100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Une remise à niveau avec l’école du civisme de Petite-Terre

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

En plein cœur du quartier prioritaire de la Vigie, l’école du civisme ouvre jours après jours ses portes aux jeunes dont l’école publique n’a pas voulu. Outils de lutte contre la délinquance, l’organisme dispense des cours de remise à niveau pour les élèves désireux d’intégrer par la suite un cursus académique.

Errance, violence, délinquance… La jeunesse mahoraise se heurte à de nombreuses problématiques sociales. Alors qu’ils représentent plus de 50% de la population, les moins de 18 ans peinent à trouver une place au sein des écoles de la République. Pour ne pas les laisser livrer à eux-mêmes, leur donner des bases scolaires et un cadre, les médiateurs de la communauté de communes de Petite-Terre ont eu une idée : créer l’école du civisme. Inspirée d’un dispositif similaire mis en place par le capitaine Chamassi, l’établissement scolaire basé au sein de la maison de quartier intercommunale Dagoni La Vigie accueille au quotidien vingt jeunes de sept à vingt ans.

Français, mathématiques, sorties pédagogiques ou encore activités sportives, pas le temps de s’ennuyer. À l’école du civisme, on développe le vivre ensemble et on fait travailler ses neurones. Comme Asma*, sept ans, les élèves ne rateraient pour rien au monde leurs heures de cours. “Ça me plaît d’aller à l’école”, s’extasie la petite fille un crayon de couleur à la main. Une chance dont ils ont bien conscience et qu’ils feront tout pour ne pas gâcher. “Nous les préparons à intégrer l’école publique en apprenant les bases de la lecture, l’écriture et le calcul”, explique Naïla, animatrice au sein de l’école du civisme depuis bientôt un an.

Silence, on réfléchit

Tandis que les plus petits abordent les sons et l’alphabet via une activité de coloriage, les plus grands révisent les règles de conjugaison. “Apprendre, c’est un verbe de quel groupe ?”. Dans la classe, les cerveaux sont en ébullition et les élèves se concentrent. “Grâce à nos partenaires, nous arrivons à trouver des places en formation pour certains de nos élèves”, détaille Sofiane Charafoudine, adulte relais chargé de la prévention spécialisé au service politique de la ville de l’intercommunalité. Responsable de la gestion de l’école du civisme depuis sa création le 13 février 2019, le Mahorais originaire de Labattoir se félicite du travail déjà accompli et espère pouvoir développer encore cette structure. “Nous sommes limités à deux classes et vingt élèves, chaque jour nous recevons des demandes de parents pour que nous accueillions leurs enfants”, confie-t-il. Bon moyen de prévenir et de lutter contre la délinquance, l’occupation des jeunes leur permet également d’être intégrés dans la société et de trouver un emploi.

“Nous mettons en place divers ateliers pour aider les habitants du quartier”, avance Abdouramane Bedja, adulte relais chargé de la cohésion et responsable de la maison de quartier intercommunale Dagoni La Vigie. Interventions d’associations culturelles, ateliers manuels et peut-être bientôt, mise en place d’un jardin partagé, l’équipe de la communauté de communes de Petite-Terre se met au service des riverains pour les sortir de l’oisiveté.

* Le prénom a été modifié.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...

Réouverture partielle de la pharmacie des Badamiers : le combat continue

Suite à la suppression de son officine de l’annuaire de l’ordre des pharmaciens le 6 juillet dernier, Mirasse Gataa, la pharmacienne titulaire de la...

Moins de touristes étrangers, mais plus de fréquentation par rapport à juin 2021

Une enquête menée auprès de professionnels du tourisme par l’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte dresse la conjoncture de ce secteur d’activité...

Chez Mangrove Environnement, « je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant »

En service civique depuis moins d’un an chez Mangrove Environnement, une association qui a pour objectif d’aménager et de protéger la mangrove du front...

La culture pour lutter contre la violence des jeunes à Mayotte

Forces de propositions dans le domaine culturel, socioculturel et socioéducatif, les centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) de Mayotte veulent reconquérir l’espace laissé...