100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Mayotte : et si la place des Congrès de Pamandzi prenait le nom de Khams ?

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

J acqueline Guez, la gérante de Clap Productions, a lancé une pétition en ligne pour que la mairie de Pamandzi fasse en sorte que la place des Congrès soit rebaptisée en hommage à Hassani Kamardine, dit Khams, acteur mahorais qui est décédé dans un tragique accident de jet ski il y a un mois.  

Lancée par Jacqueline Guez, la gérante de la société Clap Productions, la pétition en ligne* en hommage à Khams fait un carton, atteignant en un peu moins de 48 heures l’objectif initial des 1.500 signatures. Son idée ? Honorer la mémoire de l’acteur « fétiche » Hassani Kamardine, repêché en mer le dimanche 14 juin après un accident de jet ski la veille, en rebaptisant la place des Congrès à Pamandzi en son nom. « Il y rassemblait les jeunes en désoeuvrance pour leur donner des cours de théâtre. Il a donné vie à ce lieu situé à 150 mètres de chez lui, qui est devenu hautement symbolique », souligne celle qui a collaboré de nombreuses fois avec l’humoriste au cours des dernières années. Devenu incontournable dans le paysage audiovisuel mahorais avec la création de son personnage phare « Fatima Djampopo », Khams « liait les habitants » et « défendait le rire fin ». Plus récemment, il avait tourné dans la série Askip, qui évoquait le sujet tabou de la sexualité, ou encore dans Ketsi Dagoni, qui relatait des messages à la population pour limiter la propagation du virus. Un dernier tournage sur lequel « il n’a pas pris de cachet », rappelle fièrement Jacqueline Guez.

Devoir de mémoire

Cette démarche « individuelle » vise principalement à mettre en lumière une figure incontournable de l’île aux parfums. « À Mayotte, on a tendance à vite oublier… », regrette-t-elle. Avant d’avouer que sa hantise était que « la mémoire de Khams ne continue pas de vivre auprès des prochaines générations » et que « ses vidéos sur Youtube disparaissent ». Une finalité que ne peut imaginer la directrice de la boîte de production. « [Cette pétition] n’est pas un coup de pression à l’égard de la municipalité, mais c’est pour montrer l’importance qu’il avait ! » Pour bien comprendre, la dénomination d’une voie publique est du ressort des communes (article L2121-29 du code général des collectivités territoriales). Il appartient donc au conseil municipal d’en délibérer et de décider sur proposition du premier magistrat. Et Jacqueline Guez entend bien prendre sa plus belle plume et envoyer un courrier au nouveau maire de Pamandzi dans le but de lui expliquer par écrit ses bonnes intentions.

Selon elle, la symbolique d’y accoler le nom d’Hassani Kamardine aurait un impact non négligeable. Un message fort qu’elle espère devenir réalité très rapidement. « Il était un exemple pour tous, sa perte a été une véritable tragédie », conclut-elle, toujours autant émue par la disparition de son « ami ».

 

* Pour signer la pétition, il suffit de vous rendre sur l’adresse suivante : https://www.change.org/p/le-maire-de-la-commune-changer-le-nom-de-la-place-des-congr%C3%A8s-%C3%A0-pamandzi-pour-place-hassani-kamardine-dit-khams?recruited_by_id=5ecdd360-c534-11ea-b5f1-970e6f12765b&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=psf_combo_share_initial

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...