100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Pour sa première rentrée après Miki, le lycée du Nord veut prendre un nouveau départ

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

La CGT craint que le lycée de Sada ne devienne un nouveau cluster

Alors qu’une surveillante du lycée de Sada a été contrôlée positive au Coronavirus, le rectorat et l’ARS ont décidé de maintenir l’établissement ouvert. Si l’employée n’avait passé que quelques heures dans la cour de l’établissement avant même que celui-ci ne rouvre, la CGT estime que la reprise des cours s’est décidée prématurément. 

 

Les quelque 106.000 élèves du département retournent progressivement sur les bancs de l’Éducation nationale à partir de ce mardi. Pour l’occasion, le préfet et le recteur ont rendu visite au lycée de la cité du Nord, endeuillé l’année dernière par une agression mortelle. Aujourd’hui, tous veulent tourner la page de l’insécurité.

Il est 8h53 à Mtsangadoua, et un petit groupe de responsables administratifs et représentants des parents d’élèves jettent des coups furtifs à leur montre. Ce mardi, le préfet Thierry Suquet et le recteur Gilles Halbout sont attendus à la cité du Nord pour une rentrée hautement symbolique. Car c’est là, sur ce bitume aujourd’hui mouillé par les averses nocturnes, que le jeune Miki a reçu entre deux bus scolaires des coups de ciseau mortels à la tête, en avril dernier.

Depuis le drame, tout le monde s’accorde à dire que les choses ont changé. La preuve ? Devant le lycée, là où défilent chaque jour les autocars pour décharger les centaines d’élèves, un grillage surmonté de barbelés a bel et bien été érigé depuis la fin de l’année scolaire, grâce à la mobilisation du rectorat. “Vous pouvez voir ce qu’on a fait rapidement avec les équipes”, indique Gilles Halbout, à peine arrivé. Une action effectivement saluée de tous, et qui a donc fait ses preuves pour ce premier jour de rentrée. “Aujourd’hui, sur cette problématique des transports, nous avons pu constater la fluidité des rotations, c’est-à-dire que contrairement à auparavant, un bus ne reste pas là, il décharge et s’en va”, confirme Martine Banerjee, la proviseure de l’établissement, qui assure par ailleurs tout mettre en place pour éviter que les élèves ne traînent devant les grilles avant de monter dans le véhicule. Côté parents d’élèves aussi, on applaudit la réactivité de l’académie. “Ce qu’on a demandé a été instauré, on le voit, il y a la grille. Maintenant ce qu’il faut surtout, c’est du renforcement humain”, nuance toutefois Mariama Djailani, la représentante de la FCPE.

Le regard tourné vers les projets d’avenir

Mais le lycée et le rectorat ne comptent pas s’arrêter là et la visite du jour vise aussi et surtout à mettre l’accent sur l’avenir. En contrebas, le chantier du gymnase avance ainsi à grands pas. “Nous sommes en train de préparer une plaque en l’honneur de Miki. Il était footballeur au club des Abeilles”, souligne Gilles Halbout. Un chantier qui s’inscrit dans la lignée de développement des filières d’excellence, alors que le lycée lance aussi une section sportive pour les Secondes de cette année. L’autre nouveauté de cette rentrée : cinq classes supplémentaires en préfabriqué, pour soulager un peu cet établissement de plus de 1.700 élèves, conçu pour en accueillir initialement 900.

Pour être honnête Monsieur le Recteur, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant”, glisse la proviseure sur le chemin de la visite. Une réalité qui n’épargne malheureusement aucune structure de l’île. Temporaires, ces solutions, qui ont l’avantage d’être mises sur pied rapidement, visent à pallier un manque de salles, estimé à 800 sur le territoire. “Nous en avons 110 sur les lycées et nous commençons à en distribuer sur les collèges en attendant que les futurs établissements sortent de terre”, argumente le responsable de l’académie. Un ambitieux programme de constructions scolaires prévoit en effet la livraison de quatre lycées et neuf collèges d’ici à 2026.

La sécurité sur la table

Enfin, encore dans les cartons pour la cité du Nord : le projet d’une salle de restauration, demande réitérée par la nouvelle proviseure à l’occasion de cette visite institutionnelle. “C’est ce qu’il reste à faire, car comme il n’y a pas de cantine, certains élèves qui n’ont pas emporté de collation, seront malgré tout obligés de sortir”, explique Martine Banerjee. De quoi ramener le sujet de la sécurité sur la table…

Lequel n’est d’ailleurs jamais bien loin. Dans une classe de Seconde, une petite main se lève timidement : “Monsieur, j’ai une question, j’ai vraiment peur pour la sécurité”, lance le nouveau venu. Même si ce jour de rentrée est consacré aux nouveaux entrants, tous ont bien sûr déjà entendu les rumeurs. “Il y a une vigilance sur les bus, le préfet a mis les moyens et sur la vie scolaire, nous allons travailler avec Madame la proviseure, par exemple avec les élèves pairs”, mentionne Gilles Halbout pour calmer ses craintes. “Nous avons un système d’alerte en cas d’incident pour intervenir immédiatement, et nous avons mis en place des liaisons avec la gendarmerie. L’objectif pour nous c’est que vous soyez en sécurité car on ne peut pas faire des études sans cela. Mais cela dépend aussi de vous, et du respect des règles”, conclut Thierry Suquet.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...