100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Activités sismiques du Karthala : Pas de danger imminent rassurent les volcanologues

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

L’observatoire chargé de la surveillance du volcan a constaté depuis mi-juillet une augmentation de la fréquence des activités sismiques avec une échelle qui, à une certaine période, atteint la barre de 50 séismes par jour. Pour le moment, le ministère de l’Intérieur a déclenché l’alerte jaune, un niveau qu’on active par vigilance.

Lundi soir, sur les réseaux sociaux, le communiqué du ministère de l’Intérieur a fait le tour de la toile en moins de 30 minutes. Certes, les habitants de la Grande Comore savent qu’ils vivent sous un volcan, mais jamais ils n’ont été aussi inquiets que ce 22 août. Pour cause ? Le pays a été placé en alerte jaune après la détection d’activités sismiques intenses au niveau du Karthala, le plus haut point culminant des Comores.  Cela fait plus de trois semaines que l’observatoire volcanologique du Karthala (Ovk) a signalé aux autorités ces mouvements anormaux.

En effet, l’information avait été soigneusement gardée selon le patron de la direction général de la sécurité civile (Dgsc), le lieutenant-colonel Tachfine Ahmed, qui a tenu une conférence de presse ce mardi. Pari perdu puisque la population était plongée dans la confusion et la peur depuis l’annonce d’il y a trois jours. Ce qui a obligé le gouvernement à réagir… « Nous devions éviter que des rumeurs et des fausses informations se répandent. Il fallait rassurer la population et lui dire qu’elle ne devait pas s’inquiéter« , a déclaré le chef des secouristes.

Toutes les hypothèses sur la table

L’alerte jaune déclenchée signifie que le danger n’est pas imminent confirme -t-on du côté de l’observatoire du Karthala. « Les activités sismiques traduisent les activités internes du volcan. On suit celles-ci grâce à la sismicité. Plus elle augmente, plus l’activité est intense. C’est beaucoup d’énergie qui se trouve à l’intérieur. Il arrive qu’à un moment, cela ait envie de sortir. Mais cela tient en compte de plusieurs paramètres », a avancé, le responsable de l’Ovk, Hamidi Soulé dans un entretien accordé à Flash Infos, ce mercredi dans son bureau.

Existe-t-il une menace imminente ? Pas du tout à en croire Shafik Befakih, géophysicien de l’observatoire. « À ce stade, on est juste en face à une augmentation du niveau d’activités. D’où cette alerte jaune. Mais dès lors qu’une menace se précisera, on en saura davantage sur les détails, notamment en ce qui concerne la localisation de la zone. Cela peut-être le sommet ou le flanc », a détaillé cet expert, rencontré sur place.

Plus de dix séismes par jour

Parmi les principaux facteurs qui ont poussé les volcanologues à recommander la phase de la vigilance, il y a le degré de sismicité qui a dépassé la moyenne quotidienne (avant, on enregistrait moins de dix séismes par jour, mais ce chiffre s’est multiplié par cinq à ces derniers temps, avec des pics). « En fait, cela peut s’acheminer vers une éruption ou s’atténuer au fil du temps. En gros, aucune hypothèse ne doit être écartée », a insisté, l’expert. Actuellement, il n’y a pas que le volcan du Karthala qui bouillonne dans l’océan Indien, mais la Fournaise aussi. Le rythme de ses activités sismiques a entraîné la mobilisation des secouristes. Les habitants de l’île de La Réunion sont également en alerte.

Des situations souvent observées dans la plupart des pays volcaniques temporise le chef de l’Ovk. « Tout endroit où il y a un volcan actif, on surveille surtout la sismicité ou les gaz. Cela dépend de son rythme d’évolution dans le temps. Par exemple, on passe à l’orange lorsque l’éruption est là. Mais même à une telle phase, tout peut se calmer« , a rappelé Hamidi Soulé. Toujours est-il que pour suivre de près l’activité du Karthala, les experts ont besoin de plus d’équipements. Notons que s’ils sont parvenus à donner l’alerte à temps, c’est parce que les larrons n’ont pas tout dérobé. En effet, les stations installées sur l’île de la Grande Comore ne sont pas à l’abri des actes de sabotage. Sur les sept, quatre seulement livrent des informations… Des personnes malintentionnées ont détruit les câbles et volé les batteries, les panneaux solaires et les GPS.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1036

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Des coupures supplémentaires « probablement après le ramadan »

A Mayotte, la sécheresse et le déficit pluviométrique sur Mayotte se poursuivent, ce qui induit comme conséquence une alimentation en eau potable toujours aussi...

Meurtre de Christophe : les deux auteurs condamnés à vingt ans de prison

Véritable choc sur l’île, la mort de Christophe Brousset en avril 2016 avait été suivie d’une marche blanche et d’un appel à mettre fin...

Des scientifiques en herbe en finale académique du concours C’Génial

Les murs du collège de Ouangani ont accueilli ce jeudi, la finale académique du concours C’Génial. Au total, onze équipes de collégiens ont présenté...

Un vent de colère contre le maire de Pamandzi

Les bureaux de l'hôtel de ville de Pamandzi sont à nouveau accessibles au public depuis mercredi matin. Le torchon brûle désormais entre la majorité...

Les grévistes comptent maintenant sur le conseil constitutionnel

Deux fois 49.3, c’est presque le nombre de manifestants qui a rejoint la place de la République, à Mamoudzou. La mobilisation continue pour les...