Publicités

Climat sous haute tension à Kahani

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Depuis samedi dernier, Kahani est le théâtre de scènes de violence à répétition. Un accident de la route impliquant un automobiliste est une fillette de 5 ans en serait l’origine. Barrages, caillassages et cambriolages rythment le quotidien des habitants depuis trois jours malgré la présence des forces de l’ordre. 

“La goutte d’eau qui a fait déborder le vase” : le maire de Ouangani, Ahmed Combo Ali, ne trouve pas d’autres mots pour qualifier la situation dans laquelle se trouve le village de Kahani, dans la commune de Ouangani, depuis le week-end dernier. 

Samedi dans la matinée, en effet, un automobiliste percute une petite fille de 5 ans. Cette dernière, grièvement blessée, est amenée par les secours, mais l’évènement met le feu aux poudres. Les habitants du village érigent aussitôt un barrage sur la route départementale qui relie Kahani à Chiconi. Du vieux mobilier, de l’électroménager, des poubelles et des carcasses de voitures jonchent alors la route dans le seul objectif de faire entendre les revendications des habitants. Ils réclament des bandes ralentisseurs ou un dos d’âne sur cet axe car les automobilistes roulent trop vite et des accidents sont déjà survenus au même endroit par le passé. “Il y avait des ralentisseurs sur cette route, mais le Conseil départemental l’a rénovée l’année dernière et il n’a pas remis les bandes ralentisseurs. Je l’ai signalé et on m’a dit qu’ils allaient les remettre. Cela fait un an mais ils me disent toujours que c’est en cours”, explique le maire de la commune. S’il dit comprendre la colère des habitants le jour de l’accident – “c’était compréhensif” indique-t-il – la suite des événements dégénère rapidement. La gendarmerie intervient et dégage la route, mais les barrages sont réinstallés dans la soirée de samedi et des individus y mettent le feu. Le climat dans le village se détériore d’heure en heure, mettant en opposition les habitants et les gendarmes. Ces derniers doivent faire usage de bombes lacrymogènes pour disperser les individus. 

Dimanche en fin d’après-midi, le blocage de la route reprend de plus belle et la gendarmerie déploie les grands moyens afin de maîtriser la situation. Entre 30 et 80 gendarmes sont engagés sur les lieux. Un hélicoptère survole également la zone. “L’opération a duré jusqu’à lundi matin puisqu’il y a eu d’autres affrontements dans la nuit de dimanche à lundi. Cinq individus ont été interpellés et mis en garde à vue”, annonce le général Philippe Leclercq, commandant de la gendarmerie de Mayotte. Parmi eux, un mineur et quatre jeunes majeurs. Le secteur restera sous haute surveillance durant plusieurs jours. De son côté, la municipalité affirme “avoir fait son travail”. Désormais, seul le Département pourrait calmer la colère des habitants de Kahani. Selon le maire, “la solution à long terme est de mettre des bandes ralentisseurs sur cette route départementale. Et c’est le Département qui doit le faire.” 

La caserne de pompiers de Kahani vandalisée 

Cette recrudescence de violence ne s’est pas arrêtée aux barrages et affrontements entre les habitants et la gendarmerie. Dans la nuit de dimanche à lundi, la caserne de pompiers qui se trouve à quelques mètres du tronçon de route en question a été visitée par une cinquantaine d’individus alors que les soldats du feu se trouvaient sur les lieux. “Les pompiers ont clairement été pris pour cible. Des véhicules d’intervention ont été pillés et vandalisés. Il y a eu des jets de pierres sur les pare-brises, le petit magasin a également été pillé”, affirme le syndicat des pompiers, SNSPP-PATS. Les malfaiteurs ont emporté un groupe électrogène et une multitude de matériels. Fort heureusement, aucun blessé n’est à déplorer, mais les dommages psychologiques sont bien 

présents et les pompiers pointent du doigt leur direction. “Les collègues sont presque anéantis car le service ne fait rien pour la sécurisation des lieux. L’intrusion s’est faite par le portail car celui-ci ne ferme pas à clé. Pour eux, ce n’est que du mépris. Cet évènement engendre un état d’esprit de méfiance envers la direction”, explique le syndicat des pompiers, SNSPP-PATS.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...