test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

A Sada, une dizaine d’écoliers est venue armée en classe

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

Le maire de la commune a convoqué lundi les parents des élèves concernés pour un rappel à l’ordre. Elle a pris un arrêté d’interdiction de port d’armes dans les écoles et les espaces publics.

Les faits se sont produits il y a exactement une semaine, dans les écoles de Sada 2 et de Sada 4. Selon nos informations, une dizaine d’élèves scolarisée en CM1 et en CM2 est venue mercredi dernier munie d’armes blanches en classe. En l’espèce, « des chombos à la mahoraise et des objets divers assez dangereux », précise le maire de la commune, Anchya Bamana. Ces « quelques élèves […] allaient se faire la guerre après les cours », s’inquiète la première magistrate. « C’est alarmant. »

Lundi, l’élue a convoqué les parents des jeunes concernés, soit une vingtaine de personnes. « J’ai fait un rappel à l’ordre », déclare-t-elle. Ce dispositif a été rendu possible par une convention signée avec le parquet il y a quelques années. Par ailleurs, « un arrêté d’interdiction de port d’armes a été pris dans l’enceinte de l’école mais aussi dans l’espace public », poursuit la maire.

« La responsabilité des parents d’abord »

Les parents convoqués lundi ont écarté la piste d’une bagarre entre élèves des deux écoles de la commune. Selon eux, les armes blanches étaient destinées à se défendre du racket opéré par des jeunes non scolarisés, qui seraient présents aux abords des écoles. « Les parents réagissent maladroitement en disant : « Défendez-vous » [à leurs enfants] », regrette l’élue, incertaine de la véracité de cette version. « Le racket est plausible. C’est quelque chose qui existe dans tout Mayotte et qui se généralise. C’est un problème territorial […] Le sentiment général d’insécurité s’étend […] Ceux qui ne sont pas scolarisés ont tendance à venir semer le bordel dans les écoles. »

Jeudi puis vendredi, des réunions ont été organisées entre l’élu municipal en charge de la sécurité, les délégués de parents d’élèves, le vice-rectorat, et la brigade de gendarmerie de Sada. Une brigade qui « a réagi très rapidement » mercredi dernier, salue Anchya Bamana.

L’alerte a pu être donnée à temps par « l’un des élèves qui en a parlé à l’institutrice. » La police municipale a été mobilisée et la première magistrate informée des événements. « Des enfants de 9 ou 10 ans, ça parle. Ils nous ont dit : « Un tel en a, un tel en a » [des armes NDLR]. On a pu les encercler rapidement », détaille Anchya Bamana, qui s’est rendue sur place. Le maire a lundi rappelé aux parents qu’ils « sont responsables de leurs enfants. […] Le tout n’est pas de faire des enfants mais de s’en occuper. Plus ça va, et plus on nous dit que c’est la responsabilité des pouvoirs publics, du maire, du préfet. C’est celle des parents d’abord », insiste l’élue.

« Quand elles ont des difficultés, les familles doivent venir en mairie, au CCAS (Centre communal d’action sociale) », conseille la première magistrate. L’élue mentionne également qu’une convention avec le Conseil départemental est en place pour l’aide sociale à l’enfance, avec des psychologues à disposition. Cet incident est « l’occasion de rappeler que des services sont là pour aider les parents qui ont besoin d’un soutien en matière d’éducation. » L’incident de mercredi « permet d’éveiller la conscience sur cette question [de l’éducation parentale], de discuter de manière générale sur les politiques à mettre en place en la matière ».

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...