des terres pour que des agriculteurs mahorais puissent cultiver là-bas. « Mayotte va beaucoup gagner », affirme Fatma Washoto. Une initiative positive, soutenue par Said Attoumani, directeur de la CAPAM,  « l’autonomie alimentaire n’est pas un rêve, ça doit être un objectif. C’est nécessaire pour offrir plus de stabilité à notre territoire ». Obtenir un accès plus équitable aux denrées alimentaires et en quantité plus suffisante, c’est ce que veut sur le long terme l’organisme d’agriculture. Ce point-là est gagnant-gagnant, puisqu’il rapportera aux tanzaniens de nouveaux producteurs agricoles sur leur territoire.

Des vols directs entre la Tanzanie et Mayotte

Plusieurs projets à venir se sont dessinés au sein de l’assemblée. Le préfet, Thierry Suquet, a notamment dans les tuyaux le projet de créer des vols directs entre l’île et la Tanzanie. « On veut permettre aux jeunes d’être plus mobiles et de s’ouvrir à d’autres opportunités », confirme le préfet. Une ouverture de plus de Mayotte sur l’océan Indien s’inscrit dans les futurs points de cet échange.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...