Publicités

Avec Sunday, soyez femmes jusqu’au bout des seins

À lire également

Mayni : un e-shop pour s’habiller en un clic à Mayotte

Derrière la nouvelle boutique en ligne, il y a Nahida, une jeune mère de 28 ans, qui a lancé son projet pour permettre aux...

Alfa Moussa vous propose Mayotte d’en haut grâce à ses drones

Alfa Moussa vient de créer sa société de photographie et vidéographie par drone. Passionné par les images aériennes, ce jeune originaire de Chiconi entend...

Avec KuléVR, la réalité virtuelle s’installe à Mayotte

Passionné de jeux vidéos, Karim Abderemane vient de créer son entreprise individuelle dénommée KuléVR dont le but est de faire découvrir la réalité virtuelle...

La directrice de la Cress Mayotte dans le top 100 des femmes européennes engagées dans l’entrepreneuriat social

Directrice de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Mayotte depuis un an, Maymounati Moussa Ahamadi voit son travail déjà salué par...

Son nom appelle à la gourmandise, et sa promesse aussi. Depuis le mois dernier, Sunday, un concept unique de vente de lingerie à Mayotte, fait particulièrement parler de lui sur le territoire. En mêlant choix, qualité, prix attractifs et showroom privé, la marque a su répondre aux problématiques de nombre de Mahoraises.

Elle va vous faire fondre de plaisir… Il y a tout juste un mois, Klervi Pigeard lançait Sunday, un concept inédit à Mayotte de vente de lingerie, maillots de bain et tenues de sport, le tout dans un showroom privé ou lors de soirées entre copines à domicile, animée par l’instigatrice de la marque elle-même. Mais l’idée de l’entrepreneuse, qui a rapidement su trouver son public, ne s’arrête pas là.

Avec Sunday, ni concession, ni frustration. Au menu : plus de 450 articles, allant de la taille S au cinq XL. De quoi satisfaire chaque femme, quelle que soit sa morphologie, en lui offrant un large éventails de modèles, coloris et motifs frais et dans l’ère du temps. « Quand quelque chose ne va pas à une cliente, je lui dis tout de suite ! », lâche Klervi Pigeard dans un large sourire qui ne quitte jamais ses lèvres. « Parce que je sais qu’on arrivera toujours à trouver quelque chose qui soit vraiment fait pour elle : je veux que toutes les femmes puissent s’exprimer grâce à Sunday ! »

Autre point fort de la marque, son accessibilité, dans tous les sens du terme. Ici, pas question de débourser des centaines d’euros pour une jolie parure, dont le prix moyen ne dépasse pas les 40 euros. Soit deux, voire trois ou quatre fois moins cher que dans la plupart des autres enseignes installées sur l’île. Et le tout pour une qualité et des finitions irréprochables.

En organisant les ventes chez ses clientes ou au sein de son showroom très privé dont l’adresse n’est dévoilée qu’au moment de la réservation, Sunday permet à toutes les femmes de Mayotte, où qu’elles soient, de s’accorder un moment à elle. « Je ne voulais pas attendre qu’elles viennent vers moi, mais plutôt aller directement à leur rencontre », résume l’entrepreneuse. « Je ne veux plus que les femmes se privent de s’accorder du temps, quel qu’en soit la raison ! » Pas de moyen de vous déplacer ? Sunday viendra chez vous gratuitement pour une session de vente à domicile. Des enfants à faire garder ? Ils sont les bienvenus au showroom où un espace leur est prévu. Gênée de pousser la porte d’un magasin de lingerie ? Les deux solutions assurent toute la discrétion dont certaines ont besoin pour trouver les dessous de leurs rêves. Besoin d’une livraison ? Elle est assurée partout à travers l’île pour 2.50 euros, sans minimum d’achat. En clair, à chaque problème, Sunday a la solution !

Des événements par les femmes, pour les femmes

Après quelques semaines d’activité seulement, Klervi Pigeard cherche déjà à développer son concept, portée par le goût du challenge. Alors, une nouvelle idée inédite lui est venue : proposer des événements pensés par les femmes, pour les femmes, en partenariat avec d’autres entreprises mahoraises. « Je crois que nous devrions toutes se soutenir, que le réseau et la visibilité des unes profitent aux autres, et inversement. À Mayotte et surtout dans l’entrepreneuriat, les femmes prennent de plus en plus de place, alors nous devons briser la glace, car la force de l’entrepreneuriat, c’est le partage ! », défend la patronne de la maison Sunday.

Alors, après plusieurs semaines de travail, mené notamment avec l’agence Kitoko Event, l’enseigne s’apprête à lancer son premier événement du genre, Ouzouri Watru, le dimanche 1er août, au sein du restaurant Les Artistes à Combani. Henné, coiffure, maquillage, manucure, lingerie, vêtements et décoration y seront mis à l’honneur, une petite dizaine de professionnelles seront au rendez-vous pour chouchouter ces dames à des prix ultra attractifs : comptez cinq euros la prestation de henné et entre deux et cinq euros pour les tresses. Et l’une des participante aura même la chance de gagner, sur tirage au sort, un enterrement de vie de jeune fille d’une valeur de 700 euros.

« J’ai découvert le concept de ces soirées 100% féminines à Toulouse, quand j’étais bloggeuse mode », retrace Klervi Pigeard. « À Mayotte, entre les embouteillages, les taxis, la contrainte de devoir aller à Mamoudzou pour ses soins et son shopping, créer ce genre d’événement était comme une évidence ! » Une évidence, voilà qui résumerait bien le parcours de la « mzunguette » qui a découvert l’île aux parfums 18 ans plus tôt, par amour pour un Mahorais qui est depuis devenu son mari.

 

Lorsqu’elle débarque sur le territoire, Klervi comprend vite qu’ici, le terreau est riche pour entreprendre. Mais dans quel secteur ? « J’ai d’abord pensé aux écoles de conduite, car ici, nous savons que ça marche… » Puis, germe dans l’esprit de la fashion addict l’idée de se lancer dans les sous-vêtements. « Quand on est à Mayotte, l’offre est vite limitée, ou alors très peu accessible financièrement et géographiquement », souligne-t-elle. Elle prévoit alors un voyage en Chine, pour découvrir le marché et trouver ses premiers fournisseurs. Mais, sur les conseils de sa mère, couturière de profession, elle reconsidère son choix pour se tourner vers la Turquie, l’un des plus gros fabricants et exportateurs de lingerie à travers le monde. Elle y passera alors près de trois semaines, chinant au gré de ses visites et rencontres des articles et des professionnels qui correspondent à sa philosophie, après avoir mené un sondage sur un échantillon de 100 femmes afin de mieux cerner leurs attentes. Et si la crise sanitaire lui a imposé un délai de six à sept mois pour pouvoir recevoir son premier conteneur de marchandises jusqu’à Mayotte, ses efforts portent déjà leurs fruits. « Et je ne compte pas m’arrêter là ! », prévient la business woman, la tête pleine d’idées.

lingerie-sunday-entrepreneuriat

Vous aussi, goûtez au plaisir de Sunday

Pour découvrir les produits proposés par Sunday, ainsi que les prestations de plusieurs professionnelles de la beauté à des prix très attractifs, rendez-vous dimanche 1er août au restaurant Les Artistes à Combani, pour une journée exclusivement féminine, de 10h à 17h. Au programme : henné, coiffure, make-up, manucure, lingerie, vêtements et décoration, le tout en un seul et même lieu, pour cinq euros l’entrée, avec plusieurs cadeaux à gagner pour les participantes, pour une valeur de 1.000 euros. Plus de renseignements au 06.39.39.09.62.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...