100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le commandant du PSIG grièvement blessé à Dzoumogné

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Nouvelle nuit de tensions à Dzoumogné. Le commandant du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Mamoudzou a été grièvement blessé par un jet de pierres lors d’une intervention dans le village du nord, lundi, vers 1h15 du matin. Frappé au visage, il a subi une double fracture de la mâchoire qui lui vaut 45 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT) et d’être évacué ce jour à La Réunion pour une opération chirurgicale. Au moment du drame, la patrouille du PSIG de Mamoudzou était à la recherche d’un véhicule qui avait servi à deux individus pour prendre la fuite après une tentative de cambriolage d’un magasin alimentaire spécialisé dans les produits surgelés. “Le PSIG y est allé avec deux autres véhicules et sur le retour, la patrouille est tombée dans un traquenard et des individus ont commencé à les caillasser”, relate le général Philippe Leclercq, commandant de la gendarmerie nationale dans l’île.

Ce ne sont pas là pas les premières violences qui frappent le nord de l’île, ni le village de Dzoumogné. Face aux violences aux abords de leur lieu de travail, les employés du dispensaire exercent leur droit de retrait, depuis vendredi et l’intrusion d’une bande armée dans l’établissement médical. “Le secteur nous mobilise pas mal, et nous faisons en effet le constat d’une prise à partie par des bandes de jeunes qui agissent par désœuvrement ou provocation”, confirme le général Philippe Leclercq. Mais si ce genre de prises à partie peut donner l’impression que les individus cherchent à attirer les forces de l’ordre dans des guet-apens dans le but de les caillasser, le chef de la gendarmerie nationale se veut plus nuancé : “cela peut faire partie du mode opératoire adverse, mais nos unités sont éprouvées à ce type de pratiques et nous essayons d’éviter que des faits imaginaires puissent entraîner une embuscade. Et en réalité, le mode d’action n’est pas si élaboré, et relève davantage de la prise à partie d’opportunités”, souligne-t-il.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1012

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Les 4èmes Trophées mahorais de l’environnement se déclinent sur une semaine

Organisés par la Somapresse, les Trophées mahorais de l’environnement prennent de l’ampleur cette année, puisqu’ils se dérouleront du lundi 24 au samedi 29 octobre...

Tsingoni sur le toit du hand

À l'issue de leurs deux matchs, samedi dernier sur le parvis de la MJC, les deux équipes de l’ASC Tsingoni dominent leurs championnats, grâce...

Sécurité : Les conducteurs de bus du nord reprennent le travail ce lundi

Exerçant leur droit de retrait depuis le mardi 20 septembre, les chauffeurs de bus ont manifesté leur colère face aux attaques qu’ils subissent. Le...

Nations unies : L’Union revendique de nouveau « l’île comorienne de Mayotte »

Si l’assemblée générale des Nations unies avait les yeux rivés sur ce qui se passe en Ukraine, le président de l’Union des Comores, Azali...

Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont rouges »

Entamées en novembre 2020, les Assises de la sécurité ont fait l’objet d’une réunion de bilan, ce jeudi 22 septembre, à la mairie de...