100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

24 heures avec… Saïd Vitta, agriculteur : « Pour moi, ça ne change pas grand-chose »

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Plus que le rythme du confinement, le Petit-Terrien vit selon celui de la terre. Car les cultures, elles, continuent de pousser et nombreuses sont, chaque semaine, les livraisons qu’il doit assurer auprès de la grande distribution ou des restaurateurs. Pour Saïd Vitta, pas le choix : pour maintenir ses revenus, il faut maintenir sa production.

Il vit au rythme de la terre. De ses terres. Depuis désormais 43 jours, Saïd Vitta ne connaît ni télétravail ni chômage partiel. Confinement ou pas, les journées de l’agriculteur de Labattoir restent bien rodées, et surtout, bien remplies. « C’est un métier où on ne peut pas prendre congé », souffle le Mahorais sans employé. Il est trois heures du matin lorsque son réveil sonne. À peine le pied posé au sol, l’homme de 67 ans rejoint ses parcelles de cultures en tous genres. Il ne les quittera qu’à la nuit tombée, après plus de 16 heures de travail. Mais pour l’heure, le jour n’est pas encore levé.

À raison de 10 000 mètres carrés cultivés, le labeur qui l’attend est d’ampleur. Dans la malavoune de la Petite-Terre, Saïd Vitta fait pousser à l’année une douzaine d’espèces : noix de coco, citron, chou chinois, basilic, papaye, mangue… Il n’a pas une minute à perdre s’il veut assurer ses livraisons bihebdomadaires auprès des restaurateurs restés ouverts ou de l’enseigne Score, à quelques kilomètres de là. « Je ne sors plus que pour ça », promet le maraîcher. Pour ça, oui, mais aussi pour confier les produits fraîchement récoltés aux mamas ou aux cocos des environs, qui, dans la plus grande discrétion, se chargeront de nettoyer les concombres parfois recouverts de pollen, et de constituer les petites bottes d’aromates avant leur mise en rayon.

Alors que la saison des pluies touche à sa fin, les premières heures du jour sont consacrées à l’arrosage des parcelles. Si l’artisan est récemment passé à l’irrigation automatisée, les canalisations et les pompes installées là doivent toutefois être fréquemment entretenues, et les puits nettoyés. Des tâches que le maraîcher assure seul. Comme toutes celles qui suivront dans la journée. Puis, il empoigne son motoculteur pour labourer le sol pendant plusieurs heures. Une fois la terre tournée, il dégage ses « planches », autrement dit, les lignes de terre cultivées, intercalées de petits chemins qu’il faudra régulièrement désherber. Déjà depuis longtemps, le soleil a quitté son zénith.

« Il faut vivre avec la terre », résume l’agriculteur. « On doit être opérationnel toutes les heures, tous les jours, tous les mois. » Et surtout, il faut multiplier les savoir-faire, puisqu’entre deux labours, l’homme rafistole ses petites serres artisanales, qui lui permettent notamment de produire 150 bottes de salades par semaine, ensuite vendues sur les étaux de la grande distribution. « En ce moment, il y a moins de choix dans les rayons, alors Score me demande parfois de livrer un peu plus », commente Saïd Vitta pendant que sonne son téléphone pour une énième commande de mafana. Ces temps-ci, « On m’appelle cinq, six ou même sept fois par jour pour le mafana ! » Une manne financière importante, puisque les récoltes, elles, ne connaissent pas de chômage partiel. « Le confinement ? Pour moi, ça ne change pas grand-chose », résume le Petit-Terrien, qui cite toutefois l’arrêt de ses livraisons sur l’île principale.

Et le confinement n’empêche pas non plus le musada, ou l’entraide. Chaque week-end, son neveu et d’autres proches bravent les restrictions de déplacement pour venir lui prêter main-forte en échange d’un peu de manioc et des rares invendus qui lui restent parfois. Une solidarité qui, bien qu’interdite en ces temps de crise sanitaire, lui permet de maintenir son activité.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...