Forum économique de Mayotte : « Notre priorité est d’être reconnu comme un territoire touristique »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

À l’occasion du 3ème forum économique de Mayotte, l’événement s’est attardé sur l’offre touristique que pouvait offrir l’île aux parfums. Un enjeu régulièrement porté par les institutions pour dynamiser le territoire. Alors pour devenir une destination incontournable dans l’océan Indien, le 101ème département compte bien accélérer en ce sens.

Première journée du 3ème forum économique de Mayotte. Et premiers enseignements à tirer, notamment en matière de tourisme. Un secteur qui fait bien souvent rêver dans l’optique de dynamiser le territoire. « Mayotte, c’est une histoire riche, une culture authentique, une île souriante », plaide devant l’assemblée Moiyegue Zoubert, cheffe de service développement touristique, au sein de la direction du développement économique et de l’innovation du conseil départemental. Si le 101ème département dispose des atouts indéniables pour séduire, il lui reste encore énormément de chemin à parcourir pour comptabiliser des retombées pérennes. Cependant, tout n’est pas à jeter. La collectivité ne part pas non plus d’une page blanche. Parmi les points positifs : Mayotte peut se targuer d’avoir accueilli 65.500 touristes en 2019 (+16% par rapport à l’année précédente) après avoir stagné à 50.000 visiteurs pendant 10 ans. Un record inédit porté par le tourisme affinitaire, dont la motivation principale du séjour consiste en la visite de parents ou d’amis (42.900 voyageurs). Pour un total de 44 millions d’euros de dépenses selon un rapport publié en août dernier par l’institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

Le Département compte bien surfer sur cette vague pour asseoir les bases de son ambition. « Notre priorité est d’être reconnu comme un territoire touristique, même si nous avons encore une offre à construire. Nous voulons devenir une destination à la fois concurrente et complémentaire de nos pays voisins ans la région », souffle Moiyegue Zoubert pour résumer la ligne directrice du Département sur ce thème. Le tout en se structurant autour de projets innovants, tels que l’éco-tourisme. Première étape avec la validation du schéma régional de développement du tourisme et des loisirs le 30 juin dernier. Plusieurs grands principes reposent sur cette stratégie : la construction d’hébergements, l’aménagement des sites, la création d’activités ; le déploiement de la formation autour des métiers du tourisme, les demandes de certifications et de labels internationaux ; la création d’un observatoire touristique en 2021 pour mesurer les impacts politiques ; l’organisation territoriale du tourisme en synergie avec l’État, les communautés de communes et les municipalités. Sans oublier le concours de l’établissement public foncier et d’aménagement de Mayotte pour s’approprier du foncier.

2.000 lits et 120.000 touristes en 2030

 De belles promesses sur le papier qui doivent désormais se concrétiser en dehors de l’hémicycle Younoussa Bamana… Car le conseil départemental porte l’ambition de passer de 1.000 à 2.000 lits d’ici 2030, soit 500 chambres d’hôtels supplémentaires, dont la moitié dès 2025. Les élus sont-ils tombés sur la tête ou bien vivent-ils dans un rêve éveillé ? Ni l’un ni l’autre selon Moiyegue Zoubert qui croit dur comme fer en ces chiffres. L’extension du Jardin Maoré et la pose de la première pierre du futur complexe 3 étoiles d’Ibis dans la zone aéroportuaire (voir l’article consacré dans l’édition du jour) vont dans ce sens. En tout cas, avec un objectif de 120.000 touristes d’ici 10 ans, le temps presse !

Côté finances, la collectivité compte bien profiter du prochain programme de fonds européens pour inscrire des projets d’hébergements, des 13 millions d’euros dédiés du contrat de convergence et de transformation pour stimuler l’attractivité touristique, mais aussi de la défiscalisation pour attirer de nouveaux entrepreneurs. « Il y a de l’argent, mais il faut savoir l’utiliser intelligemment », insiste la cheffe de service développement touristique. En attendant tous ces fonds, l’étape suivante réside dans la création d’une commission départementale des sites et des itinéraires pour bénéficier de sentiers homologués. Et ainsi faire de la randonnée l’une des activités phares des futurs touristes mais aussi des habitants de l’île aux parfums. « Tous ensemble, nous allons pouvoir réussir », conclut Moiyegue Zoubert, au terme d’une présentation express, qui a comme un air de déjà vu…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...