Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Opération Wuambushu : Les enseignants se mobilisent pour leurs élèves

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Au travers d’un manifeste du 11 avril, la communauté éducative de Mayotte exprime son inquiétude face à l’opération Wuambushu, qui devrait débuter d’ici quelques jours sur l’île. Intitulée « Ra Hachiri pour nos élèves », cette déclaration réaffirme la volonté des personnels de l’Éducation nationale de soutenir les élèves lors du plan de décasages et d’expulsions massives de personnes en situation irrégulières.

En tant que membres de la communauté éducative du 101e département français, les signataires du manifeste daté de ce 11 avril, affirment que « dans l’intérêt de leurs élèves autant que de l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale et des missions qu’ils portent au quotidien », ils décident d’exprimer leur inquiétude face à l’opération Wuambushu. Pour les signataires de cette déclaration écrite, les grandes manœuvres lancées par l’État « risquent de considérablement dégrader notre sécurité et surtout celle des élèves placés sous notre responsabilité ».

L’initiative, qui devrait débuter dans les jours à venir, prévoit la destruction de logements insalubres et l’expulsion de personnes en situation irrégulière. La communauté éducative, qui entend accompagner et soutenir les élèves dans leurs démarches, s’étonne, comme d’autres acteurs du territoire notamment les soignants, « de ne pas avoir été consultés et qu’aucune concertation n’ait été proposée » quant au lancement de cette opération.

Création d’une structure associative ad-hoc

Au travers de ce texte, la communauté éducative de Mayotte tient donc « à faire valoir, dans l’intérêt de nos élèves concernés par les décasages et reconduites à la frontière, que nous ferons tout notre possible pour favoriser, en lien avec les institutions judiciaires et administratives, des solutions leur permettant de poursuivre leurs études sur le territoire lorsque c’est leur volonté ou de faciliter la transition vers un système scolaire à l’étranger en lien avec les structures associatives spécialisées ».

Pour ce faire, les signataires prévoir la création d’une structure associative ad-hoc, « sans étiquette politique, ni couleur syndicale », précisent-ils dans le manifeste. Cette association permettra d’assurer le suivi des élèves, mais aussi de les accompagner dans la défense de leurs droits devant les juridictions administratives.

Ne niant pas les lourds problèmes du territoire, les rédacteurs de ce manifeste ne prétendent pas « détenir les clés de leurs résolutions, lesquelles exigent en tout cas dialogue, respect et concertation ». Les signataires souhaitent donc « simplement, en pleine continuité de leurs missions éducatives », signifier qu’ils « exerceront leur droit de vigilance citoyenne dans l’intérêt de leurs élèves ».

« Tous les matins, je me demande si ça vaut la peine d’aller au lycée »

« Depuis ma scolarisation, on nous a enseigné une seule chose : étudier pour avoir une vie meilleure. Ma vocation à moi c’est de réussir, malgré le fait que nos parents soient entrés illégalement sur l’île, ils voulaient qu’une seule chose : notre bonheur. Malgré les différentes difficultés que nous avons rencontrées avec ma mère, je me suis battu jusqu’à aujourd’hui. Je vis sur un département français où les droits ne sont pas appliqués comme en France.

J’ai énormément aimé porter les couleurs de la République malgré les injustices. Je me morfonds et pleure tous les soirs, car la situation me dépasse. Malgré toutes les situations, j’ai gardé le sourire. Aujourd’hui, je ne vois plus d’espoir. On m’a refusé le droit à la nationalité, la possibilité d’acquérir un titre de séjour à Mayotte est un énorme exploit. Depuis quelque temps, un seul sujet est en train de faire la une dans le monde au sujet de Mayotte : « Wuambushu ».

Aujourd’hui, tous les matins, je me demande si ça vaut la peine d’aller au lycée. Pourquoi continuer à se battre puisque ça ne servirait à rien finalement ? Nous allons nous faire expulser ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte de la situation, mais elle est invivable. Si aujourd’hui, on me demande de choisir entre être expulsé et mourir, je préférerais mourir, car si je venais à aller là-bas, ça sera une mort plus lente et douloureuse.

Vivre sur une île inconnue, ou l’éducation n’y est pas. Une île où vous n’avez même pas de toit qui servira d’abri. Avoir fait ce long chemin pour même pas avoir à terminer et ne pas savoir si ça nous a servi à quelque chose. Le fait de venir en cours aujourd’hui, c’est pour pouvoir espérer qu’il peut y avoir un espoir. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...