100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Semaine de l’environnement : l’homme, responsable des maux de notre forêt

À lire également

Larissa Salim Bé, une miss qui excelle

Elle a été élue le 31 octobre à Ouangani. Larissa Salim Bé est la nouvelle miss excellence Mayotte et a tout pour plaire. Elle...

Crêpage de chignon autour de l’événement Miss Mayotte

L’événement n’en finit plus de faire jaser. Alors que la prochaine Miss Mayotte sera élue le 7 novembre, une jeune association culturelle, Model Agency...

Miss Excellence France 2021, Larissa Salim Bé a ramené la couronne à la maison

Son retour à Mayotte était très attendu. Larissa Salim Bé, fraîchement élue Miss Excellence France 2021, est rentrée sur son île natale ce mercredi...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Sujet brûlant de la deuxième journée de la Semaine de l’environnement organisée par la Somapresse (la société éditrice de Flash Infos et Mayotte Hebdo), la déforestation serait la principale source (et non des moindres) de raréfaction de l’eau à Mayotte. Comme l’ont indiqué les intervenants, ce mardi matin, dans les locaux de la Cadéma,  le facteur est aggravé par une démographie qui explose d’année en année, ainsi qu’un manque d’implication des élus locaux ou d’absence de volonté politique. Il y a urgence à sensibiliser sur l’étendue des conséquences de cette déforestation.

Le régime des coupures régulières d’eau auquel notre île est soumise depuis plusieurs années est un facteur qui doit sensibiliser tout le monde sur la nécessité de mettre rapidement un terme aux nombreuses attaques que subit le système forestier et agro-forestier local. Cette année, pour la première fois, les spécialistes sont en mesure de quantifier les effets néfastes de l’action de l’homme sur cette nature hypersensible dont dépend pourtant, et très fortement, sa survie. Entre 2011 et 2016, la déforestation aurait concerné 1.420 hectares, soit 150 hectares chaque année, dans un conflit de compréhension entre les autorités et les agriculteurs sur l’appartenance réelle des terrains. Houlam Chamssidine (président de Mayotte Nature Environnement), premier intervenant à cette deuxième journée de la Semaine de l’environnement, estime que 95 % de la forêt mahoraise (mi-public et privée) sont exploités. Il préconise que les pouvoirs publics renoncent à vouloir le remettre en état, faute d’avoir les moyens de le faire actuellement et s’atteler en revanche à sauvegarder par tous les moyens mobilisables les 5 % restant.

Ce sont 20.000 tonnes de terre qui se déverserait dans le lagon (ce qui représenterait 1.000 bennes poids lourds) chaque année en raison de la déforestation. L’explosion démographique (et les besoins en nourriture de la population) en serait la principale cause. Jadis habitués à exploiter en alternance de petites surfaces agricoles, avec un système de culture sur brûlis maitrisé, le Mahorais n’aurait plus la maîtrise d’une très grande partie de son domaine agro-forestier. Sur le terrain, il apparait que de moins en moins de locaux exploitent eux-mêmes leur foncier agricole. Lorsqu’ils ne loueraient pas les services d’une main-d’œuvre étrangère, ils confieraient tout bonnement cette exploitation à des tierces personnes qui mettent en avant l’aspect rentabilité au détriment du respect de l’environnement et des traditions agricoles locales. D’autres phénomènes sont bien sûr constatés (une déforestation massive organisée en un temps record, des incendies sauvages sur des larges espaces, notamment pour la production de charbon de bois, ou la déperdition de la qualité des sols causée par des monocultures telles que le manioc ou les ambrevades.

La conséquence est visible sur les bassins versants où l’eau de ruissellement ne s’infiltre plus dans le sol et part directement dans le lagon. Par ailleurs, le micro-climat influencerait la nature à ces endroits, la déforestation étant ressentie par l’ensemble des espèces qui communiquent entre elles par différents moyens et qui subissent un stress important. Ces nuisances contraignent des espèces animales et végétales à migrer dans d’autres espaces.  Il se caractérise également par une surexploitation des ressources naturelles, une dégradation des habitats et une perte de la biodiversité, une prolifération des espèces envahissantes et une pollution (chimique, organique, sonores et lamineuse), altération et destruction des espaces naturelles, combustion des forêts (20%) des émissions à effet de serre à Mayotte (y compris la culture sur brûlis). Pour Houlam Chamssidine, le remède à la situation actuelle n’est pas à chercher à travers une grosse solution qui prendrait des années à produire des résultats incertains, mais plutôt favoriser une multitude de solutions annexes qui allégerait très rapidement la ressource.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...