Sécurité privée à Mayotte : l’essor et l’adaptation

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Deux mois de confinement : un coup dur pour l’économie mahoraise. Mais si presque tous les secteurs sont touchés, l’un d’entre eux parvient à tirer son épingle du jeu. Contexte sécuritaire oblige, la sécurité privée se développe de plus en plus, mais doit s’adapter à une délinquance de plus en plus violente.

La période de crise sanitaire et de confinement aura aussi été, pour Mayotte, une période de crise sécuritaire. Affrontements entre bandes rivales, vandalisme et pillages de magasins ont en effet fait partie de l’actualité du moment. De quoi renforcer le ras-le-bol des habitants et l’agacement des entreprises, cibles idéales des vandales. Pourtant, si l’économie mahoraise a pâti de ces deux mois de disette, un secteur a pu tirer son épingle du jeu, celui de la sécurité privée.

Éprouvé par la période avec plusieurs magasins vandalisés ou volés, le groupe Somaco confirme un « besoin de sécurité très présent », par la voix de son responsable de la sécurité, Manda Rakotoniaina. « Comme tous les autres groupes, nous avons été touchés par ces cambriolages. Cela nous a en effet conduit à renforcer nos systèmes de surveillance », explique-t-il. Le groupe, qui dispose de sa propre entreprise de sécurité, a ainsi procédé à de nouveaux recrutements de vigiles et a investi dans la mise en place de caméra dans ses boutiques ainsi que dans le développement de la télésurveillance.

« Un métier d’avenir »

Mohamed Ousseni est directeur de la société GSPM, pour « gardiennage sécurité privée Mayotte ». En 2014, après 15 ans d’expérience dans le secteur ici, en métropole et à La Réunion, l’homme flaire l’importance que prend la sécurité privée sur le département. Alors, après s’être formé à la direction de ce type d’entreprises auprès de l’École supérieure de la police nationale (ESPN), il lance sa structure en 2014, filiale d’un groupe bi-régional, soutenu par des associés de métropole. Le succès est au rendez-vous compte tenu des besoins immenses.

Aujourd’hui, GSPM assure la sécurité pour des entreprises comme Total, Ewa, le groupe BDM, etc. « Mayotte est un marché très important. Compte tenu de tout ce qu’il se passe sur le département, notre métier est un métier d’avenir », confirme-t-il, soulignant qu’il a reçu des demandes supplémentaires durant la crise sanitaire : « Nous avons eu énormément de demandes pendant cette période. Des grosses entreprises comme Colas ou Total, qui ont souhaité mettre des gardiens en plus. » Et ce n’est pas tout : celui qui emploie 80 salariés sur 21 sites à travers l’île crée actuellement aussi son centre de formation. La raison est simple : « Nos sociétés sont de plus en plus demandées, et elles ont besoin de vigiles et gardiens bien formés, mieux formés. » Mieux formés, car dans une délinquance de plus en plus violente, les agents de sécurité sont désormais aussi pris pour cible.

Patron d’Artemis Technologies, qui œuvre dans le gardiennage et la télésurveillance, Michel Taillefer confirme la tendance générale. Si la crise sanitaire n’a pas amené une hausse fulgurante des demandes en télésurveillance pour son entreprise – au contraire de quelques demandes pour des besoins en gardiennage –, les besoins en sécurité sur Mayotte sont évidemment de plus en plus présents. « La situation devient très inquiétante, constate-t-il. Il y a 40 ans, il y avait peut-être un vol de sous-vêtement sur une corde à linge de temps en temps, mais rien de comparable à aujourd’hui où les délinquants mettent le feu à des cases, brûlent des voitures, violent, etc. Cela va très loin. Autrefois, jamais un agent de sécurité n’était attaqué, ou cela avait peut-être dû arriver deux ou trois fois pour des raisons personnelles. Mais c’est régulièrement le cas aujourd’hui, avec des bandes qui n’hésitent plus à attaquer des dépôts, des édifices, etc., et les gardiens qui s’y trouvent. »

La question de l’équipement de ces hommes devient dès lors prégnante. « Plusieurs entreprises le demandent à poser le débat », reprend Mohamed Ousseni, dont certains agents ont déjà été menacés avec des chombos, attachés ou séquestrés. Il poursuit : « Pour ma part, j’étais mitigé au départ, mais à la vue de ce qu’il se passe sur le département, je pense que permettre aux agents d’être armés d’armes non-létales – sous condition d’avoir suivi une formation – est une bonne idée. »

Une façon de rayonner au régional ?

Au-delà de la question sécuritaire mahoraise, la région porte aussi un certain nombre d’opportunités pour le secteur. Avec des pays d’Afrique de l’Est en plein développement, un vaste projet gazier au Mozambique et une demande croissante à Madagascar et aux Comores, le secteur de la sécurité privée à Mayotte pourrait facilement s’étendre à d’autres horizons. Sans en dire trop, Mohamed Ousseni ne s’en cache pas : « Mes associés regardent en effet chez nos voisins et me demandent d’être de l’aventure. Nous sommes donc en réflexion pour, un jour, nous implanter aussi à Madagascar et en Union des Comores. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

M’safara : un voyage dans les airs pour lutter contre l’arrivée de kwassas à Mayotte

Il y a un mois, le préfet Jean-François Colombet annonçait sa décision de solliciter des structures privées pour lutter contre l’entrée illégale et massive...

Pour accueillir toujours plus d’élèves, le rectorat de Mayotte met les bouchées doubles

Huit collèges, quatre lycées, six cuisines centrales, quatre internats. Pour accueillir au mieux les élèves de Mayotte, le rectorat poursuit un ambitieux plan de...

Délinquance, immigration clandestine, habitat illégal… les chiffres clés de l’année 2020 à Mayotte

La préfecture et le procureur de la République de Mayotte viennent de publier conjointement les chiffres clés de la lutte contre la délinquance, l'immigration...

Tribune libre : Renforcement des aides à Acoua

Nous sommes à presque une semaine des intempéries qui ont lourdement touché le village d'Acoua. Deux images très marquantes sont restées dans ma tête....

Confinement : Jean-François Colombet n’est pas fâché contre les Mahorais mais…

Le locataire de la Case Rocher est intervenu sur le plateau de Mayotte la 1ère hier soir. Sans surprise, il a annoncé la poursuite...