5,9 millions d’euros pour la formation à Mayotte en 2020

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Le conseil départemental et l’Etat ont signé ce jeudi la convention 2020 du pacte pluriannuel ultramarin d’investissement dans les compétences (PUIC). En tout, 5,9 millions d’euros seront consacrés cette année à la formation professionnelle, dont 2,2 millions sont délégués à Pôle emploi et 1,9 million au Carif oref et à la plateforme de lutte contre l’illettrisme (PLIA). Ce montant s’inscrit dans un plan global de 68,3 millions d’euros sur quatre ans (2019-2022), abondé à hauteur de 21,3 millions d’euros pour l’Etat, et de 47 millions d’euros pour le Département. En 2019, année de lancement du PUIC, les fonds ont permis 600 entrées supplémentaires en formation, mais aussi d’accompagner la certification de tous les organismes de formation de l’île, de favoriser l’accompagnement médico-social, l’emploi de 40 bénéficiaires en situation de handicap, la mise en place des plateformes distancielles de formation sur les savoirs de base, ou encore de lancer un appel à projet sur le développement des nouvelles formes d’accompagnement à l’entrepreneuriat. Cette année, un objectif fixé de 935 entrées supplémentaires vient s’ajouter aux ambitions générales du plan, que sont le développement de l’approche du parcours individualisé ; la réponse aux besoins en compétences des entreprises et de développement de filières stratégiques pour l’économie du territoire ; et la transformation et la modernisation du système de formation professionnelle. Le PUIC vise à accompagner vers l’emploi un million de jeunes et un million de personnes à la recherche d’un emploi peu ou pas qualifiées.

Autant d’actions qui doivent donc permettre de répondre aux enjeux du territoire en matière d’insertion professionnelle et de formation. Et ils sont multiples, comme l’a rappelé le président du Conseil départemental dans son discours, devant l’hémicycle. “Qu’il me soit permis de donner quelques éclairage liés au contexte dans lequel se tient cette signature. Mayotte est, dois-je le rappeler, un département aux enjeux très marqués en matière d’éducation et de formation, dans un contexte socioéconomique difficile”, a-t-il déroulé. Croissance démographique, formalisation récente du marché du travail, illettrisme et précarité d’une frange importante de la population font de Mayotte un département “sensible à la qualité de la relation entre la formation et l’emploi, entre l’école et l’entreprise”, comme le caractérise Soibahadine Ibrahim Ramadani. Et la crise engendrée par le Covid-19 risque bien de rendre cette relation d’autant plus primordiale, tant elle pourrait “encore fragiliser nos dispositifs de formation et d’insertion”.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Aller au plus près des jeunes en décrochage, l’ambition du directeur général d’Apprentis d’Auteuil à Mayotte

Le directeur général d’Apprentis d’Auteuil, Nicolas Truelle, a une nouvelle fois posé ses valises à Mayotte depuis le dimanche 29 novembre. Pendant 4 jours,...

Les personnels du collège de Doujani nostalgiques de la communication de leur ancien principal

À partir de ce jeudi 3 décembre, les personnels du collège Nelson Mandela à Doujani se mettent en grève reconductible. L'intersyndicale - SNES-FSU, SGEN-CFDT...

Pour Ackeem Ahmed, « le tourisme à Mayotte doit se vivre, se sentir, se toucher »

Pour mettre à l'honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l'Office du tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le...

Lutte contre l’immigration clandestine à Mayotte : un naufrage coûte cinq ans à un passeur

Alors que 26 personnes étaient interceptées en Petite-Terre ce mercredi, au même moment ou presque, un passeur comparaissait au tribunal judiciaire pour homicide involontaire....

Pôle Emploi/CRESS de Mayotte : un partenariat pour formaliser l’entrepreneuriat social

Ce mardi 1er décembre, Pôle Emploi et la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire ont signé une convention de partenariat pour formaliser le...