asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Violences à Miréréni/Combani : l’enseignement pris en étau

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Depuis plus d’une semaine, les violences entre Miréréni et Combani se retrouvent dans les établissements scolaires. Les personnels éducatifs du collège de Mroualé, dans la commune de Tsingoni, décident donc d’afficher des banderoles de contestation et de ralentir la progression pédagogique pour alerter et faire réagir les autorités locales. Une démarche qui ne passe pas auprès du recteur, Gilles Halbout.

« Notre but est d’alerter et de faire réagir les autorités. L’école est un droit pour tous, peu importe d’où l’on vient. » Au bout du combiné, Céline* ne sait plus sur quel pied danser pour voir revenir « les 10 ou 15 élèves absents dans chaque classe depuis huit jours ». L’enseignante au collège de Mroualé dans la commune de Tsingoni prépare une action coup de poing, avec « le soutien de la moitié du personnel éducatif », à partir de ce mercredi 15 septembre. Au programme : l’affichage de banderoles devant l’établissement scolaire et le ralentissement de la progression pédagogique.

Si Gilles Halbout comprend « l’émotion » et exprime sa « solidarité », le recteur ne cautionne absolument pas la démarche. « Nous n’allons pas pénaliser les élèves des voisins au prétexte que d’autres l’ont été… Ce n’est pas entendable ! C’est le jeu malsain de la revanche et de la punition collective. » En d’autres termes, le responsable de l’académie craint que ce procédé ne rajoute de l’huile sur le feu. « L’appliquer va simplement attiser les rivalités entre les uns et les autres. » À savoir celles qui gangrènent Miréréni et Combani depuis un an maintenant.

Un barrage aux lourdes conséquences

Une tension palpable matérialisée par l’installation d’un check-point filtrant entre les deux villages. Un choix qui s’explique pour une raison simple selon Fatima Ali, une habitante de Combani. « Le barrage tenu par les mamans est une manière d’exprimer leur ras-le-bol pour que les politiques prennent un engagement définitif. Plusieurs médiations entre adultes ont été tentées par le passé, mais aucune n’a fonctionné… » Et tant que la solution miracle n’aura pas été trouvée, pas question de lâcher du lest ! « Nous ne pouvons pas faire comme si de rien n’était. Nous voulons un calendrier d’actions. » Premier élément de réponse avec la mise en œuvre par le préfet de la loi Élan pour la destruction de quartiers informels. Reste encore à la maire de déposer un dossier pour identifier les parcelles concernées.

violences-mirereni-combani-enseignement-pris-etau

Sauf que l’accord des opérations de démolition n’empêche pas les répercussions éducatives de cette frontière imaginaire. « Aucun élève n’a été contraint de rebrousser chemin », assure Fatima Ali. Balivernes pour Céline, qui ne manque pas d’exemples pour contredire cette affirmation. « Ceux à la limite de Miréréni et de Combani mais aussi ceux de Tsingoni ne peuvent pas se rendre dans leurs établissements scolaires. Ce n’est pas la peur qui les empêche, mais les refus intempestifs. » Pis encore : « Deux collègues ont été caillassés parce qu’ils viennent de Vahibé. D’autres qui habitent près de cette zone de guerre sont choqués car ils ne peuvent pas rentrer chez eux tranquillement. »

« Scandaleux ! »

Dans ces conditions, le recteur demande que « les parents irresponsables se prennent en main ». « Tout ce qui empêche les enfants d’aller à l’école est scandaleux ! », persiste et signe Gilles Halbout, agacé par ces blocages incessants aux quatre coins de l’île, à l’instar de celui d’Handréma la semaine dernière. Ainsi, le responsable de l’académie promet « des moyens supplémentaires, quoi qu’il en coûte, pour rattraper le retard accumulé. » En attendant un éventuel retour au calme, les écoliers de Miréréni peuvent déjà bénéficier d’une cellule psychologique depuis vendredi dernier « pour les aider à avancer ». Au vu de leurs dessins (des maisons en feu et des gamins en sang), le mal semble bel et bien profond… « C’est perturbant, vraiment ! », admet-t-il la gorge nouée. Pour ne pas arriver à un tel point de non-retour, les enseignants du collège de Mroualé comptent bien aller au bout de leur initiative, voire même durcir le mouvement en cas de statu quo. « Nous essayons juste de protéger les enfants et d’assurer l’éducation pour tous. »

* le prénom a été modifié

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...