100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Marie-Hélène et Maxime Glée révolutionnent les trajets du quotidien à vélo

À lire également

Mayni : un e-shop pour s’habiller en un clic à Mayotte

Derrière la nouvelle boutique en ligne, il y a Nahida, une jeune mère de 28 ans, qui a lancé son projet pour permettre aux...

Avec KuléVR, la réalité virtuelle s’installe à Mayotte

Passionné de jeux vidéos, Karim Abderemane vient de créer son entreprise individuelle dénommée KuléVR dont le but est de faire découvrir la réalité virtuelle...

Discothèques de Mayotte : un an après la fermeture, le Loft plie mais ne rompt pas

Rarement entendues depuis le début de la crise sanitaire, les boîtes de nuit font partie des entreprises les plus touchées par ses conséquences économiques....

La directrice de la Cress Mayotte dans le top 100 des femmes européennes engagées dans l’entrepreneuriat social

Directrice de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Mayotte depuis un an, Maymounati Moussa Ahamadi voit son travail déjà salué par...

Depuis le mois de mars, Vélos et Sensations bénéficie d’un accompagnement de la couveuse d’entreprises Oudjérébou. À sa tête, Marie-Hélène et Maxime Glée se lancent dans la location de deux-roues électriques ultra modernes pour transporter plusieurs enfants. D’ici cinq ans, le couple espère abonder le marché mahorais d’une flotte de cent vélos.

« En bagnole, c’est compliqué », souffle Marie-Hélène Glée à l’idée de se retrouver en voiture dans le centre-ville de Mamoudzou. Rare recours à ce stress permanent des embouteillages et à cette pollution ambiante : le vélo. Partant de ce constat personnel, la quadragénaire et son mari, Maxime, se disent que de nombreuses familles doivent partager cette même philosophie de déplacement.

Un déclic qui les pousse à se rapprocher en mars dernier de la couveuse d’entreprises Oudjérébou pour lancer en phase « test d’activité » pendant un an leur boîte de location de deux-roues intitulée « Vélos et Sensations ». Mais pas n’importe lesquels ! Un « longtail » et un « cargo ». L’un permet d’installer deux enfants à l’arrière, l’autre d’en transporter trois à l’avant. « L’idée est de les proposer – pendant une semaine, un mois ou la moitié de l’année – et de les utiliser pour aller à l’école, se rendre au travail et se balader en mode « plaisir » le week-end », détaille Maxime Glée, en charge de l’administratif, de la commercialisation et de l’importation.

marie-helene-maxime-glee-revolutionnent-trajets-quotidien-velo
Le longtail permet d’entreposer ses courses tandis que le cargo assure le transport d’au moins deux enfants.

Lavage et entretien préventif

En contrepartie de cet engagement, la clientèle bénéficie d’un lavage mensuel du matériel et d’un entretien préventif « pour anticiper l’usure des pièces ». Sans oublier bien évidemment le prêt des équipements tels que deux gilets jaunes, un poncho en cas de pluie, une bombe anti-crevaison et des casques lumineux « pour se sentir à l’aise et en sécurité ». Cerise sur le gâteau, les « biclous » jouissent de freins à disque et d’une assistance électrique bridée à 25 kilomètres par heure. « Cela permet d’adapter la capacité du vélo en fonction de ses besoins : le turbo pour ne pas arriver au boulot tout transpirant ou l’éco pour se la jouer plus sportif en fin de journée », souligne le couple, présent sur l’île aux parfums depuis deux ans.

Une centaine de vélo d’ici cinq ans

Si les deux entrepreneurs comptent continuer les achats unitaires pour le moment, ils nourrissent de grandes ambitions une fois que leur entreprise volera de ses propres ailes. D’où leur présence au salon du vélo à Francfort du 21 au 25 juin 2023 dans le but de découvrir les nouveautés et de rencontrer les principaux fabricants. « Nous voulons privilégier le made in France », confient-ils. Sans oublier d’apporter une attention toute particulière à la préservation de l’environnement, en témoigne leur volonté d’exporter les pneus usagés et de proposer des panneaux solaires portables.

L’objectif d’ici cinq ans : investir dans une flotte d’une centaine de vélos ! Un chiffre conséquent qui ne les effraie pas en dépit de toutes les problématiques rencontrées sur le territoire en termes de mobilité douce. Routes dangereuses, manque d’espace, absence de discipline des conducteurs… « Ce sont les vélos qui amènent les pistes cyclables, pas l’inverse », insiste Maxime. « Il y a des endroits plus dangereux que d’autres », admet pour sa part Marie-Hélène, « qui pédale dur » en temps normal et encore plus en ce moment pour faire connaître ce mode de transport familial aux yeux du grand public. « Deux enfants sur un porte-bagage, ce n’est pas commun », sourit-elle. Et à les entendre, on fait difficilement marche arrière une fois qu’on y goûte. « C’est comme repasser d’une Land Rover à une Clio ! »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...