100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

TME 2015 : Rousseau Padial

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Catégories : Entreprise innovante

Entreprise : Rousseau-Padial
Dirigeants : Antoine Padial et Serge Rousseau
Chiffre d’affaires : non communiqué
Date de création : 2000
Nombre de salariés : 30
Secteur d’activité : BTP

Cette entreprise de BTP va bientôt lancer une nouvelle tôle dont l’objectif est de réduire de 8 à 10 degrés la température sous le toit.

Les Mahorais pourront bientôt réduire la température sous le toit de 8 à 10 degrés. C’est en tout cas la promesse faite par Rousseau-Padial. L’entreprise de BTP prévoit de lancer bientôt une nouvelle tôle qui proposera une meilleure réflexion de la lumière solaire et donc une meilleure isolation de l’habitat. « Avant profilage de la tôle, nous allons coller une mousse dénommée Mauka Brizz », explique Eric Frémont, responsable du développement de la tôle. « Elle se compose d’un bac de couverture sur lequel est collé en sous face un isolant mince. La feuille métallisée réfléchit une grande partie de la chaleur, issue de l’ensoleillement, vers l’extérieur. La très faible valeur d’émissivité (2 %) du complexe isolant / feuille métallisée explique la réduction considérable des échanges thermiques par rayonnement vers l’intérieur du local. » De plus, cette nouvelle tôle disposera en surface d’une nouvelle gamme de couleurs très claires (exemple : blanc, vert…) permettant d’améliorer encore davantage la réflexion de la lumière solaire.

« Ce nouveau produit permettra de moins faire marcher la climatisation et ainsi de réduire la facture d’électricité », poursuit Eric Frémont. Rousseau Padial promet un prix « raisonnable » pour cette nouvelle tôle. Les clients pourront ainsi bénéficier d’une subvention de l’EDM, à condition que le produit soit posé par un professionnel agréé. Rousseau Padial vend aujourd’hui ses tôles 75 centième (norme européenne) à 18-19 euros le mètre carré.

Créée en 2000 par Serge Rousseau et Antoine Padial, la société emploie aujourd’hui une trentaine de salariés, pour la plupart mahorais. « Pour nos trois équipes de charpentiers, nous avons un responsable mahorais, un responsable malgache et un responsable métropolitain », égrène Eric Frémont. Rousseau Padial possède trois branches d’activité. La société répond à des marchés publics pour la construction de charpentes et de couverture, ce qui correspond à 60 % de son chiffre d’affaires total. Elle commercialise aussi des tôles pour les entreprises et les particuliers (40 % du CA total). Depuis peu, elle vend enfin du bois normé pour la charpente.

« L’entreprise s’est diversifiée par nécessité », indique Eric Frémont. « La Sim et la Smiam, qui étaient de gros donneurs d’ouvrage, ont arrêté de donner du travail pour des PME comme nous. Nous subissons de plus la concurrence de sociétés réunionnaises qui adoptent une politique très agressive sur les prix ». Rousseau Padial a toutefois plus d’un tour dans son sac. Elle travaille déjà sur un nouveau revêtement réfléchissant pour ses tôles.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...