L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir, 24 systèmes d’alerte doivent être installés dans les 17 communes de l’île d’ici 2021.

Les curieux tournent une tête étonnée avant de dégainer leur téléphone portable pour enregistrer la scène. Un son retentissant sort des hauts parleurs de la mosquée de Dembéni, qui n’a rien d’habituel… ni de vraiment agréable. Ce mardi était inaugurée la première sirène d’alerte en cas de risque de tsunami, dans cette commune de Grande-Terre, la première à avoir accepté l’installation du dispositif. “Cette sirène va permettre que la population et que les Dembéniens soient au courant si un risque se présente”, se félicite le maire de la ville, Moudjibou Saidi. “On espère que ça ne va pas sonner”, ajoute-t-il, avec un brin d’optimisme.

Car le risque est réel : depuis la découverte du volcan au large des côtes mahoraises en 2018, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et le comité de suivi de la crise sismo-volcanique ont averti sur ce danger. Les séismes, l’effondrement de la chambre magmatique ou encore un glissement de terrain dû à une instabilité des récifs pourraient projeter la déferlante directement sur Mayotte.

Enclenchée par un SMS de la préfecture

Alors, comment s’en prémunir ? D’abord, en alertant. “Aujourd’hui, c’est une étape”, salue le préfet, Jean-François Colombet. En tout, 24 équipements du genre devront être disséminés sur le territoire, soit un peu plus d’un par commune, d’ici le mois de juillet 2021. Munis de batteries pour une autonomie d’une semaine “en cas de gros pépin”, ils sont enclenchés par un SMS envoyé depuis un téléphone de la préfecture.

Et c’est donc la ville de Dembéni qui a accepté de se jeter à l’eau la première. Il faut dire qu’entre sa situation géographique au coeur de la vallée, et la possibilité de placer les capteurs en hauteur dans la mosquée pour recevoir le signal, le lieu était bien choisi. Même si le territoire de Petite-Terre est davantage exposé aux risques, d’après les études scientifiques.

Au moins 25.000 euros chaque

“Ici, avec la topographie de la zone, nous avons une portée de 2 à 2,5km”, explique Thomas Iborra, responsable chez Mayotte Alarme et Automatisme, qui a été sélectionné par la préfecture pour proposer ces systèmes d’alerte, appelés SAIP (systèmes d’alerte et d’information des populations). Coût de l’attirail : 25.000 euros, à la louche. Un petit budget qui peut rapidement être multiplié par deux en fonction des zones. “Ce sera le cas s’il faut l’accrocher en haut d’un pylône, ou mettre des relais téléphoniques au centre de l’île pour recevoir le signal”, poursuit le spécialiste.

Adopter les bons réflexes

Mais cet investissement salvateur ne pourra se suffire à lui-même. Parmi les deux autres axes du plan de prévention, figurent la préparation des populations pour leur “conférer les bons réflexes”, précise le préfet, et la définition des itinéraires de fuite. À ce sujet, une collaboration avec l’université de Montpellier, financée exclusivement par l’État, doit dessiner les meilleurs échappatoires en cas d’alerte. Et le tout devrait être fignolé en même temps que les sirènes, dès l’année prochaine. “Alors un, deux, trois, vous êtes prêt ?”, lance Jean-François Colombet, un doigt sur le smartphone. On croise les nôtres !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...