L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Citéslab : Un nouveau coup de pouce aux entrepreneurs de quartiers prioritaires

À lire également

Mayeride : la nouvelle offre pour découvrir Mayotte à dos de trottinette électrique

Un Petit-Terrien et son frère viennent de lancer une offre de randonnée tout-terrain. Les deux entrepreneurs espèrent profiter de ces virées pour valoriser les...

Mayni : un e-shop pour s’habiller en un clic à Mayotte

Derrière la nouvelle boutique en ligne, il y a Nahida, une jeune mère de 28 ans, qui a lancé son projet pour permettre aux...

La directrice de la Cress Mayotte dans le top 100 des femmes européennes engagées dans l’entrepreneuriat social

Directrice de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Mayotte depuis un an, Maymounati Moussa Ahamadi voit son travail déjà salué par...

Discothèques de Mayotte : un an après la fermeture, le Loft plie mais ne rompt pas

Rarement entendues depuis le début de la crise sanitaire, les boîtes de nuit font partie des entreprises les plus touchées par ses conséquences économiques....

La couveuse d’entreprise Oudjerebou accompagne depuis deux ans maintenant les entrepreneurs issus des quartiers prioritaires grâce à sa couveuse de proximité. Elle passe dorénavant à la vitesse supérieure en créant Citéslab, un dispositif plus conséquent installé à Iloni.

Créée en 2010, Oudjerebou a développé plusieurs concepts ayant la même finalité, faire émerger un entreprenariat dès sa création ou son développement. Citéslab suit la même veine.

citeslab-nouveau-coup-de-pouce-entrepreneurs-quartiers-prioritaires
La couveuse d’entreprises et ses partenaires aussi bien techniques que financiers veulent dynamiser l’économie sur le territoire de la Cadema.

Quels sont les moyens mis en place ?

Des nouveaux bureaux au cœur d’Iloni (partagés avec Émanciper Mayotte), trois employés à temps-plein. Citéslab est maintenant prêt à démarrer. Répondant à un appel à projets de la BPI France (Banque publique d’investissement), la couveuse d’entreprise Oudjerebou a été retenue pour ce qu’elle sait faire, à savoir accompagner les entrepreneurs locaux dans des projets de création ou de développement. Une enveloppe d’environ 104.573 euros y a été affectée et financée par la BPI, la communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou (Cadema) et Gal Est (comprenant le conseil départemental de Mayotte et le fonds européen Leader).

À qui ça s’adresse ?

Dhakioine Abdullah, promu directeur opérationnel d’Oudjerebou ce jeudi, indique qu’il n’y a pas d’âge pour faire appel à Citéslab, il faut simplement venir de quartiers prioritaires. Avec « la couveuse de proximité », sa structure a aidé par exemple autant d’entreprises existantes à se régulariser, que la création de commerces ou même de productions audiovisuelles. Trois profils sont recherchés, « il y a les intentionnistes, ceux qui veulent créer, mais ne l’ont pas encore fait. Il y a les entrepreneurs en devenir qui sont au début de leur projet. Enfin, il y a ceux en activité qui ont des besoins de conseils », récapitule le salarié.

Y a-t-il des objectifs ?

Sur les deux ans (qui sont renouvelables) de ce projet, le but est d’aider une centaine d’entrepreneurs locaux à sauter le pas, tout en accompagnant 90 autres déjà en place. Plusieurs partenaires comme Pôle emploi ou la Mission Locale seront amenés « à dénicher les talents ».

Pourquoi s’installer à Iloni ?

Déjà présente à Cavani, la couveuse a voulu s’étendre sur le territoire de la Cadema, l’un de ses financeurs. Les futurs entrepreneurs trouveront ainsi des interlocuteurs autant à Dembéni qu’à Mamoudzou. Et peut-être plus tard sur d’autres territoires, espèrent les membres de la couveuse.

Quel est l’intérêt de passer par Citéslab ?

Selon Nadjima Ahmed, la directrice d’Oudjerebou, « il y a un réel manque d’informations ». Outre le fait d’encourager la création d’entreprises dans un territoire touché par un fort taux de chômage, ce dispositif doit pérenniser celles existantes. Car chercher des financements, régulariser la situation de l’entreprise, faire des études de marché, ce sont des domaines que la structure connaît bien. La responsable rappelle qu’il y a trois ans la couveuse avait réalisé une enquête pour savoir où en étaient les entreprises accompagnées. « 75% étaient toujours en activité aujourd’hui. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre

Un bateau de particuliers a repêché Fabien Trifol dans le lagon, à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre, vers 17h, ce lundi....

[Mis à jour] Disparition inquiétante de Fabien Trifol, directeur Aménagement à la Cadema

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre Ce dimanche, vers 16h30, Fabien Trifol a quitté son domicile de...

Plusieurs affrontements ce week-end alors que Wuambushu 2 doit commencer cette semaine

M’tsapéré, Majicavo-Koropa, Koungou, Tsararano, barrages et rixes entre forces de l’ordre et bandes de jeunes ont émaillé le week-end à Mayotte. A la veille...

Boulevard urbain : Cap vers une validation du plan de financement

Examen de passage réussi devant la Commission nationale du débat public (CNDP) à Paris. Le Département de Mayotte a reçu le feu vert il...

TME 2024 : Catégorie Jeune entreprise

Dernières pousses de l’économie mahoraise, les cinq nommés de notre catégorie Jeune entreprise montrent déjà toutes les qualités pour bien s’implanter dans le paysage...