Mayotte : Les élèves du second degré sensibilisés à l’égalité des sexes

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

À l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant le 20 novembre, le rectorat s’engage dans l’égalité des sexes auprès des élèves du second degré. Pour se faire, des professionnels iront dans quatre établissements scolaires du 17 au 26 novembre pour en parler. L’idée est de casser les clichés, afin que les jeunes aient un nouveau regard sur les inégalités qu’ils peuvent rencontrer.

À Mayotte, plusieurs générations se côtoient et le poids des traditions a parfois du mal à cohabiter avec le principe d’égalité des sexes. C’est dans cette optique que le rectorat cherche à sensibiliser les adolescents des collèges et lycées à travers des ateliers consacrés à l’égalité des genres mais aussi à l’éducation de la vie affective et sexuelle. Il ne s’agit pas d’une première puisque les élèves ont pu évoquer ces sujets à plusieurs reprises lors de débats à l‘école. Mais cette fois-ci, une exposition de l’association Adéquations, intitulée « L’égalité filles garçons c’est bon pour les droits de l’enfant. Et le respect aussi ! », viendra appuyer le travail des infirmiers et des assistantes sociales chargés de parler aux élèves. L’exposition est louée par le CDAD (conseil départemental de l’accès aux droits) au rectorat. Au total, 10 droits fondamentaux, inscrits dans la Convention internationale des droits de l’enfant sont abordés dans cette exposition. Le droit à l’éducation, le droit à la protection contre les violences, la responsabilité commune des parents, le droit à l’identité, etc. “L’idée est de partir des panneaux d’exposition pour développer un sujet en particulier en fonction de la classe et des difficultés que rencontrent les jeunes. Les infirmiers scolaires et les assistantes sociales seront les intervenants car ils sont sur le terrain et connaissent les problématiques des élèves”, explique Laure Durand, stagiaire au rectorat chargée de projet éducation à la vie affective et sexuelle en milieu scolaire.

Pour l’heure, seulement 4 établissements sont concernés par cette initiative. Le lycée polyvalent de Dembéni, le collège de Chiconi et celui de Sada, ainsi que le lycée Younoussa Bamana. Mais l’objectif est de répéter cette action tout au long de l’année dans différents établissements scolaires de l’île. Les écoles du premier degré ne pourront en bénéficier par manque d’effectifs. “La charge de travail est très importante pour les professionnels qui sont affectés dans les établissements du second degré. Cela ne nous permet pas d’aller faire des missions dans les écoles primaires”, indique Véronique Sejalon, conseillère technique du service sociale au rectorat et responsable du service sociale en faveur des élèves et du personnel.

La différence des sexes encore trop présente sur le territoire

L’idée de sensibiliser les adolescents aux questions d’égalité des sexes est partie d’un malheureux constat. La différence de traitement fille-garçon à Mayotte est importante. On voit bien par exemple qu’on demande souvent aux filles de faire les tâches ménagères, alors que les garçons ne sont pas ou peu sollicités”, selon Véronique Sejalon. Les professionnels contribuent également à l’éducation sexuelle des adolescents, en faisant participer les parents. “Qu’il s’agisse de sexualité de leurs enfants, de violences physiques ou autres, les parents qui participent sont volontaires, ils sont donc prêts à comprendre les changements”, affirme la conseillère technique du service sociale au rectorat.

Discuter avec les jeunes de ces problématiques permet de faire évoluer leurs mentalités. Tous les clichés qu’ils ont emmagasinés pendant des années, toutes les représentations qu’ils ont des femmes et des hommes depuis leur enfance sont mis à mal. “L’idée n’est pas de leur dire ce qui est bien et mal. On essaye plutôt d’établir une réflexion à ces jeunes, et d’aller vers une remise en question de ce qu’on leur a appris. Cela leur permettra ensuite d’agir et faire les choix en fonction de leurs envies”, explique Laure Durand. Un travail essentiel pour cette jeune génération qui est en train de se construire et qui essaye de trouver sa place dans la société mahoraise.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...