Le Polé dérouté en raison d’une pluie de cailloux à Mamoudzou

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

Ce lundi 7 décembre, la première barge en provenance de Petite-Terre a dû être déroutée lors de son arrivée à l’embarcadère de Mamoudzou. Une bande de jeunes a caillassé le navire et ses passagers, provoquant la blessure d’une mineure. Cet incident a provoqué plusieurs bouchons durant une bonne partie de la matinée. Le service de transport maritime a demandé des renforts policiers sur les deux quais pour le reste de la semaine. Requête acceptée par la préfecture pour une durée indéterminée.

« Ces violences sont inadmissibles. Les passagers n’ont pas à se trouver otages de ces guerres de tranchées. » Des mots durs prononcés par le président du conseil départemental, Soibahadine Ibrahim Ramadani, en réponse au caillassage subi par le navire Polé, ce lundi 7 décembre, lors de son amarrage à Mamoudzou. Prêts à débarquer sur Grande-Terre vers 5h50, les usagers voient alors une pluie de cailloux s’abattre sur le navire depuis l’extérieur de la gare, à proximité du restaurant le 5/5. Prioritaire, une voiture médicalisée n’a même pas le temps de s’engager sur la terre ferme. En à peine quelques secondes, le commandant de bord décide de remonter la rampe et de dérouter la barge en direction du quai Ballou. « Une fillette a été blessée par les projectiles et a été prise en charge à Dzaoudzi », annonce un cadre du service des transports maritimes, qui tient à féliciter la réaction instinctive de son pilote.

Un match de football comme étincelle

Ce nouvel incident ferait suite à une rencontre officielle de football, jouée la veille en début d’après-midi, entre les U18 de l’USC Labattoir et ceux du club Wana Simba de Mamoudzou. Une demi-finale de Coupe de Mayotte qui a vu les Labattoiriens l’emporter 3 à 0, mais qui a tourné au règlement de compte. « Déjà tout le long du match, la trentaine de jeunes dehors menaçait nos joueurs. Ils ont joué la peur au ventre, ils étaient terrorisés. Les remplaçants n’avaient même pas la force d’entrer en jeu », témoigne le coach du Wana Simba. 

À l’issue de la confrontation, à peine les sportifs prennent-ils place dans leur bus situé sur le parking du stade que les délinquants mettent leurs menaces à exécution, en entourant le véhicule et en le bombardant de pierres. « Nous avons senti que ça allait tourner au vinaigre et avons tenté de parler avec certains d’entre eux, mais nous n’avons rien pu faire. Nous n’étions que trois membres du club et eux, trop nombreux pour être apaisés par nos paroles », se remémore un dirigeant de l’USC Labattoir.

Saturation du trafic

Match retour le lendemain, avec ce qui ressemble à des représailles, même si « judiciairement parlant, nous n’avons aucune preuve », relate la gendarmerie. Prévenue, la police nationale se rend immédiatement sur les lieux et provoque la dispersion des jeunes, venus en découdre avec les Petits-Terriens. Du côté des militaires, le colonel envoie une unité de six gendarmes positionnée à proximité du siège de la collectivité, dans l’attente de son départ pour l’opération de destruction d’habitats illégaux à Dembéni. Quant à la présence de plusieurs équipes mobiles dans le Karihani, qui devait accoster peu après son départ initialement prévu à 6h, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une « coïncidence ». 

Si la tension redescend rapidement d’un cran grâce à l’intervention des forces de l’ordre, le réseau maritime se retrouve complètement désorganisé pendant plusieurs heures. « Les deux bateaux sont arrivés au même moment à Mamoudzou, peu après 6h30 », explique-t-on chez STM. « Nous avons pris une heure de retard alors que nous nous trouvions en pleine heure de pointe. » Synonyme de saturation du trafic, notamment pour les véhicules pris en tenaille dans des bouchons sans fin. « Nous avons eu une queue beaucoup plus longue qu’à l’accoutumée. » Le retour à la normale n’intervient finalement qu’aux alentours de 9h. 

Dans l’après-midi, le STM demande sans tarder des renforts policiers au préfet pendant les créneaux matinaux sur les deux quais durant toute cette semaine, dans le but d’éviter de mauvaises surprises et d’assurer la sûreté des passagers à leur sortie. « Les agents de sécurité à terre sont tenus de se barricader et de verrouiller les portails pour limiter les intrusions, ils ne sont pas la force publique », argumente le service spécifique du Département. Requête acceptée par la préfecture, pour une durée indéterminée. Reste à savoir si ces patrouilles suffiront à apaiser les tensions entre ces bandes rivales… « Des jeunes qui préméditent leurs actions et qui se donnent rendez-vous pour régler leur compte à la sortie de la barge, c’est une première ! » 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Pour Mansour Kamardine, « les moyens affectés sont en deçà des besoins réels »

Face aux risques de nouvelle flambée épidémique à Mayotte, le député LR Mansour Kamardine martèle depuis plusieurs semaines l'absence de moyens déployés par le...

Crise sanitaire : À la mosquée de Passamaïnty, dernière prière avant le couvre-feu

Les fidèles accueillent avec peu d’enthousiasme les nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du variant de Covid-19 à Mayotte. Surtout au vu des...

Couvre-feu : Les commerçants mahorais obligés de se réorganiser à nouveau

Couvre-feu oblige, les commerçants doivent revoir leur organisation. Horaires aménagés pour les salariés, baisse du chiffre d'affaires… La nouvelle mesure vient aggraver la situation...

Cordées de la réussite : permettre aux élèves mahorais de dépasser leurs limites

Le dispositif Cordées de la réussite fait son entrée à Mayotte cette année, après plus de 12 ans d’existence sur le territoire nationale. 27...

Malgré la fermeture des vols internationaux, Ewa Air pense déjà à rebondir

Éternel optimiste, le directeur général délégué de la compagnie aérienne d'Ewa Air, Ayub Ingar, ne perd ni le sourire ni ses ambitions malgré l'arrêt...