100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Mayotte : Une rencontre mais pas de sortie de crise pour les pompiers en grève

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

 

Les pompiers ont présenté leurs revendications lundi à la présidente du SDIS de Mayotte. Mais avec toujours leur directeur, le colonel Fabrice Terrien, dans le collimateur, le conflit ne semble pas encore prêt à se résoudre.

Difficile de passer à côté sans les voir. À la caserne de pompiers de Kawéni, les baffles crachent toujours leurs notes dansantes et trébuchantes, tandis que les bannières aux slogans tapageurs flottent encore au-dessus des grillages. Certes, les sapeurs-pompiers, en grève illimitée depuis le 24 août, ont rencontré ce lundi la présidente du SDIS. “Nous avons pu avoir un entretien pour tout lui expliquer dans un climat d’apaisement, et elle s’est montrée à l’écoute”, acquiesce entre deux camions peinturlurés Colo Bouchrani, le président du syndicat autonome des sapeurs-pompiers et du personnel administratif et technique au SDIS de Mayotte.

Qui plus est, l’entrevue a pu se faire, au moins pendant un temps, sans leur directeur, le colonel Fabrice Terrien, qui fait justement l’objet des foudres des soldats du feu. “Il était convenu qu’il s’absente pour que chacun à tour de rôle puisse exposer librement les griefs qui motivaient leur revendication sur son départ”, confirme Moinécha Soumaila, la présidente du SDIS au conseil départemental.

23 revendications en attente ?

Pour autant, cette rencontre apaisée n’a pas encore permis d’obtenir la fin du mouvement de contestation. “On n’arrêtera pas de faire grève tant que nous n’aurons pas obtenu un protocole de sortie de crise”, persiste et signe Colo Bouchrani. Ses collègues et lui n’en démordront pas, et ils espèrent bien obtenir gain de cause sur les 23 points de leurs revendications, regroupés en trois axes principaux : le départ du colonel Terrien ; les conditions de vie dans les casernes ; la sécurité sur les lieux d’intervention et dans leurs locaux. Reste que “du point numéro un, découlent tous les autres”, insiste le représentant syndical.

D’après lui, le problème ne date d’ailleurs pas d’hier. “Le directeur est arrivé à l’automne 2018 et dès février 2019, la présidente recevait déjà plusieurs courriers, car nous avons vite pris la mesure du mépris du colonel Terrien”, retrace-t-il. Les pompiers en grève l’accusent de travailler sans les concerter, voire même de bloquer les avancées sur leurs conditions de travail. La rénovation de la caserne de Kahani, dont l’attaque en mai dernier avait mis le feu aux poudres, et la prime Covid dont ils veulent bénéficier plus largement, sont notamment dans leur collimateur. Alors que de son côté, le directeur assurait la semaine dernière dans nos colonnes, avoir présenté un plan de rénovation des locaux et même la construction d’un centre de formation de sapeurs-pompiers à proximité, à Kahani.

Colère “calme”

Pour autant, conséquence ou non de la rencontre de la veille, l’ambiance semblait plutôt apaisée ce mardi matin à la caserne de Kawéni. Sur le pont depuis 7h du matin, les grévistes échangent les blagues et s’amusent à poser drapeau tendu devant la caméra. “Nous, c’est la colère calme… Enfin, le calme avant la tempête”, souligne tout de même l’un d’entre eux. Objectif de cette journée : faire le compte rendu de l’entretien de lundi et préparer les actions futures. “Mais on ne vous dira pas ce qui est prévu, ce sera une surprise”, lâche, un peu taquin, le président du syndicat. Qui promet toutefois d’organiser dans la journée des groupes de travail sur leurs revendications, pour “être force de proposition à la prochaine rencontre”.

Des accusations graves

Désormais, la balle semble donc dans le camp de la présidente. Pour l’instant, aucune date n’a été fixée pour cette nouvelle entrevue. Moinécha Soumaila a en effet demandé aux syndicalistes le temps de la réflexion, pour vérifier point par point les éléments qu’ils ont amenés au sujet de leur directeur. “Il y a quand même des accusations assez graves dans le lot, donc j’estime qu’il faut faire des contrôles. Et c’est le travail auquel je me suis attelée dès hier soir”, assure la responsable, qui explique se donner au moins une semaine pour procéder à ces vérifications.

Sur le reste des revendications, et notamment les conditions de vie, les deux parties ont en tout cas accordé leurs violons. “Pour moi, la plupart sont légitimes, et en général quand j’ai des retours des réunions du CHSCT, je donne mon feu vert”, poursuit-elle. “C’est pourquoi je ne comprends pas encore très bien ce blocage sur la personne du colonel Terrien, qui semble être devenu la seule motivation du mouvement…”.

Et à Kawéni, les slogans ne font d’ailleurs pas dans la dentelle au sujet du si décrié directeur. “Va voir celui à l’arrière du camion, là, il est bien !”, s’amuse ainsi un syndicaliste, en désignant le “Terrien dictateur dehors”, qui orne les portes rouges et jaunes d’un véhicule prêt à repartir en intervention malgré la grève. Difficile dès lors, de voir le bout de cet imbroglio. Surtout à en croire ce sapeur-pompier, qui lâche, avec un clin d’oeil : “Repasse ce soir, on sera encore là !”.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...