asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Si l’opération Wuambushu n’aboutit pas, ça sera la guerre civile »

À lire également

Un rare phénomène en cours dans le canal du Mozambique

Alors que la fin de la saison cyclonique dans l’océan Indien est prévue, comme chaque année, pour la fin du mois de juin, la météo des dix prochains jours ne sera pas pour autant au beau fixe à Mayotte. En cause, un rare phénomène climatique actuellement en cours dans le canal du Mozambique. Un fait exceptionnel oui, mais pas inquiétant. Directeur territorial de Météo-France, Laurent Floch fait le point. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : « Actuellement, la priorité c’est non pas d’intercepter, mais de refouler »

Si les expulsions vers les Comores sont toujours suspendues, la préfecture a renforcé ses activités de lutte contre l’immigration clandestine en mer. Dans un premier temps, la fermeture des frontières et la peur de la propagation du virus avait fortement limité les flux migratoires, mais l’activité semble reprendre peu à peu. Selon Julien Kerdoncuf, sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, plusieurs kwassas sanitaires seraient même arrivés la semaine dernière, sans pour autant être en lien avec le Covid. 

Rachat de Vindemia à Mayotte : GBH dément toute position dominante

Une étude d’impact met en garde contre les risques que font peser pour la concurrence le rachat de la deuxième entreprise de distribution à Mayotte - qui comprend les enseignes Jumbo, Score, SNIE et Douka Bé - au Groupe Bernard Hayot, partenaire de Carrefour. Hausse des prix et disparitions des épiceries de proximité sont dans le viseur du rapport. Michel Lapeyre, directeur général de GBH pour la zone Afrique, Maghreb et Océan Indien, et Amaury de Lavigne, le directeur général chez Carrefour à La Réunion, réagissent aux conclusions de l’étude. Et récusent tout risque pour l’équilibre du marché de la grande distribution à Mayotte.

Mayotte : Joseph Rakotoarimalala, destin d’un comptable devenu son propre patron

Titulaire d’un BTS en comptabilité obtenue à La Réunion, Joseph Rakotoarimalala, plus communé-ment connu sous le nom de R-Lala, a longtemps cherché à s’insérer, en vain, dans ce domaine avant d’atterrir en tant qu’agent de sûreté à l’aéroport de Mayotte. Après 7 ans et demi de beaux et loyaux services, il a quitté son poste pour se lancer dans l’entreprenariat. Portrait d’un natif de Po-roani, aujourd’hui à la tête de deux entreprises et d'un club de Régional 1.

« Wuambushu » a ravivé les blessures entre les Mahorais et les Comoriens datant du siècle dernier. Avant même son commencement, les deux clans s’affrontent sur les réseaux sociaux et à travers les médias, chacun prônant un discours inaudible pour l’autre camp. Le plan imaginé par le ministère de l’Intérieur et l’Outre-mer est le dernier espoir pour les Mahorais, mais sa réussite n’est pas certaine, selon Mahamoud Azihary, essayiste, docteur en économie quantitative du développement et observateur des sociétés mahoraise et comorienne. Mayotte Hebdo consacre son dossier de la semaine à la guerre d’influence autour de l’opération en cours à Mayottte. Vous pouvez le retrouver en ligne sur www.mayottehebdo.com/mayotte_hebdo/

Mayotte Hebdo : Dans la guerre des clans entre les Mahorais et les Comoriens, certains disent que Mayotte n’a jamais été comorienne. Est-ce-vrai ?

Mahamoud Azihary : En matière d’histoire, on raconte n’importe quoi. Bien sûr qu’il y a une histoire commune entre les quatre îles de l’archipel depuis que les Shiraziens sont arrivés aux Comores. Tout ce que l’on raconte est complexe car il y a plein de points communs qui font que l’histoire nous rapproche, mais à un moment donné, chacun a voulu assumer une vision politique et administrative différente. Les Mahorais peuvent dire sans complexe qu’ils ont une histoire commune avec les Comores mais qu’ils ont choisi de rester avec la France. Et même de l’autre côté, ils ont choisi la France, puisque la moitié de la population à Moroni est française, la diaspora comorienne est en grande majorité française, donc finalement tout le monde a choisi la France. Maintenant la France doit faire la part des choses, ne serait-ce que pour avoir des gens intelligents des deux côtés au lieu de soutenir des dictateurs et des corrompus. Et quand je parle de corrompus je fais référence à ceux des Comores, mais également ceux de Mayotte.

M.H. : On a l’impression que le débat s’est déplacé et qu’il ne s’agit plus simplement de l’opération Wuambushu…

M.A. : Quand des personnes parlent du passé ou de l’avenir, au moment où on a un problème présent à résoudre, c’est qu’elles ne se sentent pas concernées par le problème présent. Dans cette histoire, il y a surtout des gens qui sont dépassés par tout cela et qui ne font que de la politique. À Mayotte, certains se font élire principalement parce qu’il y a de l’insécurité, ou parce qu’ils disent qu’il faut reprendre le combat des années 1960 contre les Comores. Et de l’autre côté de l’archipel ce n’est pas mieux. Au lieu de trouver des solutions pour sortir la population de l’extrême pauvreté, que les gens puissent éduquer leurs enfants et se soigner, ils crient « Mayotte comorienne ». Et ici, on crie « Mayotte française », sans qu’aucun parti ne regarde le problème présent en face. Mais tout cela est fait exprès pour que tout le monde regarde ailleurs et ainsi le problème n’est pas réglé.

M.H. : À vous entendre, il s’agirait d’une question de manipulation. Qui est derrière tout cela ?

M.A. : Bien sûr que c’est une question de manipulation. J’ai milité dans le Collectif des citoyens de Mayotte 2018 pendant quatre ans parce que je croyais que c’était pour dire toutes nos revendications, mais on a fait trop de conneries, et on a tout raté. À côté de ça, il y a eu le collectif d’Estelle Youssouffa qui disait que le problème de Mayotte, ce sont les Comoriens. Les deux collectifs ont évolué en marge. On ne s’est plus préoccupés du développement de Mayotte, mais on s’est concentrés sur les Comoriens et je suis parti à cause de ça.

Emmanuel Macron ne pourra plus se présenter aux élections présidentielles, et celui qui veut se positionner à sa place ou qui veut être premier ministre c’est qui ? Gérald Darmanin. Il se rend compte qu’à Mayotte, Marine Le Pen fait un carton à cause de l’insécurité principalement. Donc il se rapproche de la députée de Mayotte qui a des idées proches de l’extrême droite mais qui n’est pas du même bord que Marine Le Pen. Une alliance naturelle naît donc entre Gérald Darmanin et Estelle Youssouffa. Et comme les Mahorais ont besoin d’une opération comme Wuambushu, l’actuel ministre de l’Intérieur et des Outre-mer est en train de pratiquement prendre la place du Rassemblement National.

M.H. : Les débuts de l’opération n’ont pas eu les résultats escomptés. Le gouvernement peut-il encore se rattraper ?

M.A. : J’ai peur que si on continue à ce rythme, on n’atteigne pas les objectifs, et ça va revenir vers nous comme un boomerang, et ça sera très dur. Mais le gouvernement peut éviter cela s’il démantèle les bandes qui attaquent les bus, qui font les meurtres. Les plus dangereuses et les plus meurtrières sont celles de Tsoundzou et Majicavo. S’il les arrête, alors il aura résolu 50% du problème. Par contre, cette histoire de reconduire des milliers de Comoriens chez eux ne se fera pas, je peux vous le garantir. Le gouvernement ne pourra pas le faire parce que de l’autre côté ils ne sont pas préparés, ils n’ont pas d’aides internationales pour accueillir tous ces gens. Cependant, on peut décaser des gens sous le coup de la loi Elan, et on n’a pas besoin de Wuambushu pour ça. Le vrai défi est de permettre aux Mahorais de récupérer leurs terrains occupés de manière illégale et de faire revenir la sécurité sur cette île. Il faut utiliser toutes les ficelles du droit français pour aller jusqu’au bout. Et si à un moment donné ils sont embêtés, il faut décréter l’état d’urgence à Mayotte. Cela permet d’éviter que les choses passent devant le juge.

M.H. : Qu’est-ce qui pourrait arriver si le gouvernement n’arrive pas à avancer sur l’opération Wuambushu ?

M.A. : Du point de vue social, si cette opération n’aboutit pas, ça sera la guerre civile. Si Gérald Darmanin nourrit quelques ambitions, il ne doit pas rater Wuambushu sinon c’est terminé pour lui. Les Mahorais attendront que le Rassemblement National prenne le pouvoir pour qu’il fasse le job.

M.H. : Comment voyez-vous l’avenir de Mayotte ?

M.A. : Je suis inquiet par la façon dont le gouvernement et les élus du territoire veulent dessiner le futur en ne proposant rien de moderne. Ils vont éradiquer les bidonvilles et les remplacer par des ghettos. Car ils vont construire des logements sociaux et y mettre des gens de la même condition sociale, alors que partout ailleurs, on propose la mixité sociale. De cette manière, ils vont faire naître une autre forme de violence, peut-être plus étudiée et avec des armes à feu. Et cette fois-là ils ne pourront pas dire qu’ils les renvoient aux Comores puisque ce seront des gens en situation régulière. Et ça j’ai l’impression que personne ne s’en rend compte.

Ça m’inquiète aussi qu’il y ait une telle haine de chaque côté de l’archipel alors que chaque partie devrait s’occuper de ce qu’il se passe chez elle. Avec des dirigeants plus intelligents, on trouverait même des terrains d’entente sur l’environnement, la gestion des déchets, sur l’agriculture, sur l’exploitation du pétrole. On peut trouver un moyen pour un co-développement mais il faut que l’on dépasse ce climat de haine des deux côtés. En attendant, je suis assez pessimiste pour le futur…

Retrouvez l’intégralité du dossier consacré à la guerre d’influence sur Wuambushu dans le numéro 1042 de Mayotte Hebdo, disponible gratuitement en ligne ici : www.mayottehebdo.com/mayotte_hebdo/

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...