Publicités

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

À lire également

Naissance d’un volcan : quand les Mahorais s’en mêlent

La découverte du volcan sous-marin au large de Mayotte célèbre sa première année. À cette occasion, Flash Infos donne, tout au long de cette semaine, la parole à ceux qui, de près ou de loin, œuvrent pour une meilleure connaissance de ce phénomène naturel inédit qui évolue, chaque jour, sous le regard des Mahorais. Aujourd’hui, rencontre avec Saïd Saïd Hachim, géographe mahorais qui, des années plus tôt, émettait déjà l’hypothèse de la naissance d’un nouveau volcan, précisément dans la zone où celui-ci a été découvert en 2019.

La crise sismo-volcanique de Mayotte se dévoilera, vendredi soir, sur tous les écrans de France

La découverte du volcan sous-marin au large de Mayotte célèbre sa première année. À cette occasion, Flash Infos donne, tout au long de cette semaine, la parole à ceux qui, de près ou de loin, œuvrent pour une meilleure connaissance de ce phénomène naturel inédit qui évolue, chaque jour, sous le regard des Mahorais. Aujourd’hui, rencontre avec Pascal Crésegut, réalisateur du documentaire inédit « Mayotte, la naissance d’un volcan », diffusé ce vendredi soir sur France Ô.

“À couper le souffle”, en apnée dans le lagon de Mayotte avec un champion mondial

Le documentaire diffusé dimanche dernier par France Ô suit les explorations de Stéphane Tourreau, vice-champion du monde d’apnée, dans le 101ème département. Le sportif revient sur ces dix jours mémorables à Mayotte.

Le lagon de Mayotte à nouveau sous haute surveillance

Les récents actes malveillants à l’encontre des espèces marines et des plages ont poussé les autorités à agir. Le parc naturel marin et les associations habilitées sont à nouveau autorisés à surveiller le lagon même si le confinement n’est pas levé. Cette reprise d’activité marine est aujourd’hui indispensable afin d’atténuer les dégâts de demain. 

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au pôle culturel de Chirongui. Le thème évoqué sera celui de la flore mahoraise, un patrimoine à la fois méconnu et menacé. Pour marquer ce come-back d’une pierre blanche, le président de l’association, Michel Charpentier, rappelle l’importance de l’environnement sur un territoire comme l’île aux parfums.

Des récits sur l’histoire environnementale de Mayotte, des débats, des questions-réponses… Oui, les cafés naturalistes signent bel et bien leur retour sur le devant de la scène ce mardi 22 juin à partir de 18h. Exit la Croisette et son spot idyllique en bordure de mer, place au pôle culturel de Chirongui, dont « la salle est davantage propice » à ce type de rencontre selon Michel Charpentier, le président de l’association. Une adresse « plus calme et adaptée pour diffuser des images en diaporama » qui repose toutefois sur quelques incertitudes. « Nous allons tester… Nous verrons pour proposer les deux lieux à l’avenir si nous n’arrivons pas à drainer suffisamment le nord de l’île. »

apres-un-an-absence-cafes-naturalistes-retour-mayotte

Reste donc à croiser les doigts pour que le sujet retenu parle au public. À savoir, la flore mahoraise, un patrimoine méconnu et menacé. « Nous avions l’intention d’en parler depuis un certain temps car le couple qui travaille là-dessus quitte Mayotte courant juillet. » Le hasard du calendrier fait bien les choses, dans un sens. Pour tenter de séduire les curieux de ce rendez-vous mensuel, toutes les attentes reposent donc sur les épaules et le talent oratoire d’Annick Fabre et de Bernard Roche.

 

Une flore en voie de disparition

 

Mais revenons-en à nos moutons. Que dire sur ce thème ? Tout d’abord que la flore mahoraise recense environ 1.400 espèces identifiées ! Dont un nombre relativement important d’indigènes. Pour bien comprendre, il faut savoir « qu’elles sont arrivées ici par leur propre moyen, soit par le vent, soit avec les animaux comme les oiseaux ». Et comme l’île aux parfums est unique en son genre, elle concentre un taux d’indigénat bien supérieur aux autres îles de la région, « même de La Réunion », compte tenu de sa superficie.

Ce choix est loin d’être anodin pour Michel Charpentier. « Vous avez entendu parlé de la régression de la biodiversité, cela la touche particulièrement en raison du défrichement et de la déforestation », rappelle celui qui est dévoué depuis des années à la cause environnementale sur le territoire. « À notre sens, il faut arriver à la protéger d’une manière ou d’une autre. […] Le risque est la disparition des végétations naturelles (flore mahoraise indigène) au profit des espaces cultivées (bananes ou maniocs). »

 

Une urbanisation au détriment des espaces naturels

 

Si le président des Naturalistes a bien conscience de l’importance de l’agriculture dans le 101ème département dans le but de « nourrir le pays », il alerte sur le « contexte démographique énorme » qui grignote toujours plus de terrain pour « construire des équipements collectifs », « avoir des ressources » et « s’installer ». Hors de question pour Michel Charpentier de regarder sans bouger ou interpeller la population. « Tout cela va se faire au détriment des espaces naturels qui sont extrêmement riches au regard de ce que nous trouvons dans l’océan Indien. » D’où vraisemblablement sa volonté de faire signer aux candidats aux élections du conseil départemental la charte d’engagement en faveur de l’environnement dévoilée la semaine dernière. Qui n’a jusqu’à présent pas encore reçu l’effet escompté…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...