100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

J-F. Colombet : « On sera désormais à 100% d’éloignements de tout ceux qui ont violé la loi »

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

De la théorie à la pratique. Mercredi, préfecture, procureur et forces de l’ordre signaient une convention collective venant renforcer leur collaboration dans le cadre des expulsions de détenus ayant purgé leur peine, mais sans titre de séjour. Une disposition administrative jusqu’alors difficilement applicable.

Le sujet traîne depuis « des années et des années en métropole », assure le préfet. Désormais, à Mayotte, la question est réglée. Mercredi, Jean-François Colombet, le procureur de la République, le directeur du centre pénitentiaire de Majicavo et les chefs de police et de gendarmerie signaient une convention inédite permettant d’expulser directement, une fois leur peine purgée, les détenus incarcérés sur l’île visés par une obligation de quitter le territoire français. Ils représentent à eux seuls 54% de la population carcérale de Mayotte.

En théorie, le dispositif – en vigueur depuis une poignée de semaines – devait déjà être appliqué de fait, comme partout ailleurs sur le territoire républicain. Mais en pratique, la coordination des différents services – autorités judiciaire et administrative ainsi qu’établissement pénitentiaire – se heurtaient jusqu’alors à un manque de coordination. «  Souvent, cette transition entre le centre pénitentiaire et le pays d’origine fonctionne mal, y compris dans les départements de métropole. Les gens qui sont condamnés n’ont plus le statut pour rester, mais personne ne les récupère quand ils sortent de prison et on ne les retrouve jamais, du fait des conditions d’habitat et de domiciliation », concède le délégué du gouvernement. « Mais ces gens-là, nous n’en voulons plus à Mayotte. »

« Plus d’évaporation dans la nature »

Ils sont ainsi une demie-dizaine à une quinzaine, chaque mois, à continuer à vivre illégalement sur le territoire après leur sortie de prison sans y être autorisé. « Souvent, on a une date de sortie sans avoir connaissance de la décision du juge, qui a peut-être raccourci la peine ou anticipé la sortie… », commente encore Jean-François Colombet. Mais à présent, le service de probation et d’insertion du centre pénitentiaire devra signaler les individus libérables et leur situation administrative. « Donc le service de police ou de gendarmerie viendra à l’intérieur du centre chercher le détenu libéré et l’amènera au bateau ou au centre de rétention administratif en vue de sa reconduite vers son pays d’origine. Et là, on n’aura plus d’évaporation dans la nature : on sera désormais à 100% d’éloignements de tout ceux qui ont violé la loi. Une personne qui a purgé sa peine à le droit d’être libre, mais s’il n’a plus le droit de séjour, il l’est dans son pays d’origine, pas à Mayotte. » De quoi aussi éviter, selon le préfet, de nombreux risques de récidives. « C’est ça l’objectif : apaiser le territoire autant qu’on peut. » Dans la même optique, Jean-François Colombet présidera ce vendredi  une commission des titres de séjour, aux côtés d’élus, pour « en supprimer ou en suspendre et sortir du discrétionnaire »

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...