Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un happening entraînant pour annoncer le festival Nole Zatru Mwili Watru

À lire également

Larissa Salim Bé, une miss qui excelle

Elle a été élue le 31 octobre à Ouangani. Larissa Salim Bé est la nouvelle miss excellence Mayotte et a tout pour plaire. Elle...

Catégorie Entreprise dynamique : Sublime Institut

C’est un salon d’esthétique pas comme les autres. Sublime institut traite en profondeur les problèmes de peau, sur le visage mais également sur le...

Crêpage de chignon autour de l’événement Miss Mayotte

L’événement n’en finit plus de faire jaser. Alors que la prochaine Miss Mayotte sera élue le 7 novembre, une jeune association culturelle, Model Agency...

Miss Excellence France 2021, Larissa Salim Bé a ramené la couronne à la maison

Son retour à Mayotte était très attendu. Larissa Salim Bé, fraîchement élue Miss Excellence France 2021, est rentrée sur son île natale ce mercredi...

Dans le cadre du festival « Nole Zatru Mwili Watru » prévu ce samedi 14 août à la MJC de Mangajou, l’association Wassi Watru Mama a organisé un happening en plein cœur du marché couvert de Mamoudzou pour faire un écho à cet événement, qui a pour objectif de mettre en lumière et de rappeler l’importance de la femme dans la société mahoraise.

10h30, mercredi 11 août. Entre les saveurs et les senteurs du rayon fruits et légumes du marché couvert de Mamoudzou s’élèvent haut et fort le nom des célèbres Chatouilleuses, ces personnalités féminines qui se sont battues pour réduire l’influence des autres îles de l’archipel des Comores sur Mayotte et arrimer cette dernière à la République française. Zéna M’Déré, Zakia Madi, Boueni M’Titi, Echati Maoulida, et bien d’autres se rendent coup pour coup… Leur mémoire résonne à l’appel des membres de l’association Wassi Watru Mama. Un pan d’histoire refait naturellement surface.

Poings levés au ciel et bérets à l’effigie de l’ylang-ylang vissés sur la tête, les dames haranguent une par une les badauds. Dans l’euphorie de l’action, les voilà rejointes par les vendeuses installées ici et là et prises au jeu. Dégaînés, les téléphones immortalisent cette communion. Les flash crépitent au rythme des allées et venues. « Aujourd’hui, il s’agit d’un happening, une performance artistique de courte durée, pour faire un écho sur notre festival maopop culturel qui se déroule ce samedi 14 août à la MJC de Mangajou », concède Elcy Madi, la présidente organisatrice de l’événement intitulé « Nole Zatru Mwili Watru », en queue de peloton pour fermer la marche.

« La femme noire est belle »

Ce rendez-vous, plus communément appelé « Nos cheveux, notre peau », est une manière de « nous ouvrir au monde en gardant une identité locale très forte » et de « rappeler que la femme noire est belle ». « Acceptez-vous telle que vous êtes », insiste l’instigratrice de ce projet qui fête sa deuxième édition après celle de Chirongui en 2019. Au programme de cette journée prévue de 9h à 21h : une conférence suivie d’un débat sur la féminité, l’éducation, la sexualité et le handicap, un défile en présence des Miss Excellence France et Salouva, des ateliers sur l’entrepreneuriat en partenariat avec la BGE, la couveuse

d’entreprises Oudjerebou ou encore la Cress (chambre régionale de l’économie sociale et solidaire), deux master-class payantes avec places limitées sur le cuir chevelu mahorais et le make-up…

Mais pas que. Bien d’autres surprises attendent le public, telles que des concours de nappy hair et de tresse ainsi que 11 stands tenus par des entrepreneuses en lien avec le maquillage, la coiffure, le bien-être. Sans oublier un concert avec trois jeunes artistes de la scène musicale pop-urbaine mahoraise. « L’objectif est de mettre en valeur la femme dans toute son entité et son ensemble, mais aussi de parler de sujets plus sensibles, comme l’autisme à Mayotte », précise Elcy Madi. Boudé financièrement par les institutions, ce genre d’événement risque bien de démontrer à tout à chacun la place prépondérante des Mahoraises dans la société, depuis notamment l’émergence des Chatouilleuses dans les années 60. Cinquante ans plus tard, le festival « Nole Zalu Mwili Watru » est là pour le rappeler.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Le branle-bas de combat au centre hospitalier

Le service des urgences du centre hospitalier de Mayotte (CHM) tourne avec quatre médecins de jours et trois médecins de nuit, se défend la...

Omar : « C’est chez moi ici, je ne partirai pas »

Des tôles déformées, des cendres et des trous encore fumants sont les restes du chalet d’Omar. L’exploitation de l’agriculteur de M’tsapéré, ciblée régulièrement par...

Musique traditionnelle et électro s’accordent au festival Kayamba

La sixième édition du festival de musique traditionnelle et électronique se déroulera du vendredi 31 mai au samedi 1er juin. Deux dates pour deux...

Les jeunes du RSMA sensibilisés aux violences contre les femmes

Le régiment du service militaire adapté (RSMA) de Mayotte a reçu, ce mardi 28 mai, la cinquième édition de la journée de lutte contre...

« On va partir et voyager autour de l’Europe »

Le mois de l’Europe est célébré pendant tout le mois de mai, dans l’ensemble des États membres afin de rendre hommage à la date...