Publicités

« Le bac à Mayotte n’a pas été bradé »

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Le suspens n’est plus de mise. Tous les bacheliers connaissent les résultats qui concluent une année de bac si particulière. Cette année, le taux de réussite est en hausse chez nous. La bienveillance recommandée par l’Éducation nationale a porté ses fruits.

Les résultats du baccalauréat ont officiellement été dévoilés ce 7 juillet au niveau national. À Mayotte, les bacheliers ont eu le privilège d’être fixés sur leur sort avant les autres comme chaque année. Le taux de réussite de cette année est plutôt satisfaisant sur l’ensemble du pays. Il s’élève à 91,5% au niveau national, avant les rattrapages, soit une augmentation de 13,8 points par rapport à l’année dernière. Chez nous, les chiffres ont également explosé. 80.1% des candidats de la filière générale ont été admis. Le chiffre passe à 76.5% pour la filière technologique et monte à 90.4% pour le bac professionnel. Ces résultats sont encourageants mais il est important de rappeler que l’année scolaire 2018-2019 a été particulièrement catastrophique à Mayotte. Les élèves n’avaient pas pu bénéficier de l’accompagnement nécessaire à cause des grèves. 

Cette édition 2020 est dans le collimateur de certains qui parlent d’un bac au rabais. Une critique que réfute Gilles Halbout, le recteur de l’académie de Mayotte. “Cette année, c’est vrai qu’on a de meilleurs taux de réussite, c’est le résultat de la consigne nationale qui nous demandait d’être bienveillants. Mais le bac de Mayotte n’a pas été bradé.” 

Parcoursup, un indicateur plus explicite

“L’indicateur qu’il faut prendre en compte est le taux d’admission sur Parcoursup parce que les élèves sont admis grâce à leur dossier scolaire et aucune université ou école n’a envie de faire de cadeau, peu importe le contexte particulier de cette année”, rappelle Gilles Halbout. À ce sujet, les lycéens mahorais sont plutôt bien placés. Actuellement 82% des élèves qui ont formulé des vœux ont été acceptés dans l’une des formations qu’ils ont demandées. 95% des candidats du bac général ont obtenu une réponse favorable, 77% de la filière technologique, et 69% de la filière professionnelle. “Cette année, il y a eu un déclic, les formations de l’enseignement supérieur se sont rendues compte que les Mahorais réussissent aussi. On a une visibilité qu’on n’avait pas avant”, se réjouit le recteur.

Mayotte dernier de la classe

Malgré les efforts des élèves mahorais, Mayotte est encore à la traîne. Les taux de réussites sont toujours inférieurs aux moyennes nationales car l’histoire de l’Éducation nationale est plus récente sur le territoire. Les enfants ne sont pas toujours scolarisés en maternelle. De plus, les élèves n’évoluent pas dans les mêmes conditions que ceux de la métropole. Le recteur en est parfaitement conscient et souhaite rattraper le retard même si cela ne se fera pas en quelques années. “Cela passera par la scolarisation de plus en plus tôt. Nous allons également améliorer les conditions de scolarisation, notamment au collège en mettant en place des dispositifs d’adaptation des publics en difficulté pour remettre à niveau les fondamentaux. Enfin, les élèves ne seront plus orientés dans les filières générales par défaut.” En attendant, l’académie de Mayotte souhaite préparer rapidement les bacheliers de cette année à intégrer l’enseignement supérieur et à vivre loin de leurs parents. Chose qui n’a pas été faite à cause du contexte particulier de cette année.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...