100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

TME 2015 : Aromaoré

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Catégorie : Entreprise innovante

Entreprise : Aromaoré
Dirigeant : Hassani Soulaïmana
Chiffre d’affaires : 200 000 euros
Date de création : 2010
Nombre de salariés : 5
Secteur d’activité : agricole

Hassani Soulaïmana baigne dans l’agriculture depuis l’enfance. Il en a fait son métier mais s’est démarqué de ses concurrents en créant de nombreux concepts.

Avant de créer sa société, Hassani Soulaïmana a toujours considéré que les métiers de l’agriculture n’étaient pas assez mis en valeur. Et il savait vers où se diriger pour y remédier. « J’ai longtemps été au côté de mon père, aux champs. J’ai vu le travail que c’était avec ses difficultés, mais aussi et surtout la beauté de l’agriculture. L’idée était de partager ma passion avec d’autres personnes, les locaux comme les touristes. »

En 2010, le Ouanganien crée Aromaoré et réalise des produits agrotouristiques et cosmétiques dont la matière première provient de sa production. C’est la première ligne de produits cosmétiques de Mayotte. Parfums, huiles de massage, huiles de coco, anti-moustiques, confitures, achards… Hassani Soulaïmana propose plus de quinze produits.
En parallèle, il organise dans son exploitation de 4 hectares des journées à thème (journée vanille, journée ylang-ylang, journée cuisine…). Les invités, accueillis par des chants traditionnels prennent un petit déjeuner 100 % local, dégustent jusqu’à cinq plats différents au déjeuner ou encore participent à des ateliers ludiques sur le thème de l’agriculture.
« Les journées de l’agrotourisme ont eu et continuent d’avoir des retombées très positives, se réjouit l’entrepreneur de 28 ans. Ça permet de sensibiliser la clientèle, leur faire découvrir l’agriculture de manière divertissante et de vendre les produits de la marque Aromaoré directement sur place. Depuis que j’ai lancé ce concept, d’autres agriculteurs ont fait de même. Je suis copié, mais je suis fier d’être copié. »

Producteur et commerçant à la fois, Hassani Soulaïmana revient du salon de l’agriculture où il a pu promouvoir ses produits naturels devant près de 700 000 visiteurs, avec l’association Saveurs et Senteurs de Mayotte. Les touristes constituant sa principale clientèle, 95 %, contre 5 % de locaux. L’agriculteur travaille pour gonfler ce chiffre.
Sa dernière innovation résulte d’ailleurs de ce constat. En juillet 2014, il a initié un projet de recherches de développement. Son objectif : créer une gamme de produits susceptibles d’intéresser les Mahorais.

« C’est un travail à long terme, mais j’estimerais que je suis vraiment posé uniquement quand j’aurais conquis les Mahorais », assure Hassani Soulaïmana. Pour la création d’Aromaoré et l’activité qu’il tient tant bien que mal, « je ne me suis toujours pas vraiment remis de la grève de 2011 contre la vie chère. Mais si je suis encore là, c’est parce que mon père m’a inculqué les valeurs du travail et la patience ». Hassani Soulaïmana a reçu le prix national du concours Talents 2011 dans la catégorie « dynamiques rurales », et vient de remporter le concours national « Créadie » de l’Adie [Association pour le droit à l’initiative économique], dans la catégorie développement durable.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°983

Le journal des jeunes

À la Une

La première Maison de santé mentale de Mayotte ouvre ses portes

À Combani, lundi 24 janvier, l’association Mlezi Maore et le centre hospitalier de Mayotte, soutenus par l’agence régionale de santé, inauguraient la première Maison...

Violences à La Réunion : des Mahorais ont peur de l’amalgame

Les communes réunionnaises de Saint-André, Saint-Denis et Saint-Benoît connaissent une flambée de violences depuis quelques mois. Elles sont le fait de bandes de jeunes...

Le Quartier Gourmand, le restaurant marocain qui réveille les papilles

Vous rêvez d’un bon couscous, d’un tajine ou de pâtisseries maghrébines ? Il n’y a désormais qu’une seule adresse à Mayotte pour satisfaire ces envies....

Bandrélé va refaire son réseau d’eaux pluviales

La commune au sud de Mayotte va bientôt lancer une série de travaux prioritaires pour remettre en état et moderniser son réseau d’eaux pluviales....

Gendarme renversé : le conducteur condamné à quatre ans de prison

Le lundi 17 janvier, un véhicule avec trois personnes à bord a forcé un barrage de gendarmes à Chirongui. Sans titre de séjour ni...