100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Les parents d’élèves du lycée de Kahani disent “STOP !”

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Stop à la violence, stop aux agressions, stop à l’insécurité. Les mamans de Kahani se sont soulevées jeudi matin pour crier haut et fort leur mécontentement. Alors que le lycée devait rouvrir ses portes en jauge réduite après deux jours de fermeture administrative, les parents d’élèves ont bloqué l’accès à l’enceinte de l’établissement et comptent bien reconduire ce mouvement tant que la sécurité de leurs enfants ne sera pas assurée.

Dès 5h, les mamans se sont massées devant le lycée afin de bloquer l’arrivée des bus et des élèves. “Tous les matins, on tend l’oreille pour savoir si ça va péter. Aujourd’hui, on dit stop ! On veut que les autorités nous prennent au sérieux et nous n’arrêterons pas tant que ce ne sera pas le cas”, s’exclame l’une des mères. De bloc face aux caillasseurs, ces héroïnes des temps modernes ont même réussi à repousser les fauteurs de troubles venus une nouvelle fois pour en découdre. Une méthode bien à elles et non violente qui semble marcher mais qui ne résout pas le climat de tension auquel doivent faire face les élèves depuis des mois.

parents-eleves-lycee-kahani-disent-stop

Avec elles, les professeurs incrédules se réjouissaient de voir les parents se mobiliser pour que les lycéens de Kahani puissent enfin étudier dans des conditions de travail décentes. Brandissant une banderole “Bienvenue au pire lycée de France”, rappelant les tristes résultats obtenus au baccalauréat par les élèves de l’établissement les années précédentes, les mamans espèrent faire entendre leur cri de détresse et ne céderont pas. Leur réclamation ? Obtenir une discussion avec le recteur, le préfet, le procureur, le maire de Kahani et le président du conseil départemental. En attendant, celles-ci ne décolèrent pas et attendent dans les jours à venir des réponses concrètes afin que leurs enfants puissent reprendre décemment le chemin de l’école.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...