L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le lycée de Coconi se dote d’un internat de cent places

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

La première tranche des travaux, débutée en 2019, devrait s’achever en octobre 2023. Le lycée agricole pourra ainsi loger une centaine d’élèves. Une seconde tranche devrait ensuite lui permettre d’héberger cent lycéens supplémentaires.

«Le lycée agricole de Coconi faisait figure d’exception. En métropole, la quasi-totalité des établissements de ce type dispose d’un internat », assure Christophe Bretagne, le directeur d’établissement. Sur ce site, le projet d’internat est né en 2002. Mais faute de financements, les travaux n’ont démarré qu’en 2019. Ils devraient s’achever en octobre 2023 et permettre au lycée d’inaugurer 5.000 m² de nouveaux bâtiments. Cent places d’hébergement pour les étudiants devraient voir le jour, tout comme une salle polyvalente, un faré, trois logements de fonction pour les enseignants et un nouveau bâtiment administratif. « Cela nous permettra de réorganiser les services administratifs du lycée et le faré servira d’extension au réfectoire », détaille le directeur d’établissement qui a vu ses effectifs augmenter de 60 % en trois ans. Aujourd’hui, le lycée compte 450 élèves, certaines infrastructures ne sont donc plus adaptées. D’autant que leur nombre devrait continuer de croître dans les années à venir. « On pourrait bientôt atteindre 600 lycéens », anticipe le secrétaire général du lycée.

 

« Les places attribuées en fonction des conditions de vie des élèves »

Des élèves qui viennent parfois de loin. « Certains habitent en Petite-Terre », assure le directeur d’établissement. Avec cet internat, ils pourront donc vivre sur place. Mais, au-delà d’offrir un hébergement à ceux qui sont éloignés du lycée, l’objectif de l’établissement est de permettre aux lycéens qui ne peuvent pas étudier chez eux, de se concentrer sur leurs études. « Les places seront également attribuées en fonction des conditions de vie des élèves. Ceux qui vivent dans un contexte difficile, même s’ils sont à proximité, pourront être hébergés. »

Vingt millions d’euros investis

Actuellement, une quinzaine d’ouvriers des sociétés de gros œuvre Colas et GTA s’affairent sur le chantier. Ils seront bientôt rejoints par des salariés du constructeur de maisons en bois Bioclimatik, installé à La Réunion. « Les bâtiments seront recouverts de bois et de briques en terres cuites. Nous travaillons avec des matériaux locaux et sur un système de ventilation naturelle. Nous avons donc opté pour plusieurs bâtiments, traversants, plutôt qu’une seule grosse infrastructure », détaille Christophe Bretagne. Au total, vingt millions d’euros ont été investis dans ces travaux. Un projet financé par l’agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), le fonds européen de développement régional (Feder), le conseil départemental ainsi que l’État. Un budget qui comprend également une mise en conformité du réseau d’eaux pluviales.

Pour le lycée, il ne s’agit d’ailleurs que de la première tranche des travaux. Une seconde devrait lui permettre de se doter de cent places supplémentaires au sein de son internat. « Nous garderons d’ailleurs quelques places pour les élèves du lycée de Kahani, qui viennent parfois de loin », souligne le directeur.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...

Un marchand de sommeil de Pamandzi condamné à un an de prison

Un propriétaire de Pamandzi qui louait 17 logements insalubres à une cinquantaine de personnes a été condamné à un an de prison ce mercredi....