Les communes incitées à miser sur le solaire

Les communes incitées à miser sur le solaire

500 euros. C'est ce que pourrait économiser par an et par lampadaire solaire les communes qui feront le choix de miser sur ce matériel pour éclairer leurs rues plutôt que sur les lampadaires au sodium, comme l'a souligné hier Électricité de Mayotte (EDM). La société organisait une réunion à destination des communes afin des les informer sur les avantages d'investir dans l'éclairage public LED autonome.

“Le coût à l'achat du LED solaire est certes deux fois plus élevé (1400 €) qu'une lampe à vapeur de sodium haute pression (HP)”, a reconnu hier Yacine Chaoubia, directeur général d'EDM. “Mais le LED solaire ne consomme pas d'énergie, contre 547,5 kWh par an pour une Sodium HP.”

De plus, l'éclairage public LED autonome n'implique pas de développement du réseau (tranchée, voirie, armoire, fourreaux et câbles), ne nécessite pas ou peu de maintenance et fait appel à des acteurs de fabrication française. Pour appuyer son argumentaire, EDM s'est aussi appuyé sur sa propre expérience. La société a ainsi installé en février 26 lampadaires solaires sur son parking.

“Après 3 mois d'utilisation, nous n'avons pas remarqué d'impact de la météo sur le flux lumineux, ni de vieillissement prématuré des luminaires”, note Franck Simard, en charge de la maîtrise d'énergie et des énergies renouvelables au sein d'EDM . Alors que le coût total de l'installation d'un luminaire solaire s'élève à 2700 € (achat du luminaire + mât+octroi de mer+levage+ plot béton), EDM propose d'accompagner techniquement et financièrement les communes dans la réalisation de leurs projets. “L'aide peut atteindre 1000 € par luminaire”, précise Yacine Chaoubia. “J'appelle les communes qui sont intéressées à nous contacter rapidement car notre budget est limité”. Par ailleurs, EDM indique que ces dernières peuvent aussi bénéficier d'une aide financière potentielle de l'ADEME (agence de l'environnement et de maîtrise de l'énergie), selon les projets. À noter que la mairie de Dembéni fait figure de bon élève puisqu'elle a déjà déposé un dossier de demande de subvention auprès de l'État via la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR)- pour installer dans ses rues 98 lampadaires solaires. “Nous avons désormais l'opportunité de coupler l'aide de l'Etat à celle d'EDM”, se félicite Élodie Furic, directrice des services techniques de la commune. Par ailleurs, même si la priorité est clairement donnée aux collectivités, EDM affirme qu'elle étudiera toutes les demandes émanant d'entreprises ou autres.

OL

Abonnement Mayotte Hebdo