Départ du président de Yes We Can Nette : « Chacun peut jouer un rôle, en mode colibri ou en mode mastodonte »

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Laurent Beaumont, président et fondateur de Yes We Cannette a tiré sa révérence, 5 ans après la création de l’épicerie solidaire qui propose aux familles aux revenus modestes d’obtenir des denrées alimentaires en échange de canettes ramassées dans les rues. Il revient sur le chemin parcouru, les objectifs atteints et l’association. Entretien.

 

Flash Infos : L’association a été créée il y a 5 ans, en partant du constat qu’il fallait préserver l’environnement de Mayotte. Quel bilan faites-vous de l’action de Yes We Can Nette ?

 

Laurent Beaumont : Début 2016, lorsque l’association a été fondée, la situation environnementale était alarmante. En 2020, elle l’est tout autant. Notre seule satisfaction à ce jour est d’avoir fait bouger les lignes sur le sujet en démontrant qu’il préoccupait tout le monde et que chacun peut jouer un rôle sur la question, en mode colibri ou en mode mastodonte. Des deux catégories, ce sont surtout les colibris qui se remuent aujourd’hui.

 

FI : Comment était né le concept de l’association ? Pouvez-vous rappeler comment elle fonctionne ?

 

L. B. : Cela peut surprendre mais Yes We Can Nette est un vrai conte de fée associatif ! Il était une fois, quatre copains autour d’une table qui se sont dits « et si « … et puis tout a commencé. Notre concept est né de l’observation que certaines associations s’épuisaient à nettoyer certains sites, dans un cycle sans fin… C’était un peu le tonneau des Danaïdes qui ne se vidait jamais. Sitôt nettoyés, les sites étaient à nouveau pollués par d’autres personnes. Cela va peut-être surprendre mais la vocation de Yes We Can Nette n’est pas de ramasser des canettes, ni autres choses d’ailleurs, mais de créer une démarche dans laquelle chaque acteur, chaque citoyen, chaque habitant prend ses responsabilités dans son cadre de vie environnemental. L’idée d’une contrepartie « sociale » via une alimentation moins chère ne doit pas faire oublier que beaucoup de citoyens apportent des canettes à l’association sans rien demander en retour. Ensuite, on s’est éloignés de la seule question des déchets, notamment en développant des laveries sociales. Aussi, aujourd’hui, notre démarche vise davantage à permettre à tous les citoyens d’être acteurs, vertueux et que la question sociale ne soit plus un obstacle.

 

 

FI : Les épiceries de M’Tsapéré et de Petite Terre ont fait l’objet de vols et d’actes de vandalisme. Cela a-t-il eu un impact sur votre engagement et votre décision de partir ? Et sur le moral des équipes de bénévoles ?

 

L. B. : Ma décision de quitter Mayotte repose sur des motivations familiales et personnelles, et n’est absolument pas liée à ces récentes exactions. Ces actes de vols et de vandalisme ont posé des difficultés en termes de fonctionnement pour les équipes techniques mais aussi pour les bénévoles.

On avait également perdu un véhicule en début d’année, entièrement ravagé par un acte de vandalisme totalement gratuit. Pour une petite association comme Yes We Can Nette, c’est une perte sèche, car nos moyens sont très limités. Voir son outil et son lieu de travail vandalisés est un vrai traumatisme pour les équipes engagées au quotidien sur leurs missions. La détermination de l’ensemble du conseil d’administration et de notre équipe technique n’a pas fléchi, bien au contraire. Les messages de solidarité de la part de nombreux militants nous ont fait chaud au cœur.

 

 

FI : Vous dites sur votre page Facebook que deux objectifs ont été atteints : changer les regards et les pratiques environnementales et prouver que la solution tient à la volonté de préserver l’île plutôt que “de faire de l’environnement un cynique secteur marchand”. Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez par là ?

 

L. B. : On parle encore de Mayotte comme de l’île aux parfums. Mayotte est la fierté de ses habitants et nombre d’entre eux répondent présents pour lutter contre les agressions environnementales. Ils sont cependant impuissants lorsque des missions de service public ne sont pas assumées à la hauteur de ce que chaque citoyen est en droit d’attendre.

 

 

FI : Les problématiques des déchets et de la pollution restent très présentes à Mayotte. Sans action forte des autorités et des élus, l’action des associations peut-elle suffire face à l’ampleur des enjeux ?

 

L. B. : Mayotte s’est lancée dans une spectaculaire mutation à la fois économique et sociale qui s’accompagne de retombées environnementales très défavorables. Le secteur associatif joue un rôle clé dans la sensibilisation de toute la société mahoraise mais pendant longtemps on a opposé développement et environnement, et c’est là l’erreur à mon sens. Un engagement pragmatique de toutes les parties sur l’environnement ne pourra qu’être bénéfique pour tous les acteurs et sera source de retombées économiques et touristiques, mais surtout de sens pour une partie de la jeunesse locale qui cherche encore sa place sur notre île.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Pôle Emploi/CRESS de Mayotte : un partenariat pour formaliser l’entrepreneuriat social

Ce mardi 1er décembre, Pôle Emploi et la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire ont signé une convention de partenariat pour formaliser le...

Littoral de Mayotte : Kyrielle de plaisirs à loisirs entre plages et lagon

Pour mettre à l'honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l'Office du tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le...

Yann Le Bris, nouveau procureur à Mayotte : “Je souhaite apporter ma pierre à l’édifice pour renforcer la sécurité”

Le successeur de Camille Miansoni au poste de procureur de la République a pris ses fonctions hier, au tribunal judiciaire de Mamoudzou. Portrait de...

Les jeunes de Dembéni s’engagent dans la prévention du Sida

La semaine de sensibilisation et de prévention sur les IST et MST, notamment sur le Sida, continue. Ce mardi, les étudiants du BTS SP3S...

Après un an à la présidence des RUP, “les combats sont toujours difficiles à gagner” à Mayotte

Jeudi 26 et vendredi 27 novembre se tenait la XXVème édition de la conférence des régions ultrapériphériques d’Europe. Mohamed Sidi, 6e vice-président chargé de...