L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Martin Meyrier, nouveau bras droit de Gilles Halbout, le recteur de Mayotte

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Orphelin de son directeur de cabinet depuis le départ de Didier Cauret, le recteur de Mayotte, Gilles Halbout, vient de nommer début janvier Martin Meyrier à ce poste. Fort de son parcours politique, le trentenaire compte apporter toute son énergie dans sa nouvelle mission.

Discret, tenace, travailleur. Tels seraient les qualificatifs pour résumer le nouveau bras droit du responsable académique de Mayotte, Martin Meyrier. Derrière son bureau, le trentenaire prend sans relâche la pleine mesure de son nouveau poste, obtenu le 4 janvier dernier, en remplacement de Didier Cauret. Une opportunité saisie à la suite de la mutation récente de sa femme sur l’île aux parfums. « J’étais déjà venu en vacances pour rendre visite à des amis », sourit allégrement celui qui ne débarque donc pas en terre inconnue.

Malgré son jeune âge, le diplômé d’un master en droit des affaires obtenu à Rennes possède déjà une solide expérience professionnelle : assistant parlementaire au Sénat, directeur de cabinet de l’ancienne députée européenne Isabelle Thomas ou encore vice-président de la région Bretagne en charge de l’économie et de l’innovation de 2015 à 2020. « Je n’entends pas faire de la politique, je suis au service du recteur », précise-t-il d’emblée pour ne pas s’aventurer sur ce terrain glissant. « J’arrive avec beaucoup de modestie et l’envie de comprendre les rouages du territoire. » Pour y arriver, il compte bien décliner un adage propre à ses racines – « on ne naît pas breton, on le devient » – pour s’acclimater dans son nouvel environnement et faire ses preuves auprès de ses futurs interlocuteurs.

 

L’école et son vivier

 

Et à ses yeux, « le rectorat est une belle maison aux multiples ressources qui ont envie de faire bouger les lignes ». D’ailleurs, il compte bien apporter sa « gnac » et ne pas s’arrêter aux premières difficultés. Au contraire, il souhaite, à l’instar de Gilles Halbout, s’employer contre « l’état d’esprit de renoncement de certains ». Une priorité pas si simple à mettre en place sur un territoire où 50% de la population a moins de 18 ans. « Nous sommes l’incubateur qui va permettre le développement de demain », souligne Martin Meyrier, avant d’adresser un message d’espoir à l’égard de la jeunesse. « Nous recensons tout le vivier de celles et ceux qui vont écrire l’histoire de Mayotte. »

Pour mener à bien sa « noble » mission, le Breton d’origine peut compter sur une « équipe opérationnelle et rajeunie », avec en haut de la liste, Anli Bedja fraîchement intronisé chef de cabinet il y a de cela deux mois. « Nous formons un binôme sympa », juge-t-il d’un air convaincu, au détour d’un regard complice vers son acolyte. « Il a une merveilleuse connaissance de Mayotte. » De bons débuts, sur le papier, qui ne peuvent que faciliter son « rôle de conseil et d’accompagnement auprès du recteur dans la réussite du projet pédagogique ». Un travail de l’ombre, selon ses mots, qui ne doit en aucun cas l’enfermer dans sa tour d’ivoire autour d’une pile de dossiers.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...