100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

TME 2015 : Saidali Abdouroi Hamane (Bosphore)

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Catégorie : Manager de l’année

Entreprise : Bosphore
Dirigeant : Saidali Abdouroi Hamane
Chiffre d’affaires : 55 000 euros
Date de création : 01 septembre 2010
Nombre de salariés : 4
Secteur activité : restauration

À 33 ans, Saidali Abdouroi Hamane est un homme aux multiples facettes. Outre son restaurant le Bosphore, ce jeune manager est à la tête de Pro’Elec, une entreprise d’installation électrique. Deux casquettes pour deux passions.

Après avoir obtenu son baccalauréat à la Réunion, Saidali part à Lyon pour suivre des cours à l’Afip, un centre de formation professionnelle. Après trois ans et la soutenance de son mémoire, il décroche une maîtrise en informatique, électricité, câblage courant faible-courant fort. Ses parents ne pouvant l’aider financièrement, le manager doit enchaîner les petits boulots pour subvenir à ses besoins et financer ses études.

C’est d’abord en tant que plongeur qu’il apprivoise le métier de restaurateur. Il travaille notamment dans un grand restaurant indien et dans une pizzeria réputée à La Réunion. Un beau jour, alors qu’il entame sa plonge, il est contraint de remplacer le cuisinier absent. Cette première expérience aux fourneaux l’enthousiasme. Plus qu’un job étudiant, il y trouve une véritable passion. Après avoir suivi une formation à La Réunion sur l’hygiène et la sécurité, il s’installe à Mamoudzou pour créer le Bosphore, fin 2010. Une façon pour lui de remercier ce secteur qu’il aime et qui lui a permis de réussir ses études.

Un an après le Bosphore, il crée son entreprise d’installation électrique Pro’Elec. Il est tout récemment à l’origine de la nouvelle poste de M’Tsapéré puisqu’il était en charge de l’électricité, de l’informatique, du contrôle d’accès et des caméras de surveillance. Deux casquettes qu’il assume remarquablement malgré les difficultés quotidiennes. « C’est une fierté car ce sont deux métiers qui me tiennent à cœur », affirme le jeune manager. « Mais la difficulté à Mayotte pour s’approvisionner en matières premières représente un combat quotidien. »

Preuve de son engagement permanent, il est actuellement à Diego pour rencontrer un producteur de fruits et de légumes dans le cadre d’une éventuelle coopération pour l’importation de nouveaux produits dans son restaurant. Le Bosphore mélange trois types de cuisine : la cuisine locale, la cuisine créole et indienne pour le service du midi. Le soir, il s’occupe lui-même des pizzas. Alors qu’il était le chef cuisinier à l’ouverture, son travail d’électricien l’a contraint à engager quelqu’un pour le repas du midi. Pour le déjeuner, le restaurant accueille d’ailleurs une trentaine de personnes auxquelles il faut ajouter une vingtaine de livraisons pour des organismes partenaires comme la Dieccte ou encore la Douane.

Pour satisfaire ses clients, outre la richesse de sa cuisine, Saidali a misé sur un aménagement convivial, spacieux, où les clients peuvent se mettre à l’aise. Il refuse d’être à la tête d’une cantine industrielle. Car malgré la réussite de ses deux entreprises, ce jeune manager n’est pas du genre à s’enflammer. L’objectif reste de maintenir à flot ce qui existe, en assurer la pérennité et le bon fonctionnement. Ne pas viser trop haut pour perdurer. Voilà l’un des enseignements sur lequel semble s’appuyer le prétendant au titre de manager de l’année.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...