100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Le pass Karibou pour vivre Mayotte intensément

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

C’est une idée novatrice, comme Mayotte en voit souvent germer sur son sol. Grâce à un chéquier d’une soixantaine de bons, le pass Karibou propose à qui le veut de nombreux avantages en termes de loisirs, de restauration, de culture et de vie pratique. De quoi profiter de toutes les richesses de l’île aux parfums, tout en soutenant ses acteurs locaux.

Depuis maintenant plusieurs semaines, “pass” est devenu un mot et une préoccupation incontournable. Mais à Mayotte, c’en est un d’un autre genre qui commence à faire parler de lui depuis maintenant plusieurs mois : le pass Karibou. Le but ? “Découvrir, ou redécouvrir l’île”, explique Yann Segonds, l’un des deux porteurs du projet. Le tout grâce à un chéquier offrant plus de 1.000 euros supplémentaires à travers une soixantaine de bons, valables chez plus de 40 partenaires. Rien que ça.

Au programme : loisirs, restauration, culture et même vie pratique. “Cela va de la réduction de 100 euros lors de l’achat d’un scooter avec casque, chaîne, gants et carte grise inclus, jusqu’à 50 euros offerts sur les niveaux de plongée quel qu’il soit, des sushis, des cocktails offerts, des réductions sur l’artisanat local ou la location de pirogues traditionnelles, de la réalité virtuelle à domicile, des soins, des massages, des sorties bateaux, du paintball…” En clair, tout ce qui permet de profiter pleinement de l’île sous toutes ses facettes, tout en soutenant l’économie locale.

Le but n’est pas de tirer les prix vers le bas, mais vraiment de découvrir des choses que les gens n’auraient peut-être pas fait sans le pass”, développe encore Yann Segonds. “On considère vraiment que le tourisme est l’une des clés pour développer le territoire, mais on ne veut pas qu’il soit fait à n’importe quel prix, et surtout n’importe comment ou de façon trop intensive.” D’où la limite maximale fixée des 1.000 pass vendus à l’année.

Derrière cette idée novatrice, l’envie de Yann et Benoît, son associé, d’offrir une autre image de Mayotte. “Comme beaucoup, j’ai été émerveillé dès mon arrivée, il y a trois ans, de voir les richesses naturelles, culturelles et humaines de cette île”, introduit le premier, qui a invité le second à le rejoindre, il y a un peu plus d’un an. “En vivant ici, on s’est rendu compte que Mayotte n’était pas que ce qu’on entend sur elle, à propos de l’insécurité notamment. Alors on voulait lui rendre l’image qu’elle mérite, et on s’est dit que pour cela, il fallait valoriser les acteurs locaux !”

Alors, les deux associés commencent des enquêtes, des sondages, afin de créer le pass qui collerait au mieux aux attentes des Mahorais de tous les âges, nouveaux arrivants ou habitants de longue date et même touristes. “On a tout élaboré avec les personnes qui nous suivent sur les réseaux : le logo, le contenu du pass, son prix, le nombre de bons…” Une formule gagnante, puisque quelques mois plus tôt, les 100 premières pré-ventes se sont vendues en moins 48 heures. Parmi les acheteurs, des gens de 18 à plus de 60 ans, et “autant de Mahorais que de métropolitains”. Pari réussi, donc !

Et pour pousser à l’extrême cette idée d’un pass 100% Mahorais, les deux amis ont décidé de le faire imprimer directement sur place. Les pochettes d’emballage livrées avec le pass sont quant à elles confectionnés avec des tissus locaux, par des couturières locales. “Si on avait fait tout ça à l’extérieur, ça nous aurait coûté au moins quatre fois moins cher. Mais nous voulions rester fidèle à notre concept de soutenir et valoriser Mayotte !” Dans ce souci, une partie du chiffre d’affaires généré par la vente des pass Karibou sera reversée à une association mahoraise de préservation et de valorisation de la biodiversité mahoraise.

Crédit photo : Tanguy LAFON (@nova_cps sur Instagram)

 

Comment se procurer son pass Karibou ?

Pour vous procurer votre pass Karibou, rendez-vous sur le site https://passkaribou.fr/. Profitez du code promo “HEBDO” au moment du paiement pour bénéficier de 10 euros de réduction ! Les pass sont également disponibles à la vente chez certains partenaires. Entrepreneurs, comités ou associations ? N’hésitez pas à devenir vous-même revendeurs en envoyant un mail à l’adresse yann@passkaribou.fr.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...