TME 2015 : Aromaoré

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Catégorie : Entreprise innovante

Entreprise : Aromaoré
Dirigeant : Hassani Soulaïmana
Chiffre d’affaires : 200 000 euros
Date de création : 2010
Nombre de salariés : 5
Secteur d’activité : agricole

Hassani Soulaïmana baigne dans l’agriculture depuis l’enfance. Il en a fait son métier mais s’est démarqué de ses concurrents en créant de nombreux concepts.

Avant de créer sa société, Hassani Soulaïmana a toujours considéré que les métiers de l’agriculture n’étaient pas assez mis en valeur. Et il savait vers où se diriger pour y remédier. « J’ai longtemps été au côté de mon père, aux champs. J’ai vu le travail que c’était avec ses difficultés, mais aussi et surtout la beauté de l’agriculture. L’idée était de partager ma passion avec d’autres personnes, les locaux comme les touristes. »

En 2010, le Ouanganien crée Aromaoré et réalise des produits agrotouristiques et cosmétiques dont la matière première provient de sa production. C’est la première ligne de produits cosmétiques de Mayotte. Parfums, huiles de massage, huiles de coco, anti-moustiques, confitures, achards… Hassani Soulaïmana propose plus de quinze produits.
En parallèle, il organise dans son exploitation de 4 hectares des journées à thème (journée vanille, journée ylang-ylang, journée cuisine…). Les invités, accueillis par des chants traditionnels prennent un petit déjeuner 100 % local, dégustent jusqu’à cinq plats différents au déjeuner ou encore participent à des ateliers ludiques sur le thème de l’agriculture.
« Les journées de l’agrotourisme ont eu et continuent d’avoir des retombées très positives, se réjouit l’entrepreneur de 28 ans. Ça permet de sensibiliser la clientèle, leur faire découvrir l’agriculture de manière divertissante et de vendre les produits de la marque Aromaoré directement sur place. Depuis que j’ai lancé ce concept, d’autres agriculteurs ont fait de même. Je suis copié, mais je suis fier d’être copié. »

Producteur et commerçant à la fois, Hassani Soulaïmana revient du salon de l’agriculture où il a pu promouvoir ses produits naturels devant près de 700 000 visiteurs, avec l’association Saveurs et Senteurs de Mayotte. Les touristes constituant sa principale clientèle, 95 %, contre 5 % de locaux. L’agriculteur travaille pour gonfler ce chiffre.
Sa dernière innovation résulte d’ailleurs de ce constat. En juillet 2014, il a initié un projet de recherches de développement. Son objectif : créer une gamme de produits susceptibles d’intéresser les Mahorais.

« C’est un travail à long terme, mais j’estimerais que je suis vraiment posé uniquement quand j’aurais conquis les Mahorais », assure Hassani Soulaïmana. Pour la création d’Aromaoré et l’activité qu’il tient tant bien que mal, « je ne me suis toujours pas vraiment remis de la grève de 2011 contre la vie chère. Mais si je suis encore là, c’est parce que mon père m’a inculqué les valeurs du travail et la patience ». Hassani Soulaïmana a reçu le prix national du concours Talents 2011 dans la catégorie « dynamiques rurales », et vient de remporter le concours national « Créadie » de l’Adie [Association pour le droit à l’initiative économique], dans la catégorie développement durable.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Bodo : un nouvel album 100% made in Mayotte

Roho qui signifie coeur est le titre du nouvel album de Bodo. Il sort ce vendredi 30 octobre et fera certainement parler de lui....

Mayotte : Trois mois de prison avec sursis pour des cigarettes de contrebande et un panneau solaire volé

En octobre dernier, 2.800 cartouches de cigarettes et six kilos de bangué étaient interceptés par les gendarmes de Mayotte. Des arrivées de marchandises qui...

Confinement acte 2 : Quelles « adaptations » pour le sport mahorais ?

Un grand point d’interrogation plane au-dessus des sportifs mahorais. Les différentes fédérations nationales vont chacune de leur communiqué depuis mercredi soir et la dernière...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...