100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le campement des Africains à Cavani démantelé ce vendredi matin

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Matelas, chaises et matériel de cuisine ont été ramassés par la mairie de Mamoudzou, avec le concours de la gendamerie et de la police, ce vendredi, à Cavani. Une centaine de ressortissants africains vivent ici, dans des conditions d’hygiène difficiles.

Près d’une centaine de personnes vivent sur le camp de fortune installé devant les locaux de l’association Solidarité Mayotte, quartier Massimoni, dans le village de Cavani. Originaires de la République démocratique du Congo, Rwanda, Burundi ou de Somalie, elles sont pour la plupart en attente d’un logement de la part de la structure ou d’un rendez-vous à la préfecture de Mayotte dans l’espoir d’un titre de séjour. Ce vendredi matin, vers 10h30, les gendarmes mobiles, les policiers nationaux et municipaux ont demandé aux occupants de prendre leurs affaires personnelles et de s’écarter du camp évacué. En effet, un arrêté municipal datant de ce jeudi a été mis en application. Le personnel de la mairie, aidé de camions, a procédé à l’enlèvement des matelas, des chaises, sièges, palettes, tiroirs ou casseroles amassés au fil des mois. Cette opération a été organisée avec le concours du préfet de Mayotte et à la demande des habitants du quartier. Car, même si les Africains louent « un quartier calme », le campement pose des problèmes d’hygiène. « On n’a pas d’endroit pour faire nos besoins. On va se laver plus haut », explique un Congolais arrivé à Mayotte il y a trois mois. Avec ses habits rangés à la hâte dans son sac à dos, celui-ci ne sait pas encore où il va dormir ce vendredi soir.

« Ils vont revenir, ils n’ont nulle part où aller »

Il n’est pas le seul. Les occupants tenus à distance regardent, inquiets, tout leur mobilier jeté au rebut. Lors de l’intervention, seuls les femmes et les enfants étaient sur place. « Les hommes sont partis chercher à manger », indique l’un d’eux. Les ordres des forces de sécurité sont clairs, il s’agit simplement de procéder à l’enlèvement du camp. Aucune solution d’hébergement n’a été envisagée. Livrés à eux-mêmes, les occupants du camp ne devraient pas aller très loin. « Ils vont revenir, ils n’ont nulle part où aller », fait remarquer un ressortissant congolais, qui suit le sort de ses compatriotes. « On reviendra à chaque fois », promet Chaharoumani Chamassi, le directeur de la police municipale.

Le commissaire Laurent Simonin, directeur territorial de la police nationale, confirme. « On est revenu six fois quand ils se sont installés dans le centre de Mamoudzou », rappelle-t-il.

 

Les contrôles d’identité à Mayotte jugés conformes

Les contrôles d’identité permis à Mayotte, sans restriction de lieux, restent conformes aux droits fondamentaux, a estimé ce vendredi 25 novembre, le conseil constitutionnel. Cette décision est justifiée par « la situation particulière de l’archipel, confronté à une importante immigration irrégulière ». Elle fait suite au dépôt d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), soutenue par plusieurs associations dont la Ligue des droits de l’homme et Médecins du monde, stipulant que cette pratique est « généralisée et discrétionnaire » et contrevenant « à la liberté d’aller et de venir ». Pour certaines parties, ces contrôles sont « contraires au principe d’égalité devant la loi », puisque « dans les autres collectivités d’Outre-mer, de tels contrôles d’identité ne peuvent être effectués que dans des zones géographiques limitées », souligne le conseil constitutionnel dans un communiqué. Ce dernier estime qu’avec ces contrôles permettant « de vérifier le respect des obligations de détention, de port et de présentation des titres et documents prévus par la loi », le législateur « a poursuivi l’objectif de lutte contre l’immigration irrégulière qui participe de la sauvegarde de l’ordre public, objectif de valeur constitutionnelle ». L’instance justifie sa décision en expliquant que Mayotte « est, depuis de nombreuses années, confrontée à des flux migratoires exceptionnellement importants et comporte une forte proportion de personnes de nationalité étrangère en situation irrégulière ». Il pointe également que le département est « soumis à des risques particuliers d’atteintes à l’ordre public sur l’ensemble de son territoire ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...