L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Tourisme et loisirs à Mayotte : la remise en route

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Après deux mois de confinement et d’activité économique au point mort, les offices du tourisme tentent de relancer leur structuration de l’offre touristique du territoire. Une structuration encore au stade embryonnaire, mais sur laquelle repose un espoir pour le département. Samedi, le Jardin d’Imany, exploitation qui tente par ailleurs de relancer la filière ylang-ylang sur le territoire, rouvrait ainsi ses portes en veillant à faire respecter les gestes barrières.

Ils étaient une dizaine à être présents, samedi, à la réouverture des visites du Jardin d’Imany, à Combani. La propriété de 19,5 hectares et son exploitant, Soumaila Moeva, dit Anouar, sont bien connus à Mayotte pour la culture d’ylang-ylang, et leur engagement à essayer de relancer la filière. Une journée en plein air qui signe la reprise des activités éco-touristiques de la petite entreprise familiale, mais qui marque aussi une nouvelle époque : celle de la préoccupation permanente du respect des gestes barrières. Lavage de main à l’arrivée, mise à disposition de gel hydroalcoolique – par ailleurs agrémenté d’une goutte d’huile essentielle d’ylang-ylang, une excellente idée qui change tout ! -, vaisselle écologique à usage unique, distance de sécurité, etc., autant de mesures mises en place pour limiter la propagation – ou la reprise – de l’épidémie de Covid-19, en ces lieux pourtant vastes et en plein air.

Une reprise des activités attendue car si « ces deux mois de confinement m’ont permis d’entretenir l’exploitation », relativise Soumaila Moeava, ils l’ont aussi privé d’une ressource. « J’ai l’habitude d’organiser des journées d’immersion dans la culture de l’ylang-ylang chaque semaine, et là je n’ai pas pu. Je tenais donc à rouvrir rapidement », commente-t-il. Des immersions traditionnellement de 25 personnes, désormais réduites à 10 maximum, qui reprennent progressivement à raison d’une journée par semaine, le dimanche.

De quoi, tout de même, souffler pour les visiteurs tout juste déconfinés et découvrir cette culture phare de Mayotte. La « fleur des fleurs » mahoraise, en effet, bien que largement concurrencée par Madagascar et le reste de l’archipel des Comores, demeure une piste de réflexion majeure pour Mayotte. Reconnue pour sa qualité, elle bénéficie d’une volonté de relance de la part des autorités. Un secteur compliqué à structurer, mais dans lequel croit l’exploitant, qui a repris l’activité que son grand-père a débuté en 1975. Les visites qu’il organise ne sont donc pas seulement une façon pour lui de gagner sa vie : elles sont aussi un outil pour faire découvrir l’activité et convaincre que l’ylang-ylang – comme d’autres cultures qu’il pratique aussi sur la propriété – a un rôle à jouer dans le développement de l’île. Est-il confiant sur cette reprise des activités post-déconfinement ? « D’après ce que je constate, le premier geste des gens est d’aller à la plage, mais j’ai envie de leur dire qu’ils peuvent aussi respirer le grand air dans les champs, découvrir des productions locales. Il est important qu’ils le sachent ».

En tout cas, sur place, les visiteurs ne regrettent pas : histoire de l’ylang-ylang sur le département, cueillette, distillation, déjeuner traditionnel, découverte des autres produits de l’exploitation, etc., ont convaincu les participants de l’intérêt de ces activités.

« Revoir notre approche du tourisme »

Ces activités et cultures traditionnelles sont au centre de la démarche de l’office du tourisme de la communauté de communes de centre-ouest (3CO) de Mayotte. Son directeur, Ackeem Ahmed, en a fait son mot d’ordre : il faut oser le « maoré « . « Lorsqu’on nous demande quels sont nos atouts, nous n’arrivons pas à le dire », regrette-il en poursuivant : « Pourtant, nous en avons beaucoup, alors c’est dans ce sens-là qu’il faut aller ». Et si ces deux mois de crise sanitaire ont largement fragilisés les acteurs touristiques dont il a en charge la structuration, il y voit une opportunité : « Ces deux mois ont compliqué les choses, c’est vrai, mais ils nous ont obligé à réfléchir à notre approche du tourisme, à nous interroger en profondeur. Il faut d’abord se recentrer sur nous et sur ce que l’on a ici à mettre en avant ».

Une piste de réflexion qui pourrait rapidement déboucher sur une opération à double visée : soutenir la découverte des productions et savoir-faire locaux, et remettre en selle les acteurs touristiques mis en difficulté durant la crise.

L’idée ? « Pourquoi ne pas s’inspirer du Repos des héros [une initiative qui propose des « bons vacances » au personnel soignant, largement mobilisé durant la crise, NDLR], ou mettre en place des offres promotionnelles en ce sens ? », détaille le directeur. Si, pour l’heure, rien n’est encore acté, la volonté de transformer le coup dur encaissé en opportunité semble, elle, à l’ordre du jour.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...