À Longoni, le futur lycée des métiers du bâtiment attend toujours sa viabilisation

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Le rectorat organisait une visite sur le terrain du très attendu lycée de Longoni en compagnie des architectes mais aussi du président du SMEAM. Car pour vraiment lancer ce chantier titanesque, les freins sont nombreux. Et le syndicat des eaux a un rôle à jouer…

« À droite, ce sera la bande active. À gauche, les ateliers. Et au fond, l’internat ! » En plein cœur de la malavoune à la sortie de Longoni, Lola Paprocki, architecte chez Encore Heureux, fait office de guide touristique auprès du recteur Gilles Halbout, venu faire le point sur la construction du futur lycée des métiers du bâtiment évalué à 95 millions d’euros, auxquelles il faut rajouter cinq millions d’euros pour l’internat de 100 places et huit millions d’euros pour la cuisine centrale. « Ici, on est sur l’espace qui va préparer 5.000 repas pour tous les établissements du nord de l’île. » Si le panneau en bord de route matérialise en 3D le projet du gigantesque établissement scolaire, dont la première tranche doit sortir de terre en 2024, difficile pour l’heure d’imaginer le résultat final parmi les enclos de zébus et les cabris en errance encore présents sur le site.

« On avait prévenu qu’il fallait s’équiper de bottes », sourit l’une de ses collègues au moment d’enjamber un ruisseau, amené à devenir un « grand saut-de-loup » ou plutôt un « vrai canal » dans un avenir proche. Sur ce terrain de six hectares, sur lequel sont prévus 33.000 mètres carrés de surfaces de plancher, doivent déambuler quelque 1.800 élèves. « Ce sera le plus grand lycée de France en termes de superficie », souligne l’équipe d’architectes, qui souhaite garder une essence de chaque arbre et respecter au mieux la topographie, comme cette butte pour accueillir la maison des lycéens ou cette cheminée ancienne en plein cœur de la cour de récréation. « On veut vraiment garder l’écrin végétalisé pour ramener quelques degrés de fraîcheur. »

 

72 poteaux pour un balisage symbolique

 

Et pour bien visualiser la grandeur de cet établissement scolaire, il suffit de lever la tête et de scruter le balisage pour le moins artistique. « Avec l’atelier Ya Hazi – Permanence architecturale, on a fait une proposition au rectorat. Au lieu de réaliser une simple barrière qui empêcherait l’accès, on a voulu réaliser un chantier participatif dans le but d’inclure les habitants. Regardez les gamins, vous avez vu comment ils sont fiers ! », s’enthousiasme Lola Paprocki. « On a invité cinq artistes mahorais pour fabriquer des poteaux qu’on a installés tous les dix mètres. On voit une réelle symbolique de la périphérie, ceci dit on peut la traverser. On comprend la limite, mais elle n’est pas un obstacle. »

Un moyen également de freiner l’installation d’habitat illégal en attendant le début des travaux. Mais aussi de faire comprendre à la dizaine d’habitations de plier bagages. Plus facile à dire qu’à faire… À l’image de cet agriculteur, installé depuis une vingtaine d’années, rencontré au cours de la visite guidée. Un contentieux à régler avec l’établissement public foncier et de l’aménagement de Mayotte (EPFAM), qui s’occupe des négociations et des dédommagements financiers. « C’est lui qui habite [l’enclos] que l’on vient de traverser et il n’a toujours pas été indemnisé. »

 

Le Smeam de nouveau au cœur des polémiques

 

Mais ce n’est pas le seul frein aux premiers coups de pioche. En ligne de mire : la viabilisation du terrain, « la complexité première », confie Lola Patrocki. D’où la présence du président du syndicat mixte des eaux et de l’assainissement de Mayotte, Fahardine Ahamada. L’eau joue décidément encore bien des mauvais tours au 101ème département en cette période de saison des pluies. « On règle tout aujourd’hui », indique d’un ton ferme Gilles Halbout en se retournant vers celui qui est également maire de Bandraboua. Pour ce qui est de l’extension de la station d’épuration de 400 mètres cubes, le financement et le portage de la maîtrise d’ouvrage se voient confiés à l’EPFAM. « Sans cela, on ne pourra pas ouvrir le lycée », précise l’architecte. Sans parler du dévoiement d’une conduite d’adduction d’eau potable qui traverse le site et qui surtout alimente tout le nord de l’île. « S’il n’est pas dévié, on ne pourra pas construire car on risque de tomber dessus et de le trouver. C’est absolument impossible d’envisager quoi que ce soit sans ce détournement. » Le SMEAM se retrouve ainsi face à ses responsabilités pour ne pas ralentir un chantier qui a déjà pris un an de retard, en raison principalement de la crise sanitaire… L’heure tourne et le temps urge ! Car les enfants du quartier, eux, s’y voient déjà faire leur rentrée scolaire, voire même plus. « Moi, je veux être professeur de mathématiques ! » Une prémonition ?

 


 

Un faré pour symboliser le futur lycée des métiers du bâtiment

 

longoni-futur-lycee-metiers-batiment-attend-viabilisationSi le futurs lycée des métiers du bâtiment est loin d’être opérationnel, un faré vient de sortir de terre en seulement trois mois, à seulement quelques mètres du site de l’établissement scolaire. Un chantier école participatif, source d’apprentissage pour les entreprises Collectif Dallas et Ahamada Tchanga et les élèves du lycée polyvalent de Dzoumogné, qui viendront étudier à Longoni. « On a utilisé des matériaux dits exemplaires, comme la brique de terre comprimée et une charpente bois réemployée de la démolition soignée de la mairie de Sada », résume Lola Paprocki.

Cette bâtisse est d’autant plus symbolique qu’elle doit accueillir des classes en dehors des murs pour des travaux pratiques mais aussi pour stocker la grande maquette du lycée. « On a aussi pour ambition de travailler ici une fois par semaine pour faire de la médiation, parler du projet et échanger avec les habitants », poursuit l’architecte. Et une fois les travaux démarrés, le lieu sera le point de départ des visites. Et à terme, il sera surtout la porte d’entrée de la zone sports où se situera le dojo et le gymnase. « Quand l’établissement sera fermé, ce sera ouvrable au public. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

La nouvelle stratégie de la ville de Mamoudzou pour renforcer sa lutte contre l’insécurité

Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou, Yann Le Bris, le procureur de la République et les représentants de l’État ont officiellement installé le conseil...

Économie bleue à Mayotte : une stratégie et des ambitions à concrétiser pour éviter le coup d’épée dans l’eau

Ce mardi 13 avril se déroulait le comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l'économie bleue de Mayotte. Trois...

La Nuit du Doute : une soirée d’attente pour les musulmans de Mayotte

Les deux nuits précédant le ramadan à Mayotte sont toujours particulières. Le début du mois de jeûne étant indiqué par la lune, la date...

“On restera là jusqu’à ce qu’on voie nos noms sur le panneau” : les demandeurs d’asile manifestent devant le tribunal administratif de Mayotte

Alors qu’ils ont formé un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) depuis de longs mois, des demandeurs d’asile originaires de plusieurs...

Hommage à Miki : élèves et parents demandent plus de sécurité aux abords du lycée du Nord

Élèves, parents, personnels éducatif et administratif, membres du rectorat mais aussi autorités civiles, politiques et religieuses étaient réunis ce lundi à la cité du...