Repas à 1 euro : les étudiants du CUFR de Mayotte pourront bientôt en bénéficier

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Depuis la rentrée universitaire 2020, les étudiants de France bénéficient du dispositif des repas à 1 euro, annoncé par le premier ministre Jean Castex en juillet 2020. Le 21 janvier, Emmanuel Macron l’a étendu à tous les jeunes en études supérieures. Ceux de Mayotte n’en bénéficient pas encore, mais cela ne saurait tarder.

Léger retard ou simple oubli ? Qu’importe, le constat est le même. Les étudiants de l’île pâtissent une nouvelle fois de la différenciation entre Mayotte et le reste du territoire national. Alors que les repas à 1 euro sont disponibles au sein des différents Crous (centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires) du pays, ce n’est pas le cas à Mayotte puisque le 101ème département n’en a pas. « Soucieux de voir se réaliser, au plus vite, l’égalité sociale républicaine à Mayotte, la direction du centre universitaire de formation et recherche a obtenu l’accord du centre national pour que les étudiants mahorais puissent [en] bénéficier du repas à la cafétéria du CUFR », indique Aurélien Siri, le directeur du centre universitaire.

Un avenant à la convention tripartite de partenariat entre le CUFR, le centre national des œuvres universitaires et scolaires et le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a été signé au début de l’année 2021 pour autoriser l’établissement mahorais à prendre en charge ce volet. Qu’ils soient boursiers ou pas, tous les étudiants inscrits à Mayotte pourront profiter de ces repas pour un prix dérisoire. « Cette mesure sociale est particulièrement bienvenue à Mayotte où 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté et, dans la mesure où il y a, au CUFR, chaque année, plus de 50% d’étudiants boursiers sur critères sociaux (contre 28% dans l’Hexagone) », soutient Aurélien Siri. Une réunion est prévue dans les prochains jours entre le CUFR et Panima (prestataire contractuel chargé de la restauration au CUFR), pour organiser la distribution des repas.

Des bons alimentaires en complément

Le directeur du CUFR fait également savoir que l’établissement « a acquis 200 bons alimentaires d’un montant de 20 et 50 euros auprès de la Sodifram pour ses étudiants ». Pour assurer une meilleure coordination, les associations étudiantes et la Croix-Rouge seront mises à contribution. « Ensemble et organisés, nous imaginons tous les scenarii possibles pour venir en aide aux étudiants. Il s’agit d’unir nos moyens et nos forces pour parvenir à toucher le plus d’étudiants du CUFR », ambitionne Aurélien Siri.
Pour l’heure, aucune date n’est fixée pour la mise en œuvre de ces différents dispositifs. « Le calendrier a été bouleversé par le nouveau confinement. Nous espérons que les étudiants pourront bénéficier du repas à 1 euro lorsque cette période sera terminée et que les étudiants seront de nouveau accueillis au CUFR », précise le directeur.

 


 

Le CUFR se mobilise pour les étudiants qui n’ont pas accès à internet

Plus de 350 clés 4G ont été remises aux étudiants qui n’ont pas accès à internet, avant le début du confinement. Depuis la fin de l’année 2020, le CUFR a également acheté 80 ordinateurs portables et les a prêtés à ceux qui en ont le plus besoin.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

Les sportifs confinés à Mayotte : « Nous revoir et nous amuser ensemble »

Selon les dernières tendances, l’agence régionale de santé (ARS) et la préfecture de Mayotte annonceront la fin du confinement d’ici la fin des vacances...

Sénateur Thani : « Une réforme ne se suffit pas à elle-même, il faut lui donner les moyens »

En septembre prochain, la réforme portant sur la justice des mineurs entrera en vigueur sur l’ensemble du territoire national. Parmi ses fervents défenseurs, le...

Continuité pédagogique : Des vidéos Youtube pédagogiques pour réviser le programme d’histoire-géographie

Enseignant d'histoire-géographie au lycée de Chirongui, Cyril Castelliti a profité de la période de confinement pour proposer du contenu pédagogique par vidéo à ses...

Alison Morano, anthropologue : « Il n’y a pas de profil type du délinquant à Mayotte »

En 2016, Alison Morano se penchait sur « la catégorie sociale des mineurs isolés à Mayotte », dans le cadre de son mémoire d’anthropologie...

À Longoni, le futur lycée des métiers du bâtiment attend toujours sa viabilisation

Le rectorat organisait une visite sur le terrain du très attendu lycée de Longoni en compagnie des architectes mais aussi du président du SMEAM....